28 octobre 2015

"Pygmalion" - Slowdive

Pour ce dernier article concernant Slowdive (oui, je sais, c'est le dernier article, et en même temps, ce n'est que le troisième les concernant ; hey, pas de ma faute s'ils n'ont fait que trois albums, ces Anglais !), place à... ben, leur dernier album. Sorti en 1995 sous une pochette faisant plus penser à ces albums de new-wave arty du début des années 80 (genre New Order, Human League ou Orchestral Manoeuvres In The Dark), ce disque, long de 48 minutes pour seulement 9 morceaux (dont deux de moins de 2 minutes...et un atteignant... [Lire la suite]

26 octobre 2015

"Brave" - Marillion

Attention, sommet. Non, je n'exagère pas. Si Misplaced Childhood (1985) est le sommet de la première partie de la carrière de Marillion (cette première période va de leurs débuts, début des années 80, à 1988 et le départ de leur chanteur Fish), cet album sorti en 1994 est, lui, le sommet de la deuxième partie de leur carrière (1988/...), avec le chanteur Steve Hogarth. Sorti donc en 1994, long de quelques 71 minutes pour, au choix, 11 ou 17 titres (deux des morceaux sont en plusieurs parties, réparties sur une seule plage audio,... [Lire la suite]
17 octobre 2015

"Souvlaki" - Slowdive

Récemment (il y à une petite semaine), j'ai enfin abordé un groupe assez culte des années 90, un groupe anglais n'ayant duré que quelques petites années (avant de se reformer épisodiquement pour des concerts), n'ayant fait que trois albums, entre 1991 et 1995 : Slowdive. Un groupe assez particulier, affiliés au rock indépendant (dans un sens, ils en font partie) et au shoegaze, ce sous-genre assez particulier, généralement un peu bruitiste, de rock indépendant, dont le groupe le plus mythique et connu est sans conteste My Bloody... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
11 octobre 2015

"Just For A Day" - Slowdive

C'est du triste qui vous attend aujourd'hui ; pas parce que c'est samedi, non : jamais, jamais, un week-end ne sera triste à celui ou celle qui vient de passer une semaine entière de dur labeur. Mais aujourd'hui, samedi 10 octobre, 8 heures du matin, voici que se pointe, pour la première fois sur le blog, un des albums les plus élégamment tristes, dépressifs même, qui soient : le premier album de Slowdive. Je ne sais pas si vous connaissez ce groupe anglais qui a oeuvré durant quelques courtes années, dans la décennie 90, mais si... [Lire la suite]
18 mai 2015

"John Lennon/Plastic Ono Band" - John Lennon

39 minutes et autant de secondes (du moins, dans ma mémoire) de douleur, voilà ce que représente, grosso merdo, cet album. Sorti en fin d'année 1970, année de la 'mort' officielle des Beatles, année où chacun d'entre eux a dégoupillé au moins un album solo, ce disque est à la fois le premier et le cinquième album solo de John Lennon. Le cinquième, parce qu'il ne faut pas oublier les trois conneries avant-gardistes qu'il a vomies entre 1968 et 1969, en collaboration avec sa Yoko d'amour, ni le Live Peace In Toronto 1969 de...1969,... [Lire la suite]
17 janvier 2015

"The Boatman's Call" - Nick Cave & The Bad Seeds

Difficile de parler d'un bonhomme comme Nick Cave. Ayant démarré sa carrière au début des années 80 dans un groupe de post-rock bien délirant et agressif du nom de The Birthday Party (si vous ne connaissez pas encore, je ne peux que vous conseiller l'écoute de Junkyard, 1982, leur sommet : c'est un chef d'oeuvre de rock bruitiste, comico-trash-gore, un truc de malade, le seul reproche réside dans sa production boueuse, mais ça en rajoute au côté trash, aussi), le mec, australien comme The Birthday Party (au sein duquel faisait déjà... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 décembre 2014

"Tonight's The Night" - Neil Young

 La fameuse trilogie du fossé... Trois albums faits par Neil Young entre 1973 et 1974, sortis entre 1973 et 1975. Trois albums incroyablement déchirés, sombres, dépressifs, anticonformistes, extrémistes. Le premier, je l'ai réabordé récemment, c'est Time Fades Away, un live sorti en 1973, un disque court (34 minutes) mais intense, certes à moitié rongé par une qualité audio quelque peu rugueuse, mais cet enregistrement live, entièrement constitué d'inédits (L.A., la chanson-titre, Last Dance, Yonder Stands The Sinner...),... [Lire la suite]
28 novembre 2014

"Time Fades Away" - Neil Young

Dans la discographie de Neil Young, cet album tient une place à part. Avec le double album Journey Through The Past (bande originale du film du même nom que Neil a réalisé en 1972), c'est le seul opus de Neil Young à ne pas avoir été édité en CD de façon officielle (possédant une édition CD de Journey Through The Past publiée par un label argentin du nom de Lost Diamonds, je sais qu'il existe, officieusement, en CD ; pour l'autre album, celui dont je vais parler maintenant, je l'ignore, en revanche, mais c'est peu probable, et en... [Lire la suite]
27 novembre 2014

"The Silent Corner And The Empty Stage" - Peter Hammill

J'ai abordé ce disque en juillet dernier, ce qui, on est d'accord, est relativement récent. Mais il me semblait urgent de réaborder ce disque. Manque d'idées, début d'Alzheimer précoce ? Rien de tout cela. C'est juste que ce disque me hante, au sens littéral, je ne peux m'empêcher d'y penser au moins une fois par semaine, je l'écoute très souvent (pas une fois par semaine, mais pas loin), et je sais qu'à un moment ou à un autre, je n'aurai tout simplement plus besoin de l'écouter, il sera gravé à vie, comme c'est le cas de Berlin,... [Lire la suite]
12 novembre 2014

"Over" - Peter Hammill

Après Nadir's Big Chance en 1975, Peter Hammill se consacre pleinement à Van Der Graaf Generator, son groupe, qui vient d'être relancé via l'album Godbluff. Deux albums du groupe suivront en 1976, le grandiose Still Life et le plutôt médiocre World Record, puis Hammill relancera sa carrière solo en enregistrant, la même année, un disque qui sortira en 1977 : Over. Nadir's Big Chance était un disque sans compromis, protopunk, un album conceptuel sur une jeune star du nom de Rikki Nadir (que Hammill 'ressuscitera' bien des années... [Lire la suite]