DLR1

Quiconque s'intéresse un tant soit peu au hard-rock connaît, forcément, obligatoirement, nécessairement (le contraire est limite illégal), Van Halen. Que l'on aime ou pas. Moi, par exemple, je n'ai pas peur de le dire, autant j'adore le hard, autant Van Halen, ben, je n'en ai jamais été fan. J'aime beaucoup-beaucoup leur premier album, ceci dit, parce qu'il faut bien reconnaître que dans le genre, c'est un pilier, un monstre. Mais dans l'ensemble, Van Halen... je n'ai jamais réussi à accrocher, malgré la voix de David Lee Roth, malgré la technique guitaristique du regretté Eddie Van Halen (ce n'était pas mon gratteux préféré dans le genre ou en général, mais je le reconnais sans peine, il a un talent dingue), malgré la présence de quelques chansons à tomber (Runnin' With The Devil, Dance The Night Away, Jump, une incroyable reprise du You Really Got Me des Kinks). Ce groupe, il m'a toujours un peu énervé, un peu toonesque comme Aerosmith, mais avant qu'Aerosmith ne le devienne, justement. Et dès l'arrivée de Sammy Hagar en 1986 (5150), ça devient pire que caricatural, ça devient vraiment mauvais. Pendant ce temps, en 1985 ou 86, David Lee Roth se lance en solo. Un EP constitué de reprises. Un album (Eat 'Em And Smile ; Van Halen sortira ensuite OU812, dont le titre a été vu comme une réponse ironique à celui de Roth : oh, you ate one too ? en phonétique anglophone). Le blondinet surexcité est lancé. En 1988, il va attaquer la falaise, littéralement sur la pochette de son deuxième album, Skyscraper, dont une réédition CD propose, en entrée de jeu, deux extraits de son EP inaugural. 

DLR2

David Lee Roth est un mec à part. Comme Leslie l'avait dit ici un jour dans un des commentaires de je ne sais plus quel article (ah c'est malin), ce mec (Roth, pas Leslie) est toujours à la limite du hors-jeu. Toujours à deux doigts, parfois à un seul, du mauvais goût, du cheesy, du ridicule (regardez les pochettes de ses deux premiers albums !), mais toujours à trois doigts, parfois quatre, de s'en tirer immédiatement, du ridicule. Bref, inattaquable. Et puis, même quelqu'un qui, comme moi, n'est pas fan de Van Halen avoue sans problème qu'avec lui, le groupe avait un chanteur épatant, celui qu'il fallait. Une voix géniale, une prestance de folie. Je ne sais pas trop ce que vaut son premier opus, ni le troisième et les autres, mais Skyscraper, son deuxième, putain, dans le genre hard-rock décomplexé, c'est du lourd. En même temps, vous savez qui il y à, comme guitariste, sur l'album (et en coproducteur avec Roth) ? Non ? Steve Vai, les mecs. Steve bon Dieu de merde de Vai. Pas un manchot en la matière, le mec, qui a bossé avec Frank Zappa, Public Image Limited, Ozzy Osbourne, Whitesnake, même Mary J. Blige et Spinal Tap. Ici, que ce soit sur le très pop Just Like Paradise ou les plus féroces The Bottom Line et Perfect Timing, sans oublier Knucklebones et le morceau-titre, il assure.

DLR3

Album que j'ai découvert très tardivement (l'an dernier) et par la plus étonnantes des façons : je lisais le roman Un(e) Secte de Maxime Chattam, sorti l'an dernier, et un des personnages principaux, un flic fan de hard-rock, à un moment donné, écoute ce disque chez lui pendant qu'il bosse sur l'affaire qui le préoccupe ; en lisant Skyscraper, par David Lee Roth, j'ai eu envie d'en savoir plus, car mis à part le nom de l'album, Chattam ne décrit rien de la musique, il n'est pas là pour ça. En voyant que le disque datait de 1988, je me suis dit oh, ça va sentir les claviers faisandés, ça, et la pochette faisait assez nanar et en fait, non, le disque sonne super bien, surtout pour un disque de 1988. Encore une fois, je ne sais pas si c'est le meilleur album solo de Roth (qui n'en a sorti que 6, des albums solo) ou son pire, je sais juste que c'est franchement un extraordinaire album de hard-rock, bien formaté (on a l'inévitable ballade, Damn Good), assez aventureux parfois, d'ailleurs, on reprochera à l'album de sonner plus psychédélique et aventureux que purement hard-rock. Mais les 41 minutes (48 sur une réédition CD qui offre deux titres en plus, comme je l'ai dit plus haut) passent vraiment super bien. Bref, j'adore ! Pas trop envie d'écouter les autres albums de Roth, mais Skyscraper va passer de temps en temps dans mon lecteur, je le sens...

FACE A

California Girls (uniquement sur la réédition CD la plus récente)

Just A Gigolo/Ain't Got Nobody (uniquement sur la réédition CD la plus récente)

Knucklebones

Just Like Paradise

The Bottom Line

Skyscraper

Damn Good

FACE B

Hot Dog And A Shake

Stand Up

Hina

Perfect Timing

Two Fools A Minute