CRA1

Vous vous en souvenez ? MaxRSS avait proposé, l'an dernier, quelques albums de Catherine Ribeiro. J'en avais, auparavant, quelques mois plus tôt, voire même un an plus tôt, proposé un. Et tous les albums de la chanteuse engagée n'ont pas été abordés (surtout qu'elle n'en a pas fait beaucoup : 9 en tout, je parle des albums studio). Alors je me suis dit : et pourquoi ne pas aborder le premier de ses albums, que MaxRSS n'avait pas fait ? Et pourquoi ne pas republier ses chroniques en rajoutant mon avis en chronique complémentaire ? Et pourquoi ne pas rechroniquer l'album que j'avait fait d'elle ? Et pourquoi- ah, ta gueule. Bon, Catherine Ribeiro ? Née à Lyon en 1941, d'origine portugaise (ce n'est pas un détail sans importance que je vous donne ; elle s'inspirera souvent de ses origines pour sa musique), elle a démarré dans la musique vers 1964 après avoir été actrice (chez Godard : Les Carabiniers). Ses premières chansons ? Des airs traditionnels portugais, sortis sur un label lusitanien, des créations originales, des reprises de Dylan...Signée chez Barclay, elle apparaît sur la fameuse "photo du siècle" de Périer, avec toutes les stars yé-yé. Elle vend bien, mais en a rapidement marre du star-system. Elle va, en 1968, virer de bord, devenir une des artistes les plus libertaires, engagées, anarchistes du paysage français. Elle fait une tentative de suicide, se retrouve  l'hosto, et à sa sortie, se remet en selle en formant, avec son ami Patrice Moullet, le groupe 2Bis, qui sort, en 1969, un album sans titre.

CRA2

Catherine Ribeiro + 2Bis, donc. Sorti sur le label Festival, ce premier album, 36 minutes (8 titres), a été enregistré avec Moullet (guitare, cosmophone), Bernard Pinon (trompette), Gérard Lambert (qui réparait sa mobylette guitare) et Alain Aldag (orgue, percussions). Ribeiro chante, a écrit toutes les paroles, toutes les musiques sont de Moullet. L'album est assez accessible, par rapport aux suivants (vous allez voir, la suite du cycle !), mais, déjà, on a pas mal de ce qui fera la force et l'originalité de la musique de  Ribeiro et de son futur groupe Alpes (qui sera construit sur 2Bis ; au passage, le nom du groupe, 2Bis, viendrait de l'adresse, à Nogent-sur-Marne, où le groupe a enregistré l'album ; pas un studio tel quel, mais un local situé Quai du Port. 2 bis Quai du Port, donc.). Le chant de Catherine, déjà, lyrique, riche en cris et rires, se traînant parfois (Le Point Qui Scintille, long de 6 minutes - morceau le plus long ici, par rapport à ce qui se fera sur les albums suivants, c'est relativement court). Et les paroles, assez fortes, engagées, même si, là aussi, ça sera plus poussé sur les albums suivants. Soeur De Race semble parler d'une femme au fort tempérament, solide malgré les épreuves, une femme à laquelle Ribeiro s'identifie, fière, miséreuse mais ne demandant rien à personne. 

CRA3

Les Fées Carabosses parle-t-elle de la société, qui transforme les gens en moutons suiveurs ? Des parents ? Ils m'ont fagottée sur les bancs de l'école/Ils m'ont donné des maîtres tout juste bons à anônner/Ils ont visé vrai mais ils ont oublié/Qu'un jour je saurai la souffrance. La Solitude, immense, n'a rien à voir avc l'autre chanson, immense aussi (mais de 1971) de cet autre libertaire, Léo Ferré. Lumière Ecarlate, quasiment braillée, est ahurissante, surtout en ouverture d'album. Voyage 1 vous emmènera très loin. C'est le premier opus du groupe, qui n'est pas encore Alpes, mais, déjà, on est dans un rock français assez à part, il y en avait pas mal qui, à l'époque, faisaient ce genre de musique (Magma, Red Noise, Gong...), une sorte de rock progressif et expérimental frouze, aux paroles engagées. A l'interprétation bluffante. Bien que n'étant pas le meilleur album de Ribeiro, cet unique album estampillé 2Bis est excellent. Mais attendez de voir (et d'écouter !) la suite...

FACE A

Lumière Ecarlate

Soeur De Race

Les Fées Carabosses

Voyage 1

La Solitude

FACE B

Un Sourire, Un Rire, Des Eclats

Le Crime De L'Enfant Dieu

Le Point Qui Scintille