MR1

En 2018 (et en 2020 aussi), j'avais abordé le cas d'un groupe canadien assez peu connu (du grand public, je veux dire) et vraiment excellent, Mahogany Rush, via leur album de 1975 Strange Universe, qui était leur troisième, (et, pour la seconde chronique, de leur Live de 1978, qui n'a que deux défauts : une qualité audio un peu moyenne, et le fait de n'être que simple ; mais sinon, quel live...). Je me suis dit que tout d'abord, ça serait cool d'aborder leur deux premiers albums (et même le quatrième, tant qu'à faire), et qu'ensuite, pourquoi ne pas reparler du troisième pour l'occasion ? Bref, de faire un petit cycle (un cyclounet, disons) sur ce groupe qui, en fait, n'en est pas vraiment un. Il est de notoriété commune, chez les spécialistes, que  Mahogany Rush, en fait, c'est l'intitulé sous lequel se produit le seul membre fondateur et intemporel du groupe, son leader incontesté (il produit aussi les albums, écrit et compose les morceaux...), j'ai nommé le guitariste et chanteur Frank Marino. Né à Montréal en 1954, en partie d'origine italienne, Marino a découvert la guitare vers 13 ans, et son idole de toujours est Jimi Hendrix. Clairement, même si le bonhomme, à l'époque de Mahogany Rush, possède un look plus proche de celui de Lemmy que de son idole (la différence de couleur de peau étant de toute façon un sérieux frein pour prétendre au titre de sosie physique du Voodoo Chile), son style guitaristique, et même sa voix, font tout deux penser à Hendrix. Marino semble vouloir faire de sa musique une sorte d'hommage vibrant et géant au regretté (mort en 1970) guitariste, et il n'est pas étonnant que son premier album, Maxoom, soit officiellement dédié à Hendrix. Ce Maxoom, premier cru de Mahogany Rush (groupe qui, sous l'intitulé Frank Marino & Mahogany Rush, existe toujours), date de 1972. 

MR2

Pour être tout à fair honnête, j'ai été un peu déçu par Maxoom. Ce fut mon troisième album du groupe (et mon deuxième album studio) et je n'ai pas pu m'empêcher, un peu connement, de le comparer, intérieurement, pendant la première écoute, avec Strange Universe, lequel est plus produit, plus "recherché" que lui. Marino en étai alors à son troisième opus, je ne vais pas dire qu'il s'améliorait (ici, déjà, sur ce premier album de 1972, la qualité des compositions, de la production, est déjà bonne), mais il s'étoffait, normal. Prenez son idole, Hendrix. Le premier album est une tuerie, mais si on compare avec Electric Ladyland... Et puis, il y à la voix. Sur Strange Universe, par moments, Marino arrivait vraiment à sonner le plus hendrixien possible (en plus de son style guitaristique, très hendrixien, déjà sur Maxoom). Sur Maxoom, il n'a pas encore totalement ce timbre hendrixien, il chante plus 'normalement', sans doute de sa vraie voix. Il ne chante pas mal du tout (Boardwalk Lady, Buddy, Blues), soyons clairs, mais j'ai eu l'impression qu'il manquait quelque chose. Sans doute était-il un peu trop timide pour, dès son premier album, pleinement et totalement assumer ses références (pourtant, entre le son de guitare et la dédicace indiquée au verso, c'est sans équivoque)...

MR3

Edition CD proposant, sur deux disques, les trois premiers albums du groupe

Toujours est-il que malgré cette petite frustration de ma part de constater la légère timidité de ce premier opus, Maxoom, sous sa belle pochette qui reprend une oeuvre d'art existante, est loin d'être inintéressant. Si l'album s'ouvre sur le morceau-titre, un instrumental bruitiste un peu moyen (qui m'a laissé penser, au début, que mon vinyle plantait ou avait été mal pressé) et s'il s'achève sur un The New Beginning très court et peu utile, le reste, entre Funky Woman, le génial et long (7 minutes) Blues, Madness et Back On Home, offre du blues-rock un peu heavy/prog de la plus belle eau. Même si le meilleur reste encore à venir pour le groupe. L'album suivant sera un pas en avant, et celui d'après encore, carrément un saut de plusieurs centaines de mètres. Au final, Maxoom est une première oeuvre certes un peu timide (rétrospectivement), mais déjà vraiment agréable et plutôt réussie. On prend beaucoup de plaisir à l'écouter, et rien que ça, c'est déjà pas mal !

FACE A

Maxoom

Buddy

Magic Man

Funky Woman

Madness

FACE B

All In Your Mind

Blues

Boardwalk Lady

Back On Home

The New Beginning