T21

Attention, disque culte. Je dirais même : CULTE. Le 19 mars dernier, au gré de quelques commentaires publiés sur un article sur l'album A Live Record de Camel, un commentateur, Slash, qu'il en soit remercié, cite quelques groupes de heavy rock (et de progressif) des années 70, parmi lesquels T2. Groupe que je connaissais déjà depuis quelques années (depuis 2016 précisément), ayant par ailleurs le vinyle, réédité car un pressage d'époque vaut plus cher qu'une petite maison avec héliport intégré à Neuilly-sur-Seine, mais que je n'avais pas encore abordé ici, à mon grand étonnement, j'étais persuadé que c'était le cas. Erreur impardonnable de ma part, et que je répare ici même. T2 ? Non, on ne parle pas de Terminator 2 : Le Jugement Dernier, que les fans abrègent souvent en T2 pour faire plus simple. Mais alors, VRAIMENT, rien à voir du tout. T2 était un groupe britannique fondé en 1970, ayant duré juqu'en 1972...s'étant reformé entre 1992 et 1997, et depuis, plus rien. Le groupe était constitué de Peter Dunton (batterie et chant), du guitariste Keith Cross et du bassiste Bernard Jinks, c'était, en effet, un trio. Des jeunots. Le groupe, signé sur Decca, fameux label ayant signé les Rolling Stones à leurs débuts, mais aussi célèbres pour avoir refusé les Beatles en leur précisant qu'ils n'iraient nulle part avec leur musique (dans la catégorie toi, quand tu te plantes, tu y va à fond, ça se pose là), n'enregistrera et ne sortira qu'un seul album avant de splitter. Leurs albums suivants (trois albums) seront faits au cours de leur reformation des années 90. 

T22

Quand je dis que le groupe n'a fait qu'un album avant de se séparer, je ne suis pas vraiment dans le vrai : ils en ont sorti un, mais juste avant de se séparer, enregistreront de la matière pour un deuxième album qui ne sortira jamais (mais en 1997 sortira un disque contenant ces démos, qui furent conservées, sans utilisation, pendant presque 30 ans, donc). Pourquoi la séparation du groupe, alors que leurs concerts furent, apparemment, pour ceux qui ont eu la chance d'y assister (en Angleterre, dans des clubs, seulement), mémorables ? Decca n'a absolument pas aidé le groupe pour la promotion de l'album, qui ira mourir dans les charts, le groupe se sentira abandonné et lâchera l'affaire, gros gâchis (il paraît qu'en plus, le groupe jouait tellement fort en concert que Keith Cross souffrira d'acouphènes). Pendant des années, un pressage original de l'album, intitulé I'll All Work Out In Boomland, sera d'une rareté absolue sur le marché, et donc vendu très cher, et c'est toujours le cas, évidemment. L'album n'a pas été pressé en des tonnes d'exemplaires, loin de là, Decca ne croyait pas trop en cet album ne comprenant que 4 morceaux, dont un de 21 minutes (le mémorable, l'ahurissant Morning). En fait, Decca n'aimait pas ce qu'il entendait dans la musique de T2, ce qui est quand même joliment con. La moindre des choses à dire, pourtant, au sujet de cet unique album 70's de T2 (je ne sais pas du tout ce que valent les albums des années 90, mais je ne suis pas pressé de le savoir ; c'est rarement du grand art, ces albums de reformation tardive), c'est que c'est immense. Le style ? Du rock progressif assez hard parfois (sans qu'en fait, on puisse parler de hard-rock), servi par un groupe certes débutant, mais bien installé.

T23

La guitare est géniale, Keith Cross en joue divinement bien. Le chanteur (et batteur, chose au final peu fréquente dans le rock : Don Henley des Eagles, Phil Collins, il me semble aussi le groupe français Il Etait Une Fois, pour en citer trois), Dunton, possède une voix parfaite, agréable et efficace. On notera l'utilisation étonnante d'un cor de chasse sur Morning, discret, mais original. Les chansons de la face A, et notamment No More White Horses (ma préférée du lot, une pure merveille) et In Circles, deux décollages de presque 9 minutes par tête de pipe, sont au moins aussi grandioses que le long morceau de 21 minutes de la face B. A noter que la réédition CD, mais aussi vinyle, offre deux bonus-tracks enregistrés live à la BBC, un à la fin de chaque face pour le vinyle (et en bout d'album pour le CD), Questions And Answers et C.D., qui rajoutent 12 minutes pas dégueulasses (mais l'album original est auto-suffisant, je trouve, et je les écoute rarement) à un album long, à la base, de 44 minutes, belle durée pour 1970. Sorti, ce qui ne gâche vraiment rien, sous une sublime pochette qui donne envie, It'll All Work Out In Boomland est un régal, un petit monument méconnu qu'il faut à tout prix découvrir. En téléchargement (légal), en CD, en vinyle, peu importe, mais foncez !! C'est de la bonne...vraiment de la super bonne !

FACE A

In Circles

J.L.T.

No More White Horses

FACE B

Morning