ACDC1

Sincèrement, je n'y croyais plus. Et j'ai encore du mal à y croire, malgré la présence de l'album chez moi, en beau coffret collector limité (exceptionnellement, je ne l'ai pas acheté en vinyle, mais en CD, ce coffret n'étant fait que pour ce format) dont vous trouverez une illustration plus bas et qui consiste en une sorte de boîte en forme d'ampli, avec une petite enceinte audio intégrée diffusant les 30 premières secondes de Shot In The Dark pendant que, sur le boîtier, le logo du groupe s'illumine et clignote. On trouve aussi un câble de branchement USB pour recharger le bouzin en cas de faiblesse, et évidemment, aussi, le CD en boîtier digipack. Gadget ? Oui, certes, mais bien sympa quand même. Et en effet, on parle d'AC/DC, c'est leur premier album en six ans, depuis Rock Or Bust en 2014. Rock Or Bust, qui était étonnamment court (34 minutes), était, depuis la création du monde, le premier album d'AC/DC sur lequel Malcolm Young, un des deux guitaristes frangins, ne jouait pas. Il était, à l'époque, en retrait définitif du groupe à cause de gros soucis de santé mentale (il devenait sénile) et fut remplacé par son neveu Stevie Young. Malcolm est, on le sait, décédé en 2017. La même année que son grand frère George, qui fut membre des Easybeats et un des premiers producteurs de ses petits frères Angus et Malcolm. Un an plus tôt, en 2016, Brian Johnson, chanteur du groupe depuis 1980 suite au décès de leur premier chanteur Bon Scott, annonce, alors qu'il reste une dizaine de dates dans la tournée, qu'il arrête les concerts, suite à de gros soucis auditifs (faut dire qu'AC/DC ne fait pas exactement de la folk acoustique). Il est remplacé, pour le reste de la tournée, par Axl Rose, des Guns'n'Roses. J'avoue ne pas avoir cherché à écouter le moindre morceau sur internet, pour voir ce que ça rendait. Axl Rose assurait avec son groupe, mais je ne suis pas certain qu'il correspondait à ce qu'il fallait pour AC/DC.

ACDC2

Le groupe, après la tournée (on est alors en 2016), se repose pour 4 ans. L'année d'après, le double choc de la mort de George et surtout de Malcolm a certainement été un terrible coup dur. J'avoue m'être dit ça y est, AC/DC est fini. Ben non, en fait. Les Australiens reviennent, sous le même line-up que pour le précédent opus. Cliff Williams, le bassiste, avait annoncé son retrait à la fin de la tournée, mais fut convaincu de revenir. Le batteur Phil Rudd, qui fut viré en 2015 suite à des soucis personnels graves (accusé d'avoir cherché à tuer quelqu'un, il a eu de gros soucis judiciaires) et avait été remplacé par Chris Slade, qui avait joué avec le groupe en 1990/1992, est de retour aussi. De même que Brian Johnson. Power Up, premier album du groupe depuis 1988 à ne pas avoir de chanson-titre, sort donc le 13 novembre 2020, et dure 41 minutes bien nerveuses. Je ne sais pas trop comment le dire, mais j'ai l'impression d'écouter le dernier baroud d'honneur des Australiens, qui ont évidemment dédié l'album à Malcolm (et Stevie s'en sort parfaitement, comme sur Rock Or Bust, au fait). Baroud d'honneur ? Ben oui, j'ai l'impression que le groupe s'est réuni une dernière fois, pour rendre hommage à Malcolm et dire non, on n'est pas morts avec lui. Le retour de Williams, qui avait annoncé sa retraite...celui de Rudd, malgré que le bonhomme fut viré pour faute lourde...celui de Johnson, dont l'état des esgourdes n'a sans doute pas dû trop s'améliorer avec le temps, ça ne fonctionne pas vraiment dans ce sens ce genre de soucis de santé... Y aura-t-il une tournée ? Si c'est le cas et que Johnna-le-béret y participe, il pourra dire adieu à son audition... Et il y à aussi le fait que les 12 titres sont, tous, crédités Angus et Malcolm Young. Ce n'est pas une figure de style pour rendre hommage au défunt. Tous les morceaux ont été écrits autrefois, jamais enregistrés (ou en tout cas, jamais placés sur album), apparemment, Power Up a été fait sans que rien n'ait été écrit spécialement pour l'occasion. Solde de tout compte ?

ACDC3

Bref, j'ai l'impression d'écouter le dernier-de-chez-dernier album du groupe, et si c'est le cas, autant le dire, rarement un groupe ou artiste aura achevé sa carrière avec autant de classe et de réussite, parce que Power Up est juste génial. C'est un fait, cet album aligne les petites bombes, aucune avec le mot 'rock' dedans, d'ailleurs, ce qui est rigolo quand  on y pense (vu que tous les albums précédents, jusqu'à 1988 inclus, avaient au moins un morceau avec le mot 'rock' dans son titre, et aussi pas mal d'albums d'avant 1988). S'ouvrant sur la puissante triplette Realize/Rejection/Shot In The Dark, Power Up n'offre rien ou presque de passable. Tout au plus Kick You When You're Down sent un peu la facilité, mais on parle d'AC/DC, pas de King Crimson. Que dire face à la puissance (le titre de l'album est terriblement bien vu, fait penser à leur album de 1978, Powerage, pas la pire référence pour le groupe) de l'album ? Witch's Spell, Code Red, Demon Fire et son riff boogie, Through The Mists Of Time ? Production excellentissime de Brendan O'Brien (troisième fois de suite qu'il bosse avec le groupe) pour ce disque enregistré à Vancouver entre mi-2018 et début 2019, dans une relative discrétion (des rumeurs circulaient sur la possibilité de l'enregistrement d'un nouvel album, confirmées par des photos). L'attente, donc, était longue, interminable (6 ans, pas le plus long écart entre deux albums, mais pas loin), pour les fans du groupe, dont je. Inutile de dire que l'écoute fut envapée de stress (même si Leslie, qui avait pu écouter le disque avant sa sortie, rassurera quant à son niveau), mais 41 minutes plus tard, et même avant ça (arrivé au milieu du disque, le stress était parti), soulagement intense : Power Up est une petite tuerie, leur meilleur depuis, disons, Back In Black, lequel, en 1980, était déjà dédié à un disparu du groupe, Bon Scott. Je sais ce que vous allez vous dire, le meilleur depuis 40 ans, carrément ? OK, Black Ice, en 2008, était totalement excellent (et j'ai vraiment aimé Rock Or Bust), mais pour moi, aucun album du groupe, de 1981 à 2000, n'est aussi convaincant que Power Up. Black Ice, peut-être (ça fait donc le meilleur en 12 ans, et rien que ça...), mais je trouve Power Up meilleur encore que le cru 2008. 

Non, vraiment, si c'est le dernier album du groupe à jamais, chapeau bas, les mecs, vous pouvez vous reposer, le boulot a été fait, les défunts du groupe sont fiers de vous, personne ne vous reprochera rien. Vous partez avec la puissance à fond.  

FACE A

Realize

Rejection

Shot In The Dark

Through The Mists Of Time

Kick You When You're Down

Witch's Spell

FACE B

Demon Fire

Wild Reputation

No Man's Land

Systems Down

Money Shot

Code Red