C1

Encore un gros morceau, les mecs ! Cream ? Bien sûr, Cream ! Ce légendaire supergroupe, ce trio du feu de Zeus, fondé en 1966 par un ancien Yardbirds et Bluesbreakers et deux anciens Graham Bond Organization, respectivement Eric Clapton (guitare, chant occasionnel), Jack Bruce (chant, basse) et Ginger Baker (batterie, chant occasionnel). N'attendons plus une nouvelle reformation du groupe : depuis la mort de Bruce en 2014 et celle de Baker en 2019, ça serait compliqué, pour Clappy, le seul survivant, de le refaire... Mais Cream s'était reformé en 2005 à Londres pour une série de concerts, et comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, j'ai eu la chance ultime d'assister à l'un d'entre eux. Le DVD existe, sinon. Bref. Cream n'a pas fait beaucoup d'albums : quatre en tout. Dont un double album en partie live, et un autre, simple (et court !) en partie live lui aussi. Plus deux lives sortis après la séparation. Le prix de ces albums, aussi bien en CD qu'en vinyle (réédité, le vinyle, pas d'époque, parce que là, c'est autre chose), est suffisamment compétitif pour que vous puissiez tout vous payer à prix sympa, et comme les albums sont recommandés, ça ne vous fait aucune excuse. En 1968, le groupe décide d'arrêter. Ils organisent une tournée d'adieu, qui passera aux USA, et achèvent le tout par un concert au Royal Albert Hall de Londres (là même où ils se reformeront en 2005) le 26 novembre. Puis, c'est fini. Bruce fera du solo, Baker et Clapton forment, avec Steve Winwood qui vient de quitter Traffic et Ric Grech qui vient de quitter Family, le groupe Blind Faith, éphémère (1969), puis je ne vais pas poursuivre les biographies, ça serait fastidieux.

C2

 

En 1969, Cream, séparé, sort l'album Goodbye, constitué de trois inédits studio et de trois morceaux live captés durant la tournée d'adieu. L'album dure 30 minutes, dont seulement 10 pour les inédits studio. Il est vraiment décevant, sous sa pochette rigolarde (la même que celle de ce coffret). Un coffret, j'ai dit ? Oui. Sorti en 2019. Un coffret au format livre-disque, constitué de quatre CDs dans un fourreau au format du coffret, et d'un livret cartonné riche en photos et informations sur la tournée. Goodbye Tour - Live 1968, qu'il s'appelle, et il offre l'intégralité de quatre des concerts de la tournée d'adieu. Oakland Coliseum (4 octobre (trois des titres de Live Cream Vol. II, les trois premiers précisément, viennent de ce concert, mais ils étaient avec une moins bonne qualité audio qu'ici), L.A. Forum (19 octobre ; le concert ayant servi de source pour les trois titres live de l'album Goodbye de 1969), San Diego Sports Arena (20 octobre) et le concert final du Royal Albert Hall (29 novembre) dont j'ai parlé plus haut. Le tout avec une qualité audio purement géniale (sauf pour le dernier CD, là, je dois le dire, c'est rugueux). Si vous aimez Cream, et Clapton, l'écoute de ce coffret de quatre heures est ultra recommandée. Même si, comme je l'ai précisé rapidement plus haut dans ce paragraphe, on a des doublons avec Goodbye et Live Cream Vol. II. Mais un fan ne s'arrêtera pas à ça. Un fan possèdera sans doute les albums, tous, plus le coffret Those Were The Days qui les propose aussi, tous, en totalité. Un fan est, souvent, un peu cinglé. 

C3

Ici, on a des doublons de morceaux, d'un concert à un autre : White Room, Politician, Spoonful, Crossroads, Sunshine Of Your Love, I'm So Glad sont présents partout, sur chaque disque. Le solo de batterie de Toad manque sur le premier concert, mais on a quand même un solo de 10 minutes, basé sur Passing The Time. Sitting On Top Of The World est présent trois fois, Traintime (solo d'harmonica de Bruce) deux fois... Les setlists ne sont pas des modèles de variantes, on a juste Deserted Cities Of The Heart sur le premier concert, Steppin' Out en final du dernier. Mais encore une fois, un fan ne s'arrêtera pas à ça. Les quatre performances sont également réussies (dommage que pour le concert final, le son soit aussi décevant, un bootleg sonnerait pareil), le groupe envoyait grave et ils n'étaient que trois pour faire tout ce boucan. On imagine aisément la frustration des fans à l'annonce de la séparation du groupe en 1968, mais on ne peut pas dire qu'ils ont foiré leur sortie. Ce coffret en offre un excellent succédané, avis donc aux amateurs. 

CD 1 (Oakland Coliseum 4 octobre 1968)

White Room

Politician

Crossroads

Sunshine Of Your Love

Spoonful

Deserted Cities Of The Heart

Passing The Time

I'm So Glad

CD 2 (Los Angeles Forum 19 octobre 1968)

Introduction By Buddy Miles

White Room

Politician

I'm So Glad

Sitting On Top Of The World

Crossroads

Sunshine Of Your Love

Traintime

Toad

Spoonful

CD 3 (San Diego Sports Arena 20 octobre 1968)

White Room

Politician

I'm So Glad

Sitting On Top Of The World

Sunshine Of Your Love

Crossroads

Traintime

Toad

Spoonful

CD 4 (Royal Albert Hall 26 novembre 1968)

White Room

Politician

I'm So Glad

Sitting On Top Of The World

Crossroads

Toad

Spoonful

Sunshine Of Your Love

Steppin' Out