DMR1

Ne me dites pas que vous ne connaissez pas le morceau situé en clip en fin d'article, je ne vous croirai pas. C'est probablement la chanson la plus connue d'un groupe britannique formé en 1978, séparé en 1986, reformé en 2003 (sous un intitulé plus court) et à l'heure actuelle, toujours en activité (dernier album en date, et leur cinquième seulement par ailleurs, en 2016) : les Dexys Midnight Runners. Désormais, depuis 2003, Dexys. Lesquels sont, ici, pour ce deuxième album sorti en 1982, crédités à Kevin Rowland & Dexys Midnight Runners. Pour la seule et unique fois de leur carrière. Pourquoi cette précision, pour cet album seulement, alors que Kevin Rowland est le leader du groupe depuis leur formation, et n'est pas arrivé au sein des Dexys au moment de ce disque  ? Ecoutez, si jamais vous le croisez un jour, n'hésitez pas à lui poser la question. C'est lui que l'on voit, en sorte de Gavroche adulte, assis contre une palissade, sur la pochette de cet album, le deuxième du groupe, baptisé Too-Rye-Ay. Un album qui marchera assez fort grâce à la présence d'une chanson qui, donc, sera le tube du groupe : Come On Eileen (une chanson dans laquelle, dans le prérefrain, on entend le titre de l'album, braillé par Rowland). Une chanson culte, qui passe encore de temps en temps à la radio. Une chanson à la fois amusante et franchement irritante, le genre de truc qui ne vous lâche plus une fois que vous l'avez écouté.

Des fois, avoir cette chanson en tête pendant toute une journée est une vraie douleur.

DMR2

Le groupe (à voir la photo plus bas, on dirait des Négresses Vertes britanniques, une belle bande de branquignols) fait du rock celtique et folk, comme les Waterboys de Mike Scott, avec moult violons, banjo, flûte, tin whistle, accordéon. Difficile de confondre les deux groupes, cependant, rapport au chant. Si la voix de Mike Scott, des Waterboys, est géniale, habitée, celle de Rowland, je dois le dire, est souvent assez irritante, quand il part dans des stridences et frénésies vocales. Le tube Come On Eileen en est un bon exemple : la chanson semble parfois au bord de l'hystérie, et si on l'écoute trop souvent, ça porte clairement sur les nerfs. Pourtant, ce n'est pas mauvais, loin de là, c'est là tout le paradoxe. Too-Rye-Ay est un très honnête disque de new-wave celtique, qui offre des chansons vraiment intéressantes, comme Plan B, Let's Make This Precious, ou bien cet incroyable morceau de 7 minutes, Until I Believe In My Soul

DMR3

Mais bon, je suis désolé s'il y à des fans, mais j'ai toujours eu énormément de mal avec cet album (le seul que je connaisse du groupe), rapport à la voix de Rowland, qui, parfois, m'énerve vraiment beaucoup. Je sais, c'est con, mais j'y peux rien. Dommage, parce que sinon, Too-Rye-Ay, premier album du groupe avec des violons, n'est vraiment pas un mauvais album, dans le genre rock celtique, c'est plutôt convaincant. On a, tout du long, une ambiance passez le whisky j'ai un peu soif qui fait plaisir à entendre. Dommage, vraiment, que le chanteur en fasse, la plupart du temps, un peu trop dans le registre hystérique. Mais bon, c'est comme ça...

FACE A

The Celtic Soul Brothers (More Please)

Let's Make This Precious

All In All (This One Last Wild Waltz)

Jackie Wilson Said (I'm In Heaven When You Smile)

Old

FACE B

Plan B

I'll Show You

Liars A To E

Until I Believe In My Soul

Come On Eileen