JM13

En 1971, David Geffen, à l'époque producteur et agent de stars, fonde son propre label, Asylum Records. Joni Mitchell, une de ses amies, sera une des premières à signer sur ce label. Auparavant, la Canadienne était sur le label Reprise Records (appartenant à Warner), au même titre que son fameux compatriote Neil Young. Arrivé à ce stade de sa carrière, Joni Mitchell n'a strictement rien raté : quatre albums, quatre merveilles, des albums intimistes, sobrement produits, et des classiques à la pelleteuse, énumération non exhaustive : Chelsea Morning, Both Sides, Now, Cactus Tree, Woodstock, Big Yellow Taxi, Carey, All I Want, The Circle Game, A Case Of You... Suffisamment de classiques pour un best-of, en fait. Son précédent opus, Blue, sorti en 1971, constitué en majeure partie de chansons sur les différentes liaisons amoureuses de Joni, album dans l'ensemble très mélancolique (le titre est donc sans équivoque, et comme la pochette est bleue, aussi, ça tombe bien). L'album marchera très fort, et on en parle encore comme su sommet de sa carrière, son album le plus essentiel. Ce qui, comme je l'ai dit récemment dans ma précédente chronique, n'a jamais cessé de m'énerver. Blue est un immense album, c'est clair et net, et je l'adore, sans qu'il soit un de mes préférés de Joni (ses albums de la période 1974/1977 sont mes préférés, difficile pour moi d'en prendre un parmi ceux de cette période et de le mettre en avant), mais il n'est pas meilleur que le précédent, ou que le suivant, il est du même niveau. 

JM15

Le suivant ? Celui-ci, donc, sorti en 1972 sur le label Asylum Records (sur lequel se trouvent Eagles, Linda Ronstadt, Jackson Browne...), il s'appelle For The Roses. La pochette est magnifique : Joni assise sur un rebord de falaise, un petit éperon rocheux, dans la nature. Pochette ouvrante en deux volets (lun volet central, comme une page à tourner), avec les paroles, et une belle photo de Joni, debout, nue (de dos, et prise de relativement loin ; dommage, hein ? Prenez le vinyle, la photo est plus grosse que que le CD...), sur un rocher, au bord de la mer. L'album offre 12 titres, pour un total de 40 minutes, et est le premier album de Joni pour lequel elle est vraiment accompagnée de musiciens rock (sur les précédents, on avait parfois un ou deux musiciens - surtout Stephen Stills, d'ailleurs - mais discrètement). En l'occurrence Wilton Felder à la basse, Russ Kunkel à la batterie, Tom Scott aux instruments à vent, Bobbye Hall aux percussions. James Burton est à la guitare électrique sur un titre, Graham Nash, ancien petit ami de Joni (séparés en 1970) à l'harmonica sur un autre. Stephen Stills sur un autre. Autoproduit, For The Roses est encore un album très folk, mais on y sent venir, de ci de là, des ambiances un peu jazzy. Mais sans commune mesure avec le suivant, mais pour en avoir plus ur ce suivant, prière d'attendre la prochaine chronique.

JM14

For The Roses, donc... L'album offre une des chansons les plus connues de Joni : You Turn Me On, I'm A Radio. Chanson amusante sortie en single, assez sarcastique, assez ironique, qu'elle a écrite pour faire plaisir à sa nouvelle maison de disques qui lui réclamait un hit. Elle ne devait pas forcément croire que ça marcherait, mais en fait, si, elle se classera 25ème au Billboard 100, cette chanson, pas un score monumental, mais Joni n'a jamais été une auteure/compositrice de hits à la McCartney non plus. Unique album de Joni (à ce jour), et depuis 2007, à faire partie de la prestigieuse Bibliothèque du Congrès à Washington (dans la National Recording Registry), l'album aligne encore une fois les merveilles : Cold Blue Steel And Sweet Fire (le morceau avec Burton à la guitare électrique), Let The Wind Carry Me, Judgement Of The Moon And Stars (Ludwig's Tune) ou bien encore Electricity. Cependant, l'album se vendra moins bien que Blue, mais sera quand même un beau petit succès, et surtout, il sera acclamé par la presse, on en parlera comme d'un écrin à joyaux, d'un disque moins innocent que les précédents, mais magnifiquement écrit et produit. C'est un autre monument dans la décidement parfaite, pour le moment, discographie de  Joni Mitchell. Et autant le dire, au risque de tuer le suspense, ce ne sont pas les albums suivants qui vont foutre en l'air cette belle suite de merveilles. Quant à l'album suivant, il sera pour Joni l'occasion de vraiment passer à autre chose... 

FACE A

Banquet

Cold Blue Steel And Sweet Fire

Barangrill

Lesson In Survival

Let The Wind Carry Me

For The Roses

FACE B

See You Sometime

Electricity

You Turn Me On, I'm A Radio

Blonde In The Bleachers

Woman Of Heart And Mind

Judgement Of The Moon And Stars (Ludwig's Tune)