DCGN7

Bon, on poursuit le cycle consacré aux différentes entités créatrices de Crosby, Stills & Nash : Crosby, Stills et Nash. On en est en fait, même, à ne parler que de Crosby et Nash, en ce moment, les deux compères ayant sorti deux albums collaboratifs, l'un, Graham Nash David Crosby, très réussi en 1972 (Immigration Man, rien que ça...), l'autre absolument magistral en 1975, Wind On The Water, premier d'une série de trois albums sur le label ABC (ce qui n'empêchera pas que les versions cassette et cartouche 8-pistes sortiront, elles, sur Atlantic...), album sur lequel on trouve Carry Me, Fieldworker, Bittersweet, Mama Lion... Toujours entourés des mêmes musiciens (des requins de studio que l'on retrouve souvent dans les bons coups), à savoir Drummond, Lindley, Kortchmar, Kunkel et Doerge, Crosby et Nash vont  sortir le successeur de Wind On The Water en juin 1976. Chose amusante : non seulement la pochette de ce nouvel album est très proche de celle du précédent (les deux, assis l'un à côté de l'autre, souriants, même genre de pose, mais cette fois-ci, en intérieur, et aux vêtements de la même couleur), ce qui pourrait entraîner une confusion, mais les titres des deux albums sont assez similaires : le nouvel s'appelle en effet Whistling Down The Wire, presque les mêmes initiales, presque les mêmes sonorités. L'album offre 10 titres, et est assez court, 36 minutes. 

DCGN8

Il est, on va dire, mieux structuré en tant qu'album collaboratif : Crosby signe, seul, trois morceaux, Nash aussi. Les quatre morceaux restants sont, pour l'un, signé Nash et Kortchmar, pour un autre, Crosby, Nash et Doerge, et pour les deux restants, Crosby et Nash. Nash a en fait un crédit de plus que son pote à la moustache de morse (Goo goo goo jooob ! Hem...), mais on ne va pas chipoter pour si peu. Whistling Down The Wire (le titre vient des paroles de Broken Bird, un des deux morceaux signés Crosby/Nash) est un très bon album, il faut le dire, parce que ce genre de propos, au sujet de cet album, n'est vraiment pas monnaie courante. Bien souvent, on parle de ce disque, quand on en parle ah ah ah, avec un peu de condescendance, l'air de dire vivement que Stills revienne et que CSN refasse un disque, afin qu'une entité créatrice supplémentaire vienne mettre un peu de sang neuf dans tout ça. Il faut dire que le disque de CSN de 1977 est à lui seul 10 fois supérieur à Whistling Down The Wire. Ce troisième cru studio de Crosby et Nash souffre vraiment d'un manque de créativité, surtout après Wind On The Water, mais il faut dire que ce dernier était tellement réussi que faire mieux semblait impossible. On ne trouve ici qu'un seul titre de la trempe des classiques des deux premiers opus : Mutiny, signé Nash, qui achève la face A avec force. 

DCGN9

Le reste, ceci dit, vaut quand même bien le coup ; tout en étant inférieur au précédent, ce cru 1976 est tout de même très très écoutable : un bon soft-rock 70's comme on les aime, et je ne vois aucune chanson qui soit mauvaise, en fait. Broken Bird, Dancer (de Crosby, sans paroles), Marguerita (de Nash), Out Of The Darkness (composé par le duo avec Doerge) sont de très très belles chansons qui, avec Mutiny, si on additionne le tout, offrent une grosse vingtaine de minutes de haute tenue, soit plus de la moitié de l'album (et la moitié en terme de nombre de morceaux). Voilà qui en fait un disque un peu inégal, donc, mais rien de grave, le reste (Spotlight, Taken At All) est tout de même très correct. Au final, on est un petit peu déçus avec cet album parce que le niveau était tellement haut, entre le précédent opus, les deux albums solo de Nash, celui de Crosby...mais bon, rien de grave !! Le cru 1982 de Crosby, Stills & Nash, rien que lui, sera bien pire !

FACE A

Spotlight

Broken Bird

Time After Time

Dancer

Mutiny

FACE B

J.B.'s Blues

Marguerita

Taken At All

Foolish Man

Out Of The Darkness