UH16

Voilà, c'est fini, comme le chantait Aubert. La fin du cycle Uriah Heep. Mais non, pleurez pas... Bon, je dois dire que ce petit cycle, qui a été pour moi l'occasion de parler enfin de ce groupe que j'avais si royalement ignoré (j'en avis lu pas mal de choses négatives, genre caricatural, bourrin, pompeux, ce genre ; je reconnais que ce n'est pas totalement faux en même temps, il suffit de regarder les photos des membres du groupe, prises live, sur la pochette intérieure de cet album, pour rigoler un peu, surtout en ce qui concerne le chanteur), aura été, dans l'ensemble, une bonne surprise. Des cinq albums studio abordés, leurs cinq premiers, il y en à trois qui me donnent envie d'y retourner de temps en temps, un beau ratio. Après cinq albums studio (en un peu moins de quatre ans, quand même !), Uriah Heep va, on s'en doute fortement, sortir un live. Tôt ou tard, il fallait bien que ça arrive, ce sera le cas en 1973, en avril/mai (sorti en avril aux USA, le mois d'après en Angleterre et Europe en général). Ce live est sorti sous un titre des plus originaux, j'ai même envie de dire qu'il est d'une audace tellement folle que le groupe a vraiment pris des risques : Live. Oui, je me foutais de votre tronche en parlant du titre, c'est, en effet, un titre des plus stupides pour un album live, mais on ne compte plus les albums live qui s'appelle, connement, Live (ou Uriah Heep Live, en fait, officiellement, pour cet album). On peut même dire que ce live s'appelle Uriah Heep Live - January 1973, vu la pochette, qui est elle aussi des plus basiques : pochette noire, recto comme verso, avec un cadre blanc en liseré. On dirait celle du (futur) Works Vol. 1 d'Emerson, Lake & Palmer (qui, lui, n'est pas live). 

UH18

Double à sa sortie, l'ensemble durant un peu moins de 73 minutes, Live a été capté le 26 janvier 1973 au Town Hall de Birmingham, Angleterre, patrie de Black Sabbath par ailleurs (je parle de la ville, hein ; on le sait, que le Sabb' est britannique, et le Heep aussi l'est). L'album se vendra super bien (disque d'or aux USA, leur troisième) et bénéficie d'une qualité audio que, sans qualifier d'exceptionnelle, je qualifierais de, disons, très bonne. Il y à mieux, mais il y à sutout pire. On sent que ça date de 1973, en tout cas. Le groupe était plutôt en forme et livre ici 12 titres, 6 par disque, tirés de l'ensemble de leur discographie, Salisbury (le deuxième album) excepté. Le tout se termine sur un medley de reprises de standards du rock'n'roll proposant, en 8 minutes, 6 bribes de morceaux. En ce qui me concerne, je dois le dire, j'aime bien le rock'n'roll à l'ancienne, mais rarement quand il est repris, surtout en forme de medleys expédiés, par des groupes d'un style musical différent. Par exemple, je n'ai jamais aimé le petit medley de ce genre que Queen nous offre sur le Live At Wembley '86. Ou ces versions éléphantesques de Whole Lotta Love, chez Led Zeppelin, dans lesquelles le groupe imbriquait des reprises de rock'n'roll (et de blues). Ce medley final ne fait pas exception (à noter que la première édition CD ne le proposait pas, malgré que tout puisse tenir sur un CD ancienne génération, car ça dure moins de 74 minutes), ce n'est pas mauvais, loin de là, mais je m'emmerde franchement. Limite je trouve que c'est du gâchis de vinyle. 

UH17

Surtout que si le second vinyle dure 40 minutes, le premier, lui, en dure une grosse demi-heure, différence de durée assez curieuse. Le groupe a-t-il voulu proposer, comme notamment Grand  Funk Railroad et son double live de 1970, un concert entier, sans coupures et dans l'ordre ? Ce qui explique la différence de durée entre les disques, il fallait répartir au mieux les morceaux s'ils voulaient conserver l'ordre, et il n'y avait pas beaucoup de marge de manoeuvre. Vous allez sans doute vous dire mais on s'en fout, et vous n'aurez pas tort. Mais moi, je ne peux pas m'empêcher d'y penser. Sinon ? D'excellentes versions de July Morning, Sunrise, Sweet Lorraine, Look At Yourself ou Gypsy qui font de ce Live un assez bon moment, vraiment pas un de mes albums live préférés, mais un bon résumé du début de carrière de Uriah Heep, et une bonne manière, pour moi, de clore ce petit cycle, quelques jours avant de vous en proposer un autre, à peu près aussi long, sur un autre groupe culte de la même époque (ils ont démarré un an après la sortie de ce live, en fait), j'ai nommé Rush. 

FACE A

Introduction

Sunrise

Sweet Lorraine

Traveller In Time

Easy Livin

FACE B

July Morning

Tears In My Eyes

FACE C

Gypsy

Circle Of Hands

FACE D

Look At Yourself

The Magician's Birthday

Love Machine

Rock'n'Roll Medley : 

a) Roll Over Beethoven

b) Blue Suede Shoes

c) Mean Woman Blues

d) Hound Dog

e) At The Hop

f) Whole Lotta Shakin' Goin' On

g) Blue Suede Shoes