LV1

Les Variations ? Ah, ça, on Nador. Hum. Désolé pour ce jeu de mots pourrave (Nador est le titre de leur premier album). Ce groupe a été fondé en 1966 par des musiciens d'origine marocaine et juive (je sais, on s'en contrefout, de leur appartenance religieuse, mais vu que Wikipédia le précise, pourquoi ne pas le faire aussi ?). Le groupe, après quelques participations à des petites scènes, fait, en 1967, une tournée en Allemagne (comme de bons vieux Beatles début de carrière, hein ?) et au Danemark, ils enregistrent d'ailleurs, dans ce pays, leur premier single. Puis un second (fait en France) en 1969. Ils font les premières parties de Johnny, de Led Zeppelin, de Steppenwolf, excusez du peu, et partent à Londres pour y faire Nador (1970), un album que j'avais abordé ici autrefois, excellent premier album. Le groupe est alors constitué de Jo Leb (chant), Marc Tobaly (guitare), Jacques "Petit Pois" Grande (basse) et Jacky Bitton (batterie). Leb quitte le groupe peu de temps après l'enregistrement de leur troisième album au titre impayable (Moroccan Roll), en 1973 (l'album sort en 1974, il ne chante pas sur tout l'album). Il est remplacé par Robert Fitoussi, qui, par la suite, sous le nom de F.R. David, obtiendra un gros succès avec la chanson Words. Oui, c'est le même. Fitoussi chantera sur le quatrième et ultime opus, de 1975, Café De Paris. Mais bon, c'est du deuxième album que je veux parler ici, sorti en 1973, et baptisé Take It Or Leave It.

LV2

 

Long de 38 minutes, cet album, entièrement chanté en anglais (les Variations chanteront aussi en français, Je Suis Un Rock'n'Roller, morceau sorti en single hors-album et présent en bonus-track sur la réédition CD de l'album) a été produit, aux studios Ardent et Stax de Memphis (pas mal, non ?) par Don Nix. Le mec a bossé pour George Harrison, notamment, et a usiné des albums souvent excellents (Living By The Days, 1971, qui n'a pas eu de bol parce que sorti au moment de la mort de Jim Morrison, et Nix était sur le même label que les Doors, donc, promotion minimale pour son disque...mais je m'égare), donc même si son nom n'est pas aussi connu que, disons, Glyn Johns ou Phil Spector, c'est pas rien. D'ailleurs, Take It Or Leave It, sous sa pochette bien seventies, sonne plutôt très bien (leson aurait pu être  encore plus clair, ceci dit), du très bon hard-rock 70's un peu bluesy, sorte de croisement entre les Stones et Led Zeppelin avec un accent frouze. Marc Tobaly est un guitariste de très bonne tenue, Jo Leb chante très bien (bon, ce n'est ni Jagger, ni Steven Tyler, ni Robert Plant, on est d'accord), la rythmique est efficace... Après, les chansons ne sont pas toutes d'un niveau extraordinaires, mais l'album s'ouvre sur un Silver Girl vraiment épatant. 

LV3

La suite est bien calibrée comme il faut, avec la sempiternelle ballade rock de rigueur (All I Want To Know), le rock un peu bluesy également de rigueur (Help Me Marianne, et ses formidables choeurs), son grand final explosif réglementaire (C'Mon Joe), sa fin de face A également explosive (Take The Time To Live)... Aussi original que le beau temps après la pluie, Take It Or Leave It est un bon album de rock, de hard-rock, un disque qui, évidemment, n'arrive pas au niveau de Led Zeppelin, des Stones ou d'Aerosmith (qui, en cette même année, démarrent leur carrière discographique), il y à trop de défauts pour ça, comme le chant, efficace mais Jo Leb n'a pas la meilleure voix au monde ; ou la production, certes signée Nix, mais un peu boueuse parfois ; et toutes les chansons ne sont pas excellentes (Make You Mine, If I Can Do It). Mais bon, ce n'est pas merdique, c'est sympa à écouter, et parfois, c'est tout ce qui compte !

FACE A

Silver Girl

Help Me Marianne

Make You Mine

All I Want To Know

Take The Time To Live

FACE B

Walk Right Down

Rock'n'Roll Jet

I Need Somebody

If I Can Do It

C'Mon Joe