LF1

Aah, Little Feat...J'imagine que vous avez dû vous en rendre compte maintenant que trois articles ont déjà été publiés, mais j'aime vraiment énormément ce groupe aujourd'hui, et c'est bien regrettable, totalement (ou presque) oublié. Autant il est parfois difficile de se procurer les vinyles (d'origine, pas en réédition) de certains groupes, autant, pour Little Feat, le premier albums mis à part (celui-là, je le reconnais, ce n'est pas évident de le choper, j'ai eu de la chance), les albums sont facilement dénichables, sur le Net, en vinyle, pour des prix sympathiques. Celui-ci est donc le quatrième album studio, et quatrième tout court (vu que le premier live du groupe sortira en 1978...), et accessoirement, ce fut mon premier album studio du groupe, et mon deuxième d'eux (le live fut le premier). Encore une fois, on a droit à une pochette signée Neon Park. Celui-ci s'était un peu calmé avec la pochette de Dixie Chicken, le (grandiose) précédent album, on y voyait une jeune femme un peu vamp rétro, avec un gros accordéon. Pour la pochette de ce quatrième album en autant d'années d'existence discographique, on a du lourd : une route de montagne, escarpée. Un orage éclate, et une belle voiture bleue passe sur la corniche. Au volant, George Washington. Oy vey. Sur le siège passager, Marilyn Monroe. La plaque d'immatriculation customisée dit ''HOT BOY''. Mais à quoi carburait Neon Park ? On se souvient de la pochette de Waiting For Colombus, le live de 1978, représentant une tomate de sexe féminin, nonchalamment alanguie dans un hamac en attendant d'être découverte par Christophe Colomb...

LF11

Des pochettes comme ça (le verso, plus sobre, on y voit le groupe entassé dans une voiture, leurs jambes dépassant de sous la bagnole, est un peu décevant, et encore...) donnent envie (enfn, en ce qui me concerne) de découvrir la musique qui se cache dans les sillons des deux faces. Feats Don't Fail Me Now, tel est le titre de ce quatrième album, est donc sorti en 1974, en août, et a été enregistré en début de la même année, entre Los Angeles et le Maryland. La production est encore une fois signée Lowelle George, sauf sur le cinquième titre (l'excellentissime Spanish Moon), où elle est signée Van Dyke Parks. Sur ce titre, ce n'est pas Richard Hayward qui est à la batterie, mais un certain Fred White. Sinon, le groupe n'a pas changé depuis Dixkie Chicken, et a trouvé sa voie. Les six membres vont rester sur le pont, jusqu'à ce que la mort de Lowell George, en 1979, ne vienne briser le rêve. Court, plus que les précédents (le premier mis à part, qui fait deux minutes de moins) puisqu'il fait 34 petites minutes, Feats Don't Fail Me Now, chouette titre, est-il un bon album, un album moyen, ou le premier ratage du groupe de Lowell George ? La première chose que j'ai à dire à son sujet n'est, je dois le dire, pas super positive. En effet, je veux parler du dernier morceau de l'album, qui dure 10 minutes. Il s'agit d'un medley regroupant Cold, Cold, Cold et Tripe Face Boogie, deux anciennes chansons du groupe, toutes deux issues du deuxième album, Sailin' Shoes (1972). Ce medley n'est pas live. Il ne s'agit donc pas d'une prise d'un concert (dans ce cas, je n'aurais pas grand chose de négatif à dire, ou en tout cas, ça serait plus nuancé), mais d'un réenregistrement, sous la forme d'un medley, de ces deux titres faits par l'ancienne mouture (sans Barrere, Clayton et Gradney, mais avec Estrada) du groupe. J'ai envie de dire, quel est l'intérêt de réenregistrer ces deux chansons (et ce, même si elles sont à la base géniales, et que cette nouvelle version soit, musicalement, une totale réussite) ? Surtout que si on retire ces 10 minutes, on se retrouve avec, donc, seulement 24 minutes de nouvelles chansons, un peu plus qu'un EP, mais vraiment insuffisant pour un album correct. 

LF12

Little Feat est-il, en 1974, en perte d'inspiration ? Si c'est le cas, j'aimerais bien connaître une perte d'inspiration me permettant d'offrir des chansons telles que Spanish Moon, Oh Atlanta, The Fan ou Down The Road, sans parler de Rock & Roll Doctor. Bien que frustrant en raison de sa durée et du fait que 10 minutes soient "gâchées" par des chansons déjà connues et dont les nouvelles versions n'apportent pas grand chose (mais c'est quand même un très bon moment que l'on passe à les écouter), ce quatrième album, il est vrai un peu inférieur en terme d'impact (il fallait bien que ça arrive un jour, et vraiment, rien de dramatique ici), n'en demeure pas moins une belle petite réussite, super bien produite, on prend plaisir à écouter Feats Don't Fail Me Now (le morceau-titre, très court - 2,25 minutes ! - m'a toujours semblé un peu trop court, justement, je préfère la version live sur Waiting For Colombus). Bref, même si je ne peux pas dire, objectivement, qu'il s'agisse d'un des meilleurs opus du groupe (et ce n'est pas non plus un de mes préférés ; la pochette, en revanche, elle, est une de mes préférées avec celle du suivant), je ne vois pas en quoi il faudrait passer à côté de cet opus 1974. Le suivant sera cependant d'un niveau absolument écrasant, je dis ça pour vous faire saliver en attendant la suite du cycle !

FACE A

Rock & Roll Doctor

Oh Atlanta

Skin It Back

Down The Road

Spanish Moon

FACE B

Feats Don't Fail Me Now

The Fan

Medley : Cold Cold Cold/Tripe Face Boogie