AL1

S'il y à bien un groupe mythique des années 80 que je n'ai jamais réussi à pleinement apprécier, hormis un album (1984 (For The Love Of Big Brother), bande originale du film 1984) et quelques chansons éparses (Love Is A Stranger, Here Comes The Rain Again, The Miracle Of Love...les hits, quoi), c'est Eurythmics. Je ne sais pas, je trouve que leurs albums (je les ai tous écoutés, We Too Are One, Revenge, etc, même le tout premier) ne tiennent pas la route, certes on a des hits dessus, mais les autres morceaux sont, souvent, insipides. Des albums inégaux et qui, de plus, ont pris un sacré coup de vieux, comme pas mal d'albums de new-wave qui misaient pas mal sur les sonorités synthétiques (c'est pour ça que des groupes comme Talk Talk ou Tears For Fears restent totalement recommandés actuellement : certes, c'est de la niou ouaive, mais c'est d'un tout autre niveau quand même). Il n'y à vraiment que la bande-son de 1984 que j'adore (le film aussi ; à noter que la musique du groupe ne sera pas utilisée partout, pour le film, dans certains pays, notamment chez nous, ça sera remplacé par un score instrumental bien différent, signé Dominic Muldowney), chez eux, et chose amusante, généralement, les fans d'Eurythmics (il ne doit plus en rester beaucoup en 2020) n'aiment pas du tout cet album de bande originale, qui est considéré comme un de leurs moins réussis. 

AL2

Eurythmics était constitué de Dave Stewart (l'essentiel des instruments) et Annie Lennox (chant, quelques instruments). On croit souvent que les deux étaient mariés ensemble, ils n'étaient que partenaires musicaux, rien d'autre (et amis, aussi, même si la séparation du groupe, au début des années 2000, a entraîné un éloignement de Lennox et Stewart, qui n'ont plus collaboré ensemble jusqu'à la reformation rapide du groupe en 1999 pour Peace et quelques reformations rapides par la suite). En 1992, Annie Lennox a lancé sa carrière solo avec Diva. La pochette donne totalement le ton et est en raccord avec le titre de l'album : Annie y pose, assez méconnaissable après ses looks androgynes d'Eurythmics, en danseuse de carnaval de Rio ou de revue de cabaret, toute en plumes, avec une belle tiare, telle une diva. Produit par Stephen Lipson (qui joue aussi, guitare, claviers, programmations, sur l'album), Diva offre 50 minutes de pop-rock fortement teintée de soul et sera, à sa sortie, un très beau succès, et on en parle encore comme du meilleur album solo de Lennox. Qui en a fait cinq autres depuis. Le succès de Diva, totalement mérité (l'album étant une belle réussite dans son genre) s'explique en partie par la grâce d'un single qui cartonnera : Why. Ouvrant le disque, cette chanson éthérée, au refrain sublime et simplissime, est une pure merveille. Si on met de côté les tubes de son ancien groupe, cette chanson reste à vie la plus connue de Lennox.

AL3

Le reste de l'album n'est cependant pas en reste. Walking On Broken Glass, Legend In My Living Room (terriblement soul !), Cold, The Gift ou Pritimive, pour ne citer qu'elles, sont de très belles réussites, serties par une production qui n'a franchement pas pris une ride (ou disons, qui a très bien vieilli). Finies les productions clinquantes de synthés puants des années 80 que l'on trouvaient sur les albums d'Eurythmics, Diva sonne plus pop que new-wave, il ne sonne pas new-wave et synthpop du tout, en fait. C'est indéniablement un très grand album de pop soul, et le meilleur d'Annie Lennox, qui chante magnifiquement tout du long. Si vous aimez cette artiste, je ne peux donc faire autrement que de vous conseiller cet album vraiment excellent !

FACE A

Why

Walking On Broken Glass

Precious

Legend In My Living Room

Cold

FACE B

Money Can't Buy It

Little Bird

Primitive

Stay By Me

The Gift

Keep Young And Beautiful (bonus-track CD)