UH1

Bon, on a parlé, ici, récemment, de Little Feat, un petit cycle qui, je l'espère, vous a plu. Changement radical de style pour ce nouveau cycle, qui sera constitué de six articles (les six premiers albums du groupe) : Uriah Heep. Rien qu'à voir la pochette, ceux qui ne connaissent pas ce groupe, pas même de nom (ce n'est certes pas le groupe le plus connu au monde, mais à leur époque, ils l'ont été, et ils ne sont pas des perdreaux de l'année ; leur album le plus récent date de 2018 !) sauront tout de suite qu'on ne va pas parler de pop ou de jazz. Oui, on a affaire ici à un groupe de hard-rock, de proto-heavy metal, en fait. Le groupe, britannique, s'est fondé en 1969 à Londres et tire son étrange nom d'un personnage du roman David Copperfield de Dickens, après s'être appelé, dans un premier temps, Spice. Pourquoi avoir choisi un nom tiré d'une oeuvre de ce grand écrivain britannique ? 1969 était l'année du centenaire de sa mort, on parlait apparemment pas mal de Dickens en Angleterre, c'était sans doute pour être dans le vent. Leur musique ne saurait être plus éloignée, encore, de l'univers dickensien. On peut comparer ce groupe à Black Sabbath, en moins lourd. Disons, en fait, à une sorte de croisement, curieux, entre Black Sabbath et du rock progressif à la Genesis. Avec des petites touches Vanilla Fudge parfois. Bref, un beau petit bordel. Le groupe était, au moment de la sortie de leur premier album en juin 1970, constitué du chanteur David Byron - mort en 1985 - , du guitariste Mick Box, du bassiste Paul Newton, du claviériste Ken Hensley - mort en novembre 2020... -, qui chante aussi, et du batteur Alex Napier (Nigel Olsson, futur batteur d'Elton John, joue de la batterie sur deux titres, ceci dit, et un certain Colin Wood joue des claviers sur deux titres). 

UH2

Sorti donc en 1970, le premier album du groupe s'appelle ...Very 'Eavy...Very 'Umble et il possède une pochette bien tapageuse, du genre de celles que l'on remarque, et que l'on retrouve souvent sur le Net dans des classements du genre 'pochettes choc', 'albums de légende', etc...Je ne vais pas dire qu'elle est belle, cette pochette, qui représente, le visage tellement recouvert de toiles d'araignées qu'il en est méconnaissable, le chanteur du groupe, Byron. Elle n'est pas très belle, mais elle donne le ton, en tout cas. L'album, à sa sortie, sera littéralement démonté par une presse déchaînée (dans Rolling Stone, la journaliste Melissa Mills dira si jamais ce groupe connaît le succès, je n'aurai plus qu'à me suicider ; dès la première note, on sait qu'on ne voudra plus rien entendre d'autre de leur part), qui, par la suite, reconnaîtra sans problème que cet album est dans la légende du heavy metal, un des premiers du genre. Après tout, peu importe si le Heep s'est fait allumer à l'époque ; Black Sabbath aussi, et pourtant, on les écoute encore, les Sabbath. Lesquels sont plus 'heavy', et de meilleure qualité, sans doute, qu'Uriah Heep, mais ce premier opus, long de 40 minutes, n'en demeure pas moins très intéressant. Certes, ce n'est pas du meilleur goût, ni le meilleur du groupe (pas le pire non plus, je m'en doute bien ; je ne connais les albums du groupe que jusqu'au live de 1973, la suite m'est inconnue, autrement dit, je ne connais pas grand chose d'Uriah Heep !), mais on y trouve de très bons morceaux, notamment la ballade Come Away Melinda (sur une jeune fille ayant perdu sa mère à la guerre ; chaque chanson, sur la pochette, est explicitée par un petit texte signé du groupe, chose qu'ils referont assez régulièrement, pendant un temps en tout cas), ou bien le fulgurant morceau d'ouverture, Gypsy.

UH3

Sans oublier Wake Up (Set Your Sights) et Walking In Your Shadow. Par moments, les voix (Byron chante bien, voix un peu aigüe, pas trop, assez agréable), les choeurs, font penser à Vanilla Fudge, avec leur côté un peu outrancier (accentué par les claviers qui ne vieillissent pas forcément toujours très bien, orgue électrique, Mellotron...), ça fait chargé, la production de Gerry Bron n'est pas forcément super subtile... Mais les chansons sont dans l'ensemble vraiment réussies (Dreammare ; chouette titre de morceau, d'ailleurs, fallait y penser, que l'on pourrait traduire par 'caucherêve'), même si seules Gypsy et Come Away Melinda, totalement différentes l'un de l'autre, méritent selon moi d'être retenues parmi les meilleures du groupe (de leur première période en tout cas). Dans l'ensemble, ce premier cru de Uriah Heep devrait plaie aux amateurs de heavy rock. Ce n'est pas immortel, il y à mieux dans le genre, mais ne boudons pas notre plaisir, ce n'est vraiment pas à chier, et pour l'époque, c'était parmi ce qui se faisait de plus puissant dans ce nouveau genre qu'est le heavy metal. 

FACE A

Gypsy

Walking In Your Shadow

Come Away Melinda

Lucy Blues

FACE B

Dreammare

Real Turned On

I'll Keep On Trying

Wake Up (Set Your Sights)