A1

Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler des Zombies, groupe de pop psychédélique britannique des années 60. Leur Odessey And Oracle est un des sommets de 1968, des années 60, de l'ère psychédélique, du rock tout court. Mais Argent, est-ce que ça vous parle ? J'en ai parlé ici à deux reprises (les albums All Together Now de 1972 et In Deep de 1973, abordés dans l'ordre inverse de celui que je donne), de ce groupe. Un groupe aujourd'hui bien oublié, d'ailleurs, pas forcément un grand groupe, mais un groupe honnête et agréable. Lequel a été fondé par le claviériste des Zombies, Rod Argent (aussi chanteur dans son groupe), voilà à la fois pour le nom du groupe et l'allusion aux Zombies en introduction. Argent est sinon un groupe fondé en 1968 (juuuuuste après la fin des Zombies qui, au moment de la sortie d'Odessey And Oracle, n'existent déjà plus depuis quelques mois) et qui durera pendant une durée beatlesque, soit 8 ans (ils se reformeront dans les années 2000 pour des concerts, mais aucun album, le dernier album studio remonte à 1975) et qui, à sa création, était constitué de Rod Argent, donc, mais aussi de Russ Ballard (guitare, claviers), Jim Rodford (basse ; à la séparation du groupe, il ira rejoindre les Kinks), Bob Henrit (batterie) et Mac McLeod (guitare, basse). Ce dernier est là à la création, mais se barre presque aussitôt. Le groupe faisait ce que l'on appellera du rock un peu progressif, un peu heavy (mais pas trop), assez symphonique parfois (un peu trop !), et sort son premier opus éponyme en 1970. Le second, Ring Of Hands, sort l'année suivante. Ces deux albums sont, ma foi, corrects, mais pas transcendants.

A2

En 1972, All Together Now, le troisième album, avec le hit Hold Your Head Up, sort, marche assez bien, et est un très bon album. Je suis cependant bien plus convaincu par le suivant, In Deep de 1973, sans doute leur sommet en studio, un album quasiment parfait, avec God Gave Rock'n'Roll To You (que Kiss, en 1992, reprendra en la modifiant quelque peu dans ses paroles), Be Glad, It's Only Money (en deux parties) ou Christmas For The Free, une des rares chansons de Noël qui ne me donne pas envie de tuer tout le monde avec un couteau rouillé. En 1974, le groupe sort deux albums. Le premier, c'est leur cinquième opus studio, Nexus, un disque moins réussi que le précédent, du niveau de All Together Now, très correct. Le suivant, c'est leur premier live, double, que j'aborde aujourd'hui, Encore : Live In Concert. Arrivé à ce stade, après la sortie du live sur lequel il est donc, encore présent, Ballard est parti, remplacé par John Grimaldi et John Verity (guitare, tous deux, donc). Encore : Live In Concert dure moins de 80 minutes, j'imagine donc que tout tient sur un seul CD, mais je n'ai que le vinyle. Avec une remarquable qualité audio, ce live, capté notamment au Royal Theatre Druly Lane de Londres le 24 février 74 et au City Hall de St. Albans le 9 mars de la même année (le disque est sorti en décembre), fait la part belle aux deux derniers opus du groupe. En fait, la setlist ne contient aucun morceau des deux premiers albums et tape dans le reste, on a même une reprise, savoureuse, en final, du Time Of The Season des Zombies, qui se trouve sur Odessey And Oracle à la base. Dernier album en date, Nexus est représenté via trois morceaux : Music From The Spheres, très joli ; Thunder And Lightning, moyen ; et l'instrumental ouvrant le concert et long, ici, de 10 minutes, The Coming Of Kohoutek, en partie basé sur le Dies Irae

A3

All Together Now est représenté via I Am The Dance Of Ages, excellent, Keep On Rollin' et surtout les 11 minutes, jammesques, de Hold Your Head Up. In Deep, lui, est représenté via God Gave Rock'n'Roll To You et It's Only Money, lequel, comme sa version studio, est découpé en deux parties sur deux plages audio, à la suite. Il semblerait bien que sur le vinyle, malgré ce qu'il soit indiqué sur la pochette et les labels, la seconde partie soit située avant la première. Soit elle a été interprétée avant la première (si c'est le cas, c'est de l'humour de la part du groupe, j'imagine), soit c'est une erreur de mixage. J'ai envie de dire que ce n'est pas d'une importance cruciale compte tenu que les deux parties sont assez semblables, la seconde est plus courte et plus rapide que la première. C'est pour ça, pour cette indécision sur quelle partie est bel et bien en premier sur ce live, que je ne le précise pas dans le tracklisting en bas d'article. Sinon, l'album offre aussi un morceau signé Ballard, absent de tout album du groupe, I Don't Believe In Miracles, très bon. Très bon est d'ailleurs ce que l'on peut dire de ce double live franchement méconnu, tout comme le groupe en général, qui a pas mal vendu pendant les années 72/75, mais, une fois splitté, sera complètement oublié, la concurrence étant trop forte. Franchement, sans être un des meilleurs lives au monde, ce double live d'Argent est du boulot solide (produit par Rod Argent et son compère des  Zombies, Chris White, qui a accompagné le groupe Argent tout en restant dans l'ombre), et son écoute est très agréable, même en 2021. Avis aux amateurs et aux curieux. 

FACE A

The Coming Of Kohoutek

It's Only Money

FACE B

God Gave Rock'n'Roll To You

Thunder And Lightning

Music From The Spheres

FACE C

I Don't Believe In Miracles

I Am The Dance Of Ages

Keep On Rollin'

FACE D

Hold Your Head Up

Time Of The Season