28 septembre 2015

"Twice Removed From Yesterday" - Robin Trower

Procol Harum, fameux groupe de pop/rock à tendance baroque/progressif, parfaits rivaux des Moody Blues, est connu pour ses tubes A Salty Dog et A Whiter Shade Of Pale, cette dernière chanson étant, avec le Nights In White Satin des Moody Blues justement, un des plus parfaits slows de son époque (seconde moitié des annés 60), une chanson idéale pour se rouler des gamelles et visiter, à la main, la cave de son partenaire de danse (oui, je suis poète, aujourd'hui). Le guitariste du groupe s'appelait (s'appelle toujours, car il est... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

13 septembre 2015

"Back In '72" - Bob Seger

Le disque mythique de Bob Seger. Une pochette jaune bien ancrée (le lettrage) dans son époque, et un peu paresseuse (au dos, une photo de Seger et des musiciens, en studio), et un contenu absolument cataclysmique. Malgré une trop courte durée de 31 minutes (durée qui est aussi celle d'autres albums anthologiques de Seger : Mongrel, Seven, Beautiful Loser), cet album, en seulement 9 titres dont pas moins de 6 sont des classiques du bonhomme (et 2 d'entre eux, des reprises ; et en tout, des reprises, l'album en contient 3 !), est... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 10:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 septembre 2015

"Sweetnighter" - Weather Report

Après un I Sing The Body Electric tout ce qu'il y à de plus monumental en 1972 (et ce, malgré que la seconde face de l'album, live - la première est studio, elle - ne soit plus si percutante désormais, compte tenu qu'un double album live enregistré à Tokyo, et proposant les versions longues des mêmes pistes live, est désormais officiellement disponible de manière internationale ; pour en savoir plus, (re)lire ma chronique récente sur l'album, j'y rentre plus dans les détails), Weather Report, fameux groupe de jazz-rock, de... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
01 septembre 2015

"The Joker" - Steve Miller Band

Vous ne connaissez peut-être pas forcément le Steve Miller Band, ou son leader/chanteur Steve Miller, mais au moins, vous devez déjà avoir entendu sa chanson The Joker. Le Steve Miller Band est un groupe de rock américain à tendance country/psyché/blues, fondé en 1966, et qui a accueilli en ses rangs, parfois le temps d'un album seulement, des pointures telles que Boz Scaggs, Jim Keltner, Charlie McCoy, Gary Mallaber ou 'Sneaky' Pete Kleinow. Cet album, sorti en 1973, est leur huitième, et on y trouve, autour de Miller (chant,... [Lire la suite]
31 août 2015

"Octopus" - Gentle Giant

Sous cette belle pochette signée Roger Dean (auteur notamment des splendides pochettes d'albums de Yes : Fragile, Close To The Edge...), voici que se pointe le quatrième album de Gentle Giant, groupe de rock progressif anglais des années 70. Un groupe assez peu représentatif du prog-rock que le Gentil Géant, quand on y pense, car là où les autres groupes du genre (Yes, Emerson, Lake & Palmer, Genesis, Camel, Van Der Graaf Generator et bien entendu King Crimson) avaient l'habitude de livrer des albums avec de longs morcaux de 10... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 août 2015

"On The Third Day" - Electric Light Orchestra

Quand je pense qu'il m'aura fallu tout ce temps pour, enfin, penser à aborder, ici, ce groupe... Si je dis ça, c'est parce que ce groupe, je l'adore, et ce depuis quelques années, et c'est pourtant le premier article les concernant. Electric Light Orchestra (ELO pour faire plus court), vous connaissez ? Si vous avez au moins 30/35 ans, et/ou que vous vous intéressez pas mal à la pop music des années 70, la réponse devrait être oui. Ce groupe anglais fondé au tout début des années 70 était, quelque part, un précurseur : parmi les... [Lire la suite]

11 août 2015

"A Little Touch Of Schmilsson In The Night" - Harry Nilsson

Pour cette nouvelle chronique concernant Harry Nilsson, je n’ai pas choisi la facilité. Enfin, si, dans un sens, car j’ai décidé d’aborder l’album qui suit Nilsson Schmilsson (1971) et Son Of Schmilsson (1972), albums déjà abordés ici récemment, donc c’est dans la continuité (et l’album qui suivra, la bande-son éponyme, sortie en 1974, du film nanardesque Son Of Dracula, a aussi été abordé ici récemment). Mais ce n’est pas vraiment la facilité quand même, car cet album que j’ai choisi d’aborder aujourd’hui n’est pas d’un genre... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 juillet 2015

"Aquashow" - Elliott Murphy

Je vais être clair. Très clair. Cristallin, même. Ce disque est un monument. Un vrai de vrai, le genre de disque qui rejoint facilement et rapidement les No Other, Darkness On The Edge Of Town, Coming From Reality et autres On The Beach dans la longue liste des albums majeurs et pourtant méconnus. Son auteur même, dont ce fut le premier album, est connu, mais pas une star mondiale. J'ai eu la chance de le voir en avril dernier dans une convention du disque, à Auvers-sur-Oise (Val d'Oise), le VanDisc, où il était invité pour une... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 janvier 2015

"Dylan" - Bob Dylan

Ca y est, ne cherchez plus : voici le pire étron jamais chié par Bob Dylan, vous m'avez bien lu : le pire. Oubliez donc les pourtant horribles Knocked Out Loaded, Shot Of Love, Down In The Groove ou les albums en concert Real Live et Dylan & The Dead. Place à un OMNI (Objet Musical Non-Identifié) sorti en 1973 et qui, à l'heure actuelle, est le seul et unique album officiel de Dylan à ne pas avoir été édité en CD, Dylan lui-même s'y refusant catégoriquement. Cet album s'appelle tout simplement Dylan, c'est un de ses albums les... [Lire la suite]
06 décembre 2014

"Tonight's The Night" - Neil Young

 La fameuse trilogie du fossé... Trois albums faits par Neil Young entre 1973 et 1974, sortis entre 1973 et 1975. Trois albums incroyablement déchirés, sombres, dépressifs, anticonformistes, extrémistes. Le premier, je l'ai réabordé récemment, c'est Time Fades Away, un live sorti en 1973, un disque court (34 minutes) mais intense, certes à moitié rongé par une qualité audio quelque peu rugueuse, mais cet enregistrement live, entièrement constitué d'inédits (L.A., la chanson-titre, Last Dance, Yonder Stands The Sinner...),... [Lire la suite]