TRS4

Allez, encore un petit peu de Galets. Et pas des réécritures d'anciennes chroniques comme il y à peu, non, mais du nouveau ! Enfin, du nouveau sorti en 2014, hein. Les Rolling fuckin' Stones sont, ici, en 1975. Ils ont, l'année précédente, sorti It's Only Rock'n'Roll, album que personnellement j'aime beaucoup-beaucoup, mais qui, à l'époque, fut considéré comme un ratage, ou au mieux un disque sans grand intérêt. On avait pris l'habitude que les Stones, en matière de rock, montrent la voie, par le biais d'une série d'albums prodigieux sortis entre 1968 et 1972, tous produits par Jimmy Miller. En 1973, Goats Head Soup, produit par Miller encore une fois (mais pour la dernière), fit déjà sourciller quelques uns, qui trouvèrent le résultat un peu inégal, juste bon. L'album de 1974 allait enfoncer le clou. Après l'album, le groupe se sépare de Mick Taylor (guitariste arrivé mi-1969 pour remplacer un Brian Jones totalement largué, qui décèdera accidentellement peu après, d'ailleurs), qui était une des meilleures choses jamais arrivées au groupe (écoutez ses soli de guitare sur Can't You Hear Me Knocking, Winter, Time Waits For No One). Il paraît que Taylor avait longuement collaboré sur les chansons de It's Only Rock'n'Roll et s'attendait à être crédité à l'écriture, aux côtés de Jagger et Richards, et que, quand il a appris, par le rock-critic Nick Kent, que les crédits de l'album allaient être uniquement signés Jagger/Richards, il aurait dit c'est ce qu'on va voir d'une voix coléreuse. Bah oui, on a vu, en effet. Taylor quitte le navire, humilié. Le groupe va passer les sessions de l'album suivant, Black And Blue (sorti en 1976) à tester de nouveaux guitaristes, dont Ron Wood, alors membre des Faces ; qui sera, officiellement, engagé comme membre en 1976, peu avant la sortie de l'album sur lequel il apparait sur la pochette sans, en fait, jouer grand chose dessus (il s'agit en fait de Wayne Perkins et Harvey Mandel, selon les morceaux).

TRS5

Mais en 1975, le groupe organise une tournée américaine (interrompant pendant ce temps les sessions de Black And Blue), et engage Wood comme guest de luxe, alors qu'il est encore membre des Faces, officiellement. La tournée est celle du précédent opus, évidemment, et c'est donc avec Woody que les Cailloux vont inaugurer, en live, les morceaux de It's Only Rock'n'Roll. Il a longuement existé des bootlegs concernant ce live précis, donné en juillet au L.A. Forum d'Inglewood (Los Angeles). En 2012, le concert est officiellement proposé en téléchargement légal sur Google Music, et deux ans plus tard, sort en double CD + DVD, dans la série des "From The Vault" dont j'ai déjà, ici, abordé deux albums il y à quelques mois. Une série de live stoniens archivaux dans l'ensemble géniaux. L.A. Friday (Live 1975), c'est ainsi qu'il s'appelle, et il offre 144 minutes de musique (pour le CD ; le DVD dure 10 minutes de plus) avec une qualité audio remarquable (pour le concert filmé, c'est globalement excellent, même si l'image date de 1975, ça a son charme, mais aussi ses limites en terme de qualité). Il subsiste un petit bordel pour les dates des concerts : le bootleg était vendu comme étant le concert du vendredi 11 juillet (d'où le titre L.A. Friday), alors qu'en réalité, c'est celui du dimanche 13 juillet que l'on entend. Quand au DVD, c'est le 11 juillet, le concert du vendredi, mais sur la pochette, il est indiqué que c'est le concert du samedi 12 juillet, par erreur ! On résume : le DVD, c'est le 11. Les deux CDs, c'est le 13. Même endroit, L.A. Forum, et même setlist, pour les concerts. Voilà. 

TRS6

Musicalement, les Stones sont en forme ici, même si Keith est encore bien accro à la horse et que les spécialistes hardcore diront que parfois, ça peut s'entendre (et surtout, ça se voit : on dirait Mister Camp de Concentration 1975, le Keith...). Ron Wood s'acclimate bien, il n'a pas le choix, et à l'époque, il n'est pas encore membre du groupe (s'il est devenu membre officiel du groupe en 1976, ce n'est qu'en...1990 qu'il deviendra en totalité membre, en touchant, financièrement, autant d'argent que les autres sur les bénéfices des albums et concerts, et ce à la demande de Watts et Wyman, parce qu'en revanche pour les Glimmer Twins, ça ne semblait pas un détail particulièrement important !), et il se glisse dans le rôle sans chercher à imiter Taylor. Il fait son truc, et c'est un excellent guitariste (il est à la basse sur un titre, Fingerprint File, ceci dit, et à la base, il était bassiste, donc il assure aussi sur ce morceau). Jagger fait son Jagg', il est en forme. La setlist ? Si vous connaissez Love You Live, le double live sorti en 1977, et en grande partie capté à Paris en 1976, vous ne serez pas trop surpris (au passage, Sympathy For The Devil, sur Love You Live, est issu du concert du L.A. Forum 1975, on le retrouve ici). C'est à peu près pareil...en mille fois mieux ! On a ici d'excellentes versions, bien trippantes, de All Down The Line, Star Star (Starfucker), If You Can't Rock Me (couplé avec Get Off My Cloud, ce qui s'y prête très bien), un Happy un peu hésitant de la part d'un Keith qui, vocalement, peine un peu, mais sympa quand même, un Angie sublime, et de grands, grands moments avec Wild Horses, Gimme Shelter (monstrueux...), Sympathy For The Devil... Sans oublier ces deux décollages de 15 minutes (!!!!!), You Can't Always Get What You Want et Midnight Rambler. On notera que Billy Preston (claviers), invité sur la tournée, a droit à son petit showcase, That's Life et Outa-Space, un peu moins de 10 minutes permettant au très soul claviériste de briller un peu, ce qui occasionne une petite respiration (il paraît cependant qu'il fut recadré par Keith, pendant la tournée, parce qu'il prenait un peu la grosse tête et surjouait, sur scène, l'air de dire les Stones jouent avec moi, alors que c'était le contraire). On notera l'absence de (I Can't Get No) Satisfaction, on notera aussi un It's Only Rock'n'Roll (But I Like It) un peu moyen, Jagger ne semble pas dans le morceau, curieusement (il vient de présenter la troupe, il est un peu sorti de l'ambiance, mais y revient rapidement avec Doo Doo Doo Doo Doo (Heartbreaker) ceci dit). Dans l'ensemble, L.A. Friday (Live 1975) est génial, tout simplement. C'est rien que les Stones, mais j'aime ça !!

CD 1

Honky Tonk Women

All Down The Line

If You Can't Rock Me/Get Off My Cloud

Star Star (Starfucker)

Gimme Shelter

Ain't Too Proud To Beg

You Gotta Move

You Can't Always Get What You Want

Happy

Tumbling Dice

Band Intros

It's Only Rock'n'Roll (But I Like It)

Doo Doo Doo Doo Doo (Heartbreaker)

CD 2

Fingerprint File

Angie

Wild Horses

That's Life (with Billy Preston)

Outa-Space (with Billy Preston)

Brown Sugar

Midnight Rambler

Rip This Joint

Street Fighting Man

Jumpin' Jack Flash

Sympathy For The Devil

DVD

Même contenu que les deux CDs, mais en visuel