WA1

S'il y à bien un groupe dont je ne pensais pas reparler ici un jour(une chronique de leur Argus est coincée quelque part dans les limbes du blog, datant de quelque chose comme 2009 ou 2010, et j'imagine son état, à moitié rongée par les rats, gonflée par l'humidité, toute moisie, puant la salle d'archives mal entretenue...), c'est Wishbone Ash. Groupe de rock progressif parfois teinté de hard-rock, Wishbone Ash, de nationalité britannique, s'est fondé en 1969 et est toujours en activité, avec à son actif un nombre assez important d'albums (25 ou 26 albums studio, et si on rajoute les lives, on approche de la quarantaine) et pas mal de changement de personnel. Comme je l'ai dit, un seul album de ce groupe fut chroniqué sur le blog, il y à longtemps : leur troisième album, Argus, sorti en 1972, leur plus grosse vente d'albums à l'époque, et celui qui reçut les meilleures critiques. Je ne vais pas dire que Wishbone Ash était mal considéré à l'époque, mais disons qu'il n'était pas forcément un des chouchous de la presse rock. Et à l'écoute de leurs albums, je dois dire que je le comprends. Oui, je n'aime pas trop ce groupe. OK, Argus offre de bons moments (Throw Down The Sword...), mais j'avais écouté ce disque, autrefois, sur la foi d'avis très positifs sur le Net et dans une revue spécialisée, et j'ai toujours été un peu déçu par l'album, qui ne m'a jamais donné envie de continuer à découvrir ce groupe. 

WA2

Et puis, un jour, j'achète, en vinyle, et pour pas cher, comme partie intégrante d'une commande (je n'ai pas acheté que lui, donc), Live Dates, double album live que le groupe a sorti en 1973 et qui sera par la suite suivi d'autres lives du même titre, et numérotés (comme Kiss avec leurs Alive). Soyons honnête, ce n'est pas la pochette qui m'a attiré. Bordel de zut, j'ai rarement vu une pochette aussi horrible. Cette teinte jaune pisse de husky, ces palmiers de misère, cette ombre d'avion de ligne, qu'est-ce que ça fait moche... Non, si j'ai acheté (pour pas cher, moins de 10 euros, en état excellent, et il est, je le rappelle, double) Live Dates, c'est pour essayer de donner une deuxième chance au groupe. Je ne connais que Argus, dont quatre titres sont ici interprétés (la face A entière, et Blowin' Free plus loin). Je me suis dit qu'écouter un assemblage de leurs meilleurs morceaux (du moins, j'imagine ; un groupe mettait rarement ses merdes sur une setlist d'album live...non ?), en version live, pouvait peut-être me donner envie de retenter le coup. Bah non. Vraiment non. Il se peut donc ultra fortement que Live Dates, deuxième Wishbone Ash sur le blog, en soit (me concernant en tout cas) le dernier. Pas trop de regrets ?

WA3

Après, sincèrement, je dois dire que je n'ai rien trouvé de mauvais ici, sauf à la rigueur cette reprise pesante du Baby What You Want Me To Do de Jimmy Reed, le groupe semble aussi à laise à l'interpréter (et ça dure presque 8 minutes) que The Cure le serait à reprendre La Cucaracha. Enregistré en divers concerts brutanniques (Croydon Fairfields Hall, Newcastle, Reading  University, Portsmouth) en juin 1973, Live Dates sera le dernier album du groupe avec Ted Turner (guitare, chant ; Andy Powell assure aussi à ces deux postes) et tape dans tous les albums studios du groupe. Les morceaux sont parfois un peu pompeux (The Pilgrim), Phoenix, long de 17 minutes, est interminable, mais entre les extraits de leur Argus et Rock'n'Roll Widow, on a quand même du très bon ici. Pas un live exceptionnel, je ne suis pas sûr d'avoir envie de le réécouter, mais c'est pas trop mal. Et puis ça fait non seulement un vinyle de plus dans la collection, mais aussi un double live de plus dans le cycle actuel. Et puis un fan du groupe devrait carrément aimer cet album.

Et puis c'est la fin de la chronique. 

FACE A

The King Will Come

Warrior

Throw Down The Sword

FACE B

Rock'n'Roll Widow

Ballad Of The Beacon

Baby What You Want Me To Do

FACE C

The Pilgrim

Blowin' Free

Jail Bait

FACE D

Lady Whiskey

Phoenix