26 décembre 2017

"Carl And The Passions - 'So Tough'" - The Beach Boys

 Généralement, les albums des Beach Boys contenaient dans les 11 ou 12 titres, et duraient dans les 25 à 28 minutes. Oui, ils étaient courts à ce point-là (je parle surtout des albums de l'avant Pet Sounds, c'est à dire, de l'avant 1966, car à partir de cette année, les album s'étofferaient quelque peu, avec des chansons plus longues, mais tout de même pas de très longues chansons : Pet Sounds dure 35 minutes et contient 13 titres). En 1972, année de sortie de cet album, les Biche Bois faisaient déjà à peu près des albums... [Lire la suite]

25 décembre 2017

"Before And After Science" - Brian Eno

Brian Eno n'avait plus rien à prouver, en 1977, quand il publia son cinquième album solo : outre la réussite complète de ses précédents opus (enfin, exception faite d'un Discreet Music quelque peu inégal), il réussit aussi, depuis son départ de Roxy Music en 1973, à prouver qu'il était un vrai catalyseur, collaborant aussi bien avec Robert Fripp (pour deux albums étonnants d'ambiant) que Genesis (via The Lamb Lies Down On Broadway, sur lequel il participe en enossifiant, selon les crédits de pochette, le son de l'album), sans... [Lire la suite]
24 décembre 2017

"Discreet Music" - Brian Eno

Bon, OK, là, ça va être difficile. Je n'ai eu aucun mal à reparler de Here Come The Warm Jets, Taking Tiger Mountain (By Strategy) (quel album...) et de Another Green World, mais là, je le reconnais, ça va être difficile. Surtout que c'est pas une réécriture contrairement aux autres articles (ainsi que celui, à venir, sur Before And After Science), mais un article tout beau, tout chaud, qui sent encore le plastique de l'emballage, un album que je n'avais pas encore abordé sur le blog depuis que celui-ci existe, et ça remonte à 2009.... [Lire la suite]
23 décembre 2017

"Another Green World" - Brian Eno

Sorti en 1975, cet album est ultra important, pour Eno bien entendu, mais aussi pour la musique en général. Troisième album solo de l'ex-Roxy Music, il s'appelle Another Green World, sa pochette reprend un détail d'une peinture de Tom Phillips, et au dos de sa pochette, encadré du même gros pourtour blanc (voir plus bas), on a, en vert, une photo d'Eno, allongé dans un lit, en train de lire (photo prise par Ritva Saarikko dans une chambre d'hôpital après qu'Eno ait subi une opération chirurgicale). Enregistré entre juillet et août... [Lire la suite]
22 décembre 2017

"Taking Tiger Mountain (By Strategy)" - Brian Eno

En 1973, Brian Eno quitte Roxy Music (après deux albums remarquables ; le groupe parviendra sans mal à survivre au départ du bidouilleur de claviers, mais Eno avait quand même apporté une touche de folie qui ne reviendra pas dans les albums suivants du groupe) et se lance en solo, avec un album quintessentiel nommé Here Come The Warm Jets. Glam, arty et pop, ce premier opus assez accessible (mais il faut quand même deux-trois écoutes attentives pour  l'appréhender en globalité) sera suivi, l'année suivante, 1974 donc, d'un... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
21 décembre 2017

"8:30" - Weather Report

Ca faisait longtemps que je n'avais pas parlé de jazz sur le blog, ça me manquait (et si j'écoute du jazz souvent tout du long de l'année, j'ai remarqué que c'est quand même vers la fin de l'année que j'en écoute le plus, ce qui est étrange, mais je vous assure que je ne fais pas exprès). A vous aussi ? Ah merci, et puis ça tombe vraiment bien, alors. Aujourd'hui, j'ai eu envie de vous parler de Weather Report. Pas mal d'albums du groupe avaient été abordés ici il y à deux-trois ans (Mysterious Traveller, Black Market, I Sing The... [Lire la suite]

20 décembre 2017

"Here Come The Warm Jets" - Brian Eno

Dans la catégorie des premiers albums, celui-ci possède une place de choix : il est en effet tellement maîtrisé qu'il semble être le dixième album plutôt que le premier. En même temps, rien d'étonnant, vu son auteur : Brian Peter St George Le Baptiste De La Salle Eno. Alias Brian Eno. Ou tout simplement, comme il se faisait créditer dans le début des années 70, Eno. On ne présente plus le bonhomme, auteur/compositeur/producteur/multi-instrumentiste (et chanteur, même si ce n'est pas sa plus grande fierté) génial, sujet britannique à... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
14 décembre 2017

"All American Boy" - Rick Derringer

C'est vraiment super dommage que cet album ne soit pas plus connu (le fait que Philippe Manoeuvre l'ait abordé dans un livre récent dans lequel il parle d'une centaine d'albums de rock méconnus et remarquables, les albums oubliés, pourra aider à réhabiliter ce disque), car la seule chose négative à dire à son sujet, c'est sa pochette. D'ailleurs, dans son livre, dans la double page qui aborde cet album, Manoeuvre s'est permis de citer une critique d'un rock-critic (ou spécialiste du rock, je ne sais pas) anglophone qui pense que... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
06 décembre 2017

"Warrior On The Edge Of Time" - Hawkwind

Le début de la fin...ou la fin du début, comme aurait dit Winston sur un tout autre sujet. Hawkwind est un groupe de space-rock à tendance heavy (du hard-space-rock, quoi) anglais fondé à la fin des années 60. Le groupe est devenu culte, plusieurs années après, pour avoir accueilli en son sein, en tant que bassiste (et chanteur occasionnel) un certain Lemmy Kilmister. Mort en décembre 2015, ce mec à la voix de barbare en rut ayant bouffé des gravillons depuis sa plus tendre enfance n'était autre, chaque fan de rock le sait, que le... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
30 novembre 2017

"Sneakin' Sally Through The Alley" - Robert Palmer

Oui, je sais, cette pochette est tout simplement hideuse. Cette teinte verdâtre tape-à-l'oeil, cette surexposition (encore pire pour la réédition vinyle : on distingue à peine les traits des personnes !), ce lettrage façon panneau d'affichage d'informations municipales... Ca ne donne vraiment pas envie d'acheter l'album. Pourtant, il le faut. Et croyez-moi quand je vous dis haut et fort, fort et clair, clerc de notaire, que cet album, sorti en 1974, premier album de la carrière solo de Robert Palmer, est une petite tuerie (petite... [Lire la suite]