BD37

Allez, encore un peu de Bob Dylan, il en reste quelques parts ! Et en l'occurrence, il en reste même pas mal, des parts, autant le dire, dont deux plutôt grosses (des coffrets) au sujet desquels je ne sais pas encore comment je vais les aborder. Mais celui-là, en revanche, je sais comment l'aborder : comme un Bootleg Series, vu que ç'en est un. C'est même le dernier sorti dans la collection, l'année dernière, en 2019. Voici The Bootleg Series Vol. 15 : Travelin' Thru' (1967/1969), un volume qui, contrairement à ce que son titre le dit, n'est pas le 15ème sorti, mais le 13ème seulement, car rappelons que la première sortie de la collection, en 1991, était un triple album constitué des trois premiers volumes, qui ont toujours été réunis ainsi. Ce 15ème opus est lui aussi un triple album, au passage : chaque disque est glissé dans une petite pochette cartonnée gatefold (ouvrante) un peu comme un vinyle, et les trois pochettes, accompagnées d'un beau petit livret d'une soixantaine de pages environ, sont glissées dans un fourreau de carton. De tous les Bootleg Series, c'est le plus généreux en terme de disques (avec le premier de 1991). Mais pas en terme de durée globale. Bien que triple CD, ce 15ème volume ne dure, en effet, que 133 minutes, c'est à dire qu'en réalité, on pourrait tout foutre sur deux CDs seulement. Arnaque ? Compte tenu que, neuf et emballé, ce volume 15 vaut 23 euros, je ne suis pas certain (le prix n'est pas si rébarbatif que ça pour un triple CD), mais on peut en revanche se sentir un peu frustré quand même.

BD38

Si tout avait été mis sur deux CDs bien remplis, il aurait, de toute façon, fallu briser la cohérence interne de cette compilation : les deux derniers disques vont totalement ensemble par rapport au premier, qui est un petit peu à part, bien que proposant des morceaux de la même époque. En deux disques, on aurait été obligé de mettre, en fin du premier disque, le début du second, ce qui aurait occasionné une perte de cohésion. Pourquoi ? Parce que le premier disque (42 minutes, presque 43 en fait) offre des morceaux studio de 1967 (sessions de John Wesley Harding) et de 1969 (sessions de Nashville Skyline), prises alternatives des morceaux de l'album, tandis que les deux autres CD, entièrement de 1969, offrent les sessions studio Bob Dylan/Johnny Cash (tout le CD 2, de 52 minutes, et une partie du CD 3, qui dure 38 minutes en tout), des morceaux issus d'un show TV orchestré par Cash, des sessions avec Earl Scruggs - un banjotiste - et des morceaux des premières sessions de Self Portrait) essentiellement. Il aurait donc fallu mettre sur le CD 1 un peu des sessions Dylan/Cash, la suite sur le CD 2 avec le reste du programme. Ce 15ème volet est déjà constitué de plusieurs segments différents, ça aurait été encore plus fouillis en deux disques ! Sinon, la qualité est, ici, il faut le dire, vraiment excellente. Mention spéciale évidemment aux sessions studio Dylan/Cash (le Girl From The North Country version Nashville Skyline est évidemment issu de ces sessions de début 1969). On y entend des chansons du répertoire de l'Homme en Noir (I Walk The Line, Ring Of Fire, Big River, I Still Miss Someone), des chansons de Dylan (Don't Think Twice, It's All Right, One Too Many Mornings, Girl From The North Country), des reprises (Matchbox, Mystery Train)...Le son est exceptionnel. 

BD39

A noter que pas mal de ces sessions étaient disponibles en bootlegs, je possède une édition CD non officielle de l'album Dylan de 1973, renommé A Fool Such As I en CD, qui offre en bonus-tracks pas mal de morceaux de ses sessions, il y à même plus de bonus-tracks que de morceaux de l'album de 1973, sur le CD, en terme de durée aussi, d'ailleurs. Mais la qualité audio y était moins parfaite qu'ici. Le reste de ce 15ème opus offre donc des sessions 1967 et 1969 très sympathiques (apparemment, il n'y à pas grand chose des sessions de John Wesley Harding qui a été conservé, seulement 7 titres ; durant cette période Dylan et le Band feront leurs fameuses Basement Tapes, ceci dit), des captations lives télévisuelles d'un Johnny Cash Show au cours desquelles Dylan chante notamment Living The Blues (dont une version studio sera sur Self Portrait) et I Threw It All Away... La qualité audio est excellente tout du long de ces trois disques qui ne sont pas (surtout pour le premier et le dernier) très longs, donc, mais qui, malgré tout, offrent pas mal de morceaux (50 en tout, tout réuni). Sans être le meilleur des Bootleg Series, ce 15ème opus, le dernier à ce jour (quel sera le suivant ? Quelle période sera concernée ? Les années 1983/1988 ? La période 1973/74 ? La période 2007/maintenant ? C'est en effet à peu près ce qu'il reste à aborder, si on regarde les différentes époques abordées par les différents Bootleg Series en disponibilité...) est tout de même très bien, et c'est même un de mes petits chouchous de la série. 

CD 1 (John Wesley Harding Sessions)

Drifter's Escape

I Dreamed I Saw St. Augustine

Al Along The Watchtower

John Wesley Harding

As I Went Out One Morning

I Pity The Poor Immigrant

I Am A Lonesome Hobo

(Nashville Skyline Sessions)

I Threw It All Away

To Be Alone With You

Lay, Lady, Lay

One More Night

Western Road

Peggy Day

Tell Me That Isn't True

Country Pie

CD 2 (The Bob Dylan/Johnny Cash Sessions)

I Still Miss Someone

Don't Think Twice, It's Alright/Understand Your Man

One Too Many Mornings

Mountain Dew

Mountain Dew (take 2)

I Still Miss Someone

Careless Love

Matchbox

That's All Right, Mama

Mystery Train/This Train Is Bound For Glory

Big River

Girl From The North Country (rehearsal)

Girl From The North Country

I Walk The Line

Guess Things Happen That Way (rehearsal)

Guess Things Happen That Way

Five Feet High And Rising

You Are My Sunshine

Ring Of Fire

CD 3 (The Bob Dylan/Johnny  Cash Sessions)

Studio Chatter

Wanted Man

Amen (rehearsal)

Just A Closer Walk With Thee

Jimmie Rodgers Medley N°1

Jimmie Rodgers Medley N°2

(Live On Johnny Cash Show)

I Threw It All Away

Living The Blues

Girl From The North Country

(Self Portrait Sessions)

Ring Of Fire

Folsom Prison Blues

(With Earl Scruggs)

Earl Scruggs Interview

East Virginia Blues

To Be Alone With You

Honey, Just Allow Me One More Chance

Nashville Skyline Rag