RC10

Bon, ces temps-ci, ça va sûrement être week-end Charlebois, parce qu'entre le week-end dernier et celui-ci, on ne peut pas dire que je ne vous gâte pas, concernant ce remarquable chanteur. Pour ce nouvel article le concernant, on va commencer par parler cinéma. Hé oui, t'as bien lu. Qui a vu le film Un Génie, Deux Associés, Une Cloche, réalisé en 1975 par Damiano Damiani, en partie écrit par Sergio Leone (qui a produit le film) ? C'est un western spaghetti assez rigolo, mais franchement pas réussi du tout, une sorte de suite à Mon Nom Est "Personne", et dans lequel Terence Hill reprend ce fameux rôle de cowboy rigolo. Il partage l'affiche avec un casting assez improbable : Miou-Miou (oui, vous avez bien lu), Klaus Kinski, Patrick McGoohan...et évidemment, sinon, pourquoi en parler ici, Robert Charlebois, dans le rôle d'un métisse indien, Locomotive Bill, personnage un peu balourd mais amusant. Le film est foiré, et apparemment le tournage fut l'objet de pas mal de moments rigolos ou de tension. En 1975, Charlebois ne sort aucun album. Il en a sorti un en 1974, que j'aborderai prochainement (tout comme j'en ferai d'autres plus anciens), mais en 1975, il est certainement pris par le film, en partie. Enfin, il en sort un en 1976, et cet album est sorti sous une pochette utilisant, recto comme verso, deux photos issues du film. Cependant, n'allez pas croire que cet album est la bande-son du film, parce qu'elle a certes été éditée en album, mais est signée, intégralement, Ennio Morricone. Non, cet album n'a rien à voir, c'est juste comme les albums Station To Station et Low de David Bowie qui utilisent des photos du film L'Homme Qui Venait D'Ailleurs, avec Bowie, comme pochettes.

RC11

 

Le nom de cet album de Charlebois ? Longue Distance. Le chanteur québécois, passé sur Barclay en 1972, est désormais sur un autre label : RCA. Il ne sera pas resté longtemps (trois albums) sur Barclay, soit parce que c'était prévu, contrat court, soit parce que les ventes de ses albums n'étaient pas conséquentes (en même temps, bien que formidables, ces trois albums Barclay ne sont pas très commerciaux dans l'ensemble), soit parce qu'il avait envie de changer, je ne sais pas. Longue Distance, long de 36 minutes, offre une des chansons les plus connues du chanteur, si ce n'est sa plus connue, d'ailleurs. Je veux bien entendu parler de Je Reviendrai A Montréal, splendide ballade en hommage à sa ville natale. Il y à des chansons connues, chez Charlebois, Lindbergh, Ordinaire, Je Rêve A Rio, Québec Love, Tout Ecartillé, mais aucune n'est aussi connue que celle-ci, le tube de l'album. Il a fallu attendre autant de temps pour qu'il ait, enfin, son gros tubee intemporel, le Bobby. C'est évidemment un des sommets de cet album qui, sinon, je dois le dire, n'est pas son meilleur, et même, de tous les albums abordés ici de lui, passé et à venir (il en reste trois, du moins pour le moment), c'est le moins abouti. Ca tue un peu le suspense pour les trois que je vais aborder dès, je pense, le week-end prochain, je sais, mais bon... Ceci dit, Longue Distance n'est absolument pas raté pour autant. L'album s'ouvre sur Cartier (Jacques) (la parenthèse, partie officielle du titre, est sans doute là pour éviter que certains cerveaux lents ne pensent que la chanson parle d'un fameux bijoutier...), qui parle du découvreur du Canada. Une chanson sublime, tout comme Mourir De Jeunesse et Partir

RC12

L'album offre aussi deux grosse rigolades, Mon Ami Fidel, dans lequel Charlebois prend la défense (sans doute avec une bonne dose d'ironie) de Fidel Castro, et Punch Créole, que je ne peux pas écouter sans criser de rire, chanson au rythme antillais dans laquelle le Québébois Fou chante avc un accent créole qui s'emmêle assez comiquement avec son accent québécois à couper au couteau. Ce n'est pas transcendant, mais c'est marrant. Sinon, The Frog Song est très sympa, Wasichu (Homme Barbu Qui Vient De L'Est) aussi, mais le reste de l'album n'est pas génial. En fait, cet album est un petit peu inégal, trois chansons sont intouchables, deux autres (Wasichu et Mon Ami Fidel) sont très très bonnes, mais le reste n'est pas inoubliable. Si Robert Charlebois (qui a un petit peu déçu son monde avec ce disque, malgré la présence de Je Reviendrai A Montréal dessus) avait fait uniquement des albums de ce niveau, il n'aurait sans doute pas eu la carrière qu'il a eu. Rien de grave quand même. Longue Distance n'est pas à découvrir en priorité, mais il n'est pas à négliger pour autant. En deuxième série de découvertes charleboisiennes, il fera parfaitement l'affaire, une fois les albums majeurs écoutés et digérés. 

FACE A

Cartier (Jacques)

Wasichu (Homme Barbu Qui Vient De L'Est)

The Frog Song

Punch Créole

Mon Ami Fidel

FACE B

Partir

Valentin Pour Mouffe

Je Reviendrai A Montréal

Discobol

Mourir De Jeunesse