T7

Traffic, je l'ai dit récemment, n'est pas un groupe dont je suis fan en général (j'ai du mal avec leur début de carrière psychédélique, surtout avec Mr. Fantasy). Sauf une période, allant de 1971 à 1974, une période relativement méconnue de ce groupe, une période allant vers le rock progressif et jazzy. Une période dont j'ai abordé récemment un live, double et vraiment excellent, On The Road. J'avais d'ailleurs, dans la chronique, annoncé en avant-première que j'allais aborder sous peu les deux albums studio ayant fait la substance de ce double live, deux albums sortis en 1971 et 1972. T'inquiète, je les ferai, dans un avenir vraiment proche (dans quelques jours), mais avant ça, histoire de respecter un peu la chronologie, il me fallait aborder le premier album du groupe qui, dans l'ordre chronologique de leurs albums, me plaît vraiment. Sorti en 1971 sans que le nom de Traffic n'apparaisse, en fait, nulle part (mais leur fameux logo apparaît au verso), l'album étant crédité, officiellement, aux noms des sept musiciens ayant fait l'album (pour plus de facilité, c'est sous le nom de Traffic que je l'enregistre ici), c'est un live, enregistré aux Fairfield Halls de Croydon, le 6 juin 1971 et au Oz Benefit Concert donné en juillet, à Londres, en soutien à un journal contre-culturel qui fut interdit (l'album est sorti en septembre). Il s'appelle Welcome To The Canteen

T8

N'offrant que 6 titres, Welcome To The Canteen est un live hélas court, 39 minutes. J'aime beaucoup sa pochette montrant le groupe assis à une table de restaurant bien garnie, et le verso qui montre les crédits sur une carte de menu. Premier live du groupe, il a été fait pendant une courte période ayant vu le retour de Dave Mason au sein du groupe (il a, en tout, fait partie, à trois reprises, de Traffic, partant, revenant, partant, revenant...), période très courte : six concerts et salut les mecs. Autant Winwood (qui, lui aussi, a quitté Traffic, pour y revenir, faisant Blind Faith avec Clapton et participant au Ginger Baker's Air Force dans l'intervalle) a par la suite réussi à faire parler de lui en solo, autant, pour Mason, ce fut compliqué. Ce fut compliqué, aussi, pour Traffic au moment de ce live qui, malgré qu'il soit dans l'ensemble vraiment sympa et réussi, sera un bide commercial dans son propre pays, alors que les précédents opus s'étaient franchement bien vendus. Les trois albums suivants seront eux aussi de vrais bides commerciaux, il s'agit des deux albums suivants de ce petit cycle et du live On The Road de 1973. Ceci dit, en 1974, le groupe sortira un album qui, aussi, ne marchera pas. Il faut dire que le nouveau style du groupe, très jazzy et progressif, n'était pas des plus commerciaux... 

T9

Ici, en revanche, c'est rock, teinté de jazz et de soul certes, mais tout de même, il est étonnant que Welcome To The Canteen ait été un fiasco dans les charts (sauf aux USA, où l'album marchera bien). On y trouve notamment une remarquable et longue (11 minutes) version de Dear Mr. Fantasy, qui à elle seule justifie l'écoute de l'album entier. Le groupe, assez nombreux à l'époque avec l'inclusion du bassiste Ric Grech (Family, Blind Faith, Ginger Baker's Air Force) et du percussionniste Rebop Kwaku Baah (qui fera partie de Can, qui a oeuvré sur des albums des Stones, de Nick Drake, Clapton, Billy Cobham, Winwood en solo...), offre une performance vraiment réussie (Medicated Goo, Gimme Some Lovin', cette dernière est, on le sait, à la base une chanson du premier groupe de Winwood, le Spencer Davis Group), et la qualité sonore, sans être exceptionnelle (ce live date de 1971), est ma foi plutôt bonne. On trouvera certes mieux dans le genre, mais on trouvera surtout pire. Le seul gros défaut de ce live réside donc, comme tout live simple, dans sa durée. C'est toujours frustrant, et rien que pour ça, l'autre live du groupe, On The Road, abordé récemment, aura toujours ma préférence. Mais historiquement, ce live est le premier, dans l'ordre chronologique, qui me plaît dans la discographie de Traffic, le début de la seule période qui me branche, dans la discographie du groupe. La moins connue. La plus intéressante et originale, sans doute. La meilleure ?

FACE  A

Medicated Goo

Sad And Deep As You

Forty Thousand Headmen

Shouldn't Have Took More Than You Gave

FACE B

Dear Mr. Fantasy

Gimme Some Lovin'