R13

On poursuit le cycle Rush, qui approche de sa conclusion (encore deux articles après celui-là), et comme pour le premier article, il ne s'agit pas ici d'une réécriture, mais d'une chonique totalement inédite, la première sur l'album. On l'a vu il y à deux jours, Rush a connu son premier vrai gros succès commercial, en 1976, avec son quatrième album, 2112, un album hybride (une face conceptuelle ne proposant qu'un seul morceau, et une face indépendante avec plusieurs morceaux plus courts) et que, tout en trouvant réussi, je trouve aussi, quand même, un peu bancal. Mais rien de grave. Faire un successeur à 2112 sera, on s'en doute, une belle gageure pour les Canadiens, sans doute est-ce pour ça que l'album suivant, sorti lui aussi en 1976 (en septembre, soit six mois après 2112), ne sera pas un disque studio, mais un live. Double de surcroît. Le premier live du groupe, qui en sortira une dizaine d'autres par la suite, surtout à partir de la fin des années 90. Ce premier live dure 79 minutes, je ne sais pas s'il est simple ou double en CD, vu que je ne le possède qu'en vinyle. Belle pochette ouvrante en trois volets, riche en photos du groupe, et on a même un résumé détaillé (vignettes des pochettes, tracklisting, numéro de série) de la discographie du groupe au stade de la sortie de l'album. Comme ça, on peut directement savoir de quel album est tiré tel ou tel morceau sur le live, au cas où on ne le savait pas déjà avant !

R14

All The World's A Stage, tel est le titre de ce live : "le monde entier est une scène". Un titre un peu niais, mais tout de même préférable à Rush Live, non ? Et puis, il faut le savoir, c'est aussi une citation de la pièce de théâtre de Shakespeare Comme Il Vous Plaira, les petits gars de Rush ne sont pas de vulgaires métalleux sans culture... Pochette qui montre le kit de batterie du groupe, sur scène, avec, en fond, le visuel de 2112, cet homme nu dans le pentagramme, logo qui sera utilisé pour les rééditions CD du catalogue Mercury du groupe. Je ne sais pas pour vous, mais je trouve ce cadre, avec le titre de l'album, un petit peu cheap, mais passons... Ce qui est aussi un petit peu cheap, c'est la qualité audio du live ; elle n'est pas épouvantable, loin de là, mais j'ai entendu pas mal d'albums live de la même époque (beaucoup ont d'ailleurs été abordés ici récemment, ou vont l'être) qui sont d'une meilleure qualité audio. Ici, c'est un petit peu plat, même si on s'y fait. Enregistré au Massey Hall de Toronto, Canada, az'barak pour Rush donc, All The World's A Stage tape dans tous les albums studio du groupe, sans aucune exception (la face A, rien qu'elle, propoe des titres de chaque album), et fonctionne très bien, tout comme le Live And Dangerous de Thin Lizzy ou les deux premiers Alive ! de Kiss, comme un best-of en concert. Le concert démarre en fanfare avec Bastille Day, géniale ouverture de Caress Of Steel, puis Anthem et Fly By Night, deux des meilleurs morceaux du second album Fly By Night, avant de passer à un extrait du premier opus, In The Mood et à un de 2112, Something For Nothing. C'est la face qui contient le plus de titres, les trois autres n'en ont que 2 ou 3. Notons au passage que Caress Of Steel n'est pas super bien représenté, Bastille Day et Lakeside Park (qui ouvre la seconde face) et c'est tout, mais l'album étant en partie constitué de très longs morceaux, c'est dur de les caser sur un live, à supposer qu'ils aient été joués, ce qui est moyennement probable. 

R15

Outre Lakeside Park, la face B est constituée de la suite 2112, pas en entier ceci dit (cette version live dure un peu moins de 16 minutes et est amputée de deux de ces sept parties). La raison de cette amputation n'a rien à voir avec la limitation de l'espace sur un vinyle : apparemment, le groupe n'interprétait pas souvent cette suite en entier, et ne le fera pas pendant des années, jusqu'au milieu des années 90. Il se peut que toute la suite ait été interprétée durant la tournée 1976, ceci dit, mais à moins de la faire tenir sur bien plus longtemps que la durée de la version studio (20 minutes), il aurait été possible de tout mettre sur le live ; ça aurait fait une face de 25 minutes, ce qui est beaucoup, mais pas rare. Le live offre aussi By-Tor & The Snow Dog, long de 12 minutes, et In The End (tous deux du second album) sur sa troisième face, tandis que la dernière est entièrement constituée de titres du premier opus, Working Man, Finding My Way (sur une seule plage audio de 15 minutes) et What You're Doing. D'excellentes versions de morceaux vraiment excellents. Vraiment, le seul reproche à faire à ce live réside dans sa qualité audio, qui aurait pu être meilleure. Sinon, c'est un complément efficace et recommandé aux albums studio, si vous aimez Rush !

FACE A

Bastille Day

Anthem

Fly By Night

In The Mood

Something For Nothing

FACE B

Lakeside Park

2112 : 

a) Overture

b) The Temples Of Syrinx

c) Presentation

d) Soliloquy

e) Grande Finale

FACE C

By-Tor And The Snow Dog

In The End

FACE D

Working Man

Finding My Way

Whay You're Doing