RS16

Je dois dire que je n'étais pas très folichon au moment de glisser la galette de cet album dans mon lecteur CD. Vous vous souvenez, il y à deux jours, de Camouflage ? Album hautement épouvantable, tellement nul qu'il en devient contagieux et radioactif. Une abyssale galette musicale merdique produite par Michael Omartian, sortie en 1984, qui a encore plus enfoncé un Rod Stewart défintivement bien mal parti, après le vraiment raté Body Wishes en 1983. Le blondinet péroxydé fan de foot et marié à Britt Ekland (gasp...) aura, on le sent, beaucoup de mal à se remettre d'une telle chiure de mouche. Deux ans plus tard, il nous offre son quatorzième album studio, que je vous propose aujourd'hui, en ce jour de Noël, à l'heure du repas familial (foie gras et/ou plateau de fruits de mer, dinde aux marrons, bûche glacée ou pâtissière, j'imagine ?), et croyez-moi, je ne suis pas très fier de vous proposer ça un tel jour, mais tels sont les hasards du calendrier, les ami(e)s. Quelques heures après une chronique de Sinéad O'Connor, n'empêche, ça fait drôle. Un peu comme de proposer du Metallica entre deux Brassens. Mais passons. On arrive ici à 1986, autre année épouvantable (Camouflage, lui, datait de l'atroce 1984). L'album que Rod nous offre en cette année déplorable (malgré quelques bons trucs quand même : Talk Talk, Peter Gabriel, Bob Dylan, pour ce dernier, c'est une blague, rassurez-vous) s'appelle Every Beat Of My Heart

RS17

Matez la pochette (sur laquelle n'apparait nulle part le titre) : Rod assis sur le ballast, bien content de lui, adossé à une roue de locomotive. On a envie de gueuler au cheminot vas-y, recule !! recule !! Long de 42 minutes, pour 10 titres, bien formaté donc, cet album a été produit par, accrochez-vous, Bob Ezrin. Ezrin ! Le Canadien ! Du Canada ! Le mec qui a signé les productions du premier Peter Gabriel, du The Wall de Pink Floyd, du Dure Limite de Téléphone, du Berlin de Lou Reed, des albums d'Alice Cooper de Love It To Death à Lace And Whiskey (Muscle Of Love mis à part) et de son DaDa ! Des trois derniers Deep Purple ! du Destroyer de Kiss (et d'autres de leurs albums) ! Bob Ezrin, quoi ! Bob Ezz-rine ! Qu'il se retrouve associé à un album de Rod Stewart en 1986 est quelque chose assez étonnant, de difficilement compréhensible aussi, et autant le dire, on a autant les foies de se retrouver avec un disque sauvagement raté que le fol espoir que cet Every Beat Of My Heart soit, finalement, ben, je ne sais pas, moi...écoutable  ? 

RS18

On se calme tout de suite, les mecs : parce qu'un album qui se termine sur une reprise du In My Life des Beatles (oui, le merdeux à osé toucher à In My Life ! Bordélique connard, va !!), même juste longue de 2 petites minutes, ne peut pas être une réussite. La production fait mal aux oreilles, pas mal de chansons sont franchement insipides (A Night Like This, Red Hot In Black, le morceau-titre)...Mais il faut quand même dire que certaines chansons, Here To Eternity, Ten Days Of Rain, Another Heartache, Who's Gonna Take Me Home, sans être exceptionnelles (là aussi, la production fait mal ; elle fait mal aux oreilles partout sur le disque), sont d'un niveau nettement supérieur à n'importe quoi sur les deux précédents albums de Stewart. Alors 'ratages musicaux' quand même, tag et catégorie, pour Every Beat Of My Heart, certes, mais je dois quand même reconnaître que cet album est nettement meilleur que les deux précédents, il n'est vraiment pas génial, mais reste un tant soit peu écoutable. C'est vraiment limite, hein, et si Rod n'avait, tout du long de sa carrière, fait que des albums de cette carrure on n'en aurait plus parlé depuis longtemps de ce chanteur. Quand on se dit que 10 ans plus tôt, il faisait A Night On The Town, que 15 ans plus tôt il faisait Every Picture Tells A Story... Ben ça fait mal. Mais attendez de voir ce qu'il va nous pondre sur ses albums suivants, les mecs, et vous verrez, à côté, ce cru 1986 est somme toutes assez acceptable, dans un sens. 

FACE A

Here To Eternity

Another Heartache

A Night Like This

Who's Gonna Take Me Home

Red Hot In Black

FACE B

Love Touch

In My Own Crazy Way

Every Beat Of My Heart

Ten Days Of Rain

In My Life