WD1

Leslie avait, il y à quelques mois, proposé, en Top Musique, une chanson géniale du nom de At Night In Dreams, d'un groupe américain du nom de White Denim. Découverte, pour ma part. Intrigué par ce groupe que je ne connaissais pas (pas même de nom), j'écoute, sur le Net (chose que je fais très rarement, je n'aime pas trop écouter de la musique sur YouTube), l'album sur lequel se trouve cette chanson. Je suis tellement emballé que j'achète le disque, pas en CD, mais en vinyle, pardon. C'est avec un petit retard que je l'aborde, vu la programmation sur le blog. Corsicana Lemonade, chouette titre, belle pochette, assez sobre, montrant un verre rempli d'un liquide un peu ambré (je me doute que ce n'est pas du thé glacé à la pêche, plus un mojito) avec branche de feuilles de menthe et rondelle de citron (et un sourire aux lèvres vertes, façon Rocky Horror Picture Show vénusien, au recto). Le titre est-il une allusion au citron de Corse ? J'aimerais bien en être sûr à 100%, car aimant énormément la Corse, où vit une bonne partie de ma famille, ça me ferait une raison supplémentaire de mettre ce disque profond dans mon coeur, mais je n'en suis pas certain. L'album est sorti en 2013 et est le septième (en comptant un live ; sinon, c'est le sixième studio) album d'un groupe qui à l'heure actuelle, des albums, en a fait 12 (le dernier date de l'an dernier) et qui est originaire d'Austin, Texas, originaires du même Etat (mais pas de la même ville) qu'un autre groupe, bien plus connu et ancien, dont on va reparler d'ici quelques jours ici, au passage, et que je ne cite pas en partie parce que je pense que les plus pointus en rock savent sans doute de qui je veux parler, et en partie pour le suspense. 

WD2

White Denim est un groupe difficile à ranger dans un tiroir. Allez sur Wikipedia (page anglophone de préférence) : on parle de rock indépendant (catégorie dans laquelle, par défaut, je range ce disque), de garage, de rock psychédélique, progressif, southern rock, expérimental, un peu jazzy, un peu bluesy, un peu hard, un peu punk, un peu dubbesque... Bordel à queue de castor aquaphobe ! Mais c'est quoi ce truc ? Sur le papier, ça sent la merde, on n'a pas trop envie d'écouter car on se dit que ça va être une vraie usine à gaz, mais si on prend le temps d'écouter l'album (et comme il ne dure que 38 minutes, ça va vite), on se donne des baffes pour avoir osé imaginer ne pas l'écouter. Corsicana Lemonade est un album sublime, peut-être le meilleur du groupe, peut-être le pire, peut-être dans la moyenne, je ne sais pas, c'est le seul que je connais d'eux, et grâce à Leslie (merci, mon Normand !). Si c'est leur pire ou un disque dans la moyenne (par rapport au reste de leurs albums), je n'ose imaginer à quoi ressemble le meilleur. Le groupe (James Petralli : chant, guitare ; Steve Terebecki : basse ; Michael Hunter : claviers ; Gregory Clifford : batterie) est solide, la voix de Petrelli n'est pas sans me faire penser, parfois, à celle de Dan Auerbach, des Black Keys. White Denim se rapproche un peu, en plus soft et étoffé, des Clés Noires, d'ailleurs. 

WD3

Les 11 chansons de cet album se suivent sans se ressembler, et si At Night In Dreams, qui ouvre le disque, est mémorable, on peut dire la même chose de Distant Relative Salute, Let It Feel Good (My Eagles), Limited By Stature ou A Place To Start. Sans oublier Pretty Green, sorti en single promotionnel à l'époque. L'album ne fera pas énormément parler de lui, commercialement parlant, on peut d'ailleurs dire la même chose du groupe en général, franchement peu connu. A l'époque de la sortie de Corsicana Lemonade, j'achetais, encore, régulièrement Rock'n'Folk (j'ai dû cesser vers 2014, je crois), et je ne me souviens tout simplement pas d'avoir entendu parler de White Denim, et de cet album, dans les pages du magazine à l'époque. Bon, on ne peut pas se souvenir de tout, et comme je n'ai pas conservé (il faut faire de la place chez soi, pas vrai ?) mes Rock'n'Folk de 2003/2014, période où j'achetais mensuellement le magazine (et ça en fait une grosse centaine de numéros, plus, même), je ne peux pas aller vérifier. Il se peut que le magazine en ait parlé au moins une fois, le contraire serait même étonnant. Mais je n'en garde aucun souvenir. Si, en 2013, j'avais lu une chronique très positive de ce disque, nul doute que j'aurais cherché à l'acheter, au lieu de ça, c'est il y à quelques mois seulement que j'en ai appris l'existence. Et je ne peux que vous conseiller ardemment l'écoute de ce disque vraiment attachant et réussi !

FACE A

At Night In Dreams

Corsicana Lemonade

Limited By Stature

New Blue Feeling

Come Back

FACE B

Distant Relative Salute

Let It Feel Good (My Eagles)

Pretty Green

Cheer Up/Blues Ending

A Place To Start