LF7

Après un Sailin' Shoes, on l'a vu récemment, absolument incroyable, que va valoir le troisième opus de Little Feat ? Bon, déjà, une chose à dire : Roy Estrada, bassiste fondateur du groupe et accessoirement, un des membres fondateurs des Mothers Of Invention de Zappa, c'est fini avec Little Feat. Estrada a en effet fait son dernier album du Feat avec Sailin' Shoes, et s'en va. Il est remplacé par Kenny Gradney. Deux autres nouveaux membres font leur apparition ici : le percussionniste Sam Clayton et surtout, le guitariste et chanteur Paul Barrere. Lowell George (guitare, chant), Bill Payne (claviers, chant) et Richard Hayward (batterie), tous trois membres fondateurs, restent, évidemment. Little Feat n'est plus si little. Autre changement : la production de ce troisième album, sorti en janvier 1973, enregistré fin 1972, est signée Lowell George lui-même. La pochette est encore une fois signée Neon Park et, moins délirante que la précédente (et les suivantes), elle représente une jeune femme aux cheveux argentés/bleutés, avec un gigantesque accordéon qui semble l'encercler, devant un mur capitonné. Le titre de ce troisième album ? Dixie Chicken. Le titre de l'album sent bon le sud des USA, le sud de la Mason-Dixon Line, et ça tombe bien, vu que le style musical du groupe ne cesse de s'étoffer et s'oriente désormais définitivement vers un swamp rock bien trippant.

LF8

Court encore une fois (36 minutes), Dixie Chicken se pose là, malgré qu'il ne renferme au final pas tant de hits que ça, comme étant un des meilleurs albums du groupe. En fait, il n'y à que deux morceaux qui peuvent être considérés comme des classiques du groupe, mais excusez du peu, il s'agit du morceau-titre, avec son rythme pépère, et de Fat Man In The Bathtub, juste génial, une de mes chansons préférées du groupe. Proche du son rhythm'n'blues et funky de la Nouvelle-Orléans (l'album a cependant été totalement enregistré à Los Angeles !), Dixie Chicken ne vaut évidemment pas que pour ces  deux titres. Comment en effet ne pas citer cet excellent instrumental qui achève l'album, Lafayette Railroad, ou ce morceau interprété par Barrere, Walkin' All Night ? Ou Juliette, remarquable. Ou...ah merde, je sens que je vais faire mon lourd et tout citer des 10 titres si je ne me retiens pas. Oui mais comment faire autrement, hein ? Dixie Chicken est un album absolument infernal, sous sa pochette au final assez 'sage', c'est un album qu'il est impossible d'écouter le cul vissé sur un siège, sans bouger, on a envie de se remuer le derche comme sur un bon vieil album de funk à l'ancienne, et malgré qu'il ne s'agisse pas d'un album de funk, ni d'un groupe de funk (notons au passage que par la présence de Clayton, Little Feat devient multiracial, si tant est que ça ait une importance ; et comme Gradney est native american, ça accentue encore ce détail).

LF9

La suite de la carrière de ce groupe aujourd'hui si oublié (et c'est vraiment regrettable) ne sera pas inintéressante, loin de là. On peut même dire qu'à partir de 1973, année de sortie de ce troisième opus, tout va s'accélérer pour Little Feat. Lowell George va participer, en 1974, a Sneakin' Sally Through The Alley de Robert Palmer (le premier album du chanteur), sur lequel Palmer reprend Sailin' Shoes ; la même année, il joue rapidement sur l'album Rejuvenation des Meters, un groupe de funk. En 1973, avant ça, il jouera, et Hayward aussi, sur le Paris 1919 de John Cale. Entre autres participations. Tout le monde ou presque, je pense, voulait Lowell George sur un de ses disques, tellement le guitariste était doté d'un talent stratosphérique. La suite de la carrière discographique de Little Feat ? Il faudra attendre 1974, autrement dit vraiment pas longtemps, pour la découvrir, et pour ce qui est du blog, c'est dans deux jours !

FACE A

Dixie Chicken

Two Trains

Roll Um Easy

On Your Way Down

Kiss It Off

FACE B

Fool Yourself

Walkin' All Night

Fat Man In The Bathtub

Juliette

Lafayette Railroad