GM13

Et voilà, on termine aujourd'hui le cycle George Michael. Et je vais vous dire, les mecs (et les filles) : ça tombe putain de bien, parce que je n'en pouvais plus, et heureusement que ce mec n'a sorti que cinq albums, et pas autant d'albums que, disons, Sting ou le Boss (déjà, je n'aurais pas fait un cycle entier si ça avait été ça). Bon, je ne regrette pas ce cycle, surtout que, comme je l'ai dit, les deux premiers albums, et surtout le second, sont recommandés, quoi qu'on dise ou pense de George Michael, et encore une fois, et pour la dernière fois, me concernant, je ne suis absolument pas fan du bonhomme, j'aime certaines de ses chansons (toutes sur ses deux premiers albums, d'ailleurs...) et je reconnais que sa voix était efficace et qu'il savait bien la placer, voilà tout. Mais comme je l'ai dit, seulement 5 albums, c'est presque risible, alors n'en aborder que deux aurait été limite mesquin. Ce qui aurait été encore plus mesquin, et là, ça a vraiment failli se produire : ne pas aborder le cas du dernier opus de Michael, sorti en 2004, Patience, bref, cet album-ci. Mais j'ai vraiment failli le shunter, celui-là, faire comme s'il n'existait pas, stopper le cycle avec Songs From The Last Century, son album de reprises jazzy de chansons des années 40/50 (et deux chansons plus récentes), un album chiant comme une averse de grêle un jour de mariage, mais qui, quand même, était un peu courageux. Et encore une fois, la voix, efficace, surtout quand il ne la forçait pas, et sur son album de reprises, il ne la forçait pas.

GM15

Mais Patience... Non, là, putain, je ne peux pas. Déjà que Older, en 1996, j'ai eu du mal à en parler parce que l'album, dans l'ensemble, est assez insipide malgré quand même une ou deux chansons vraiment bonnes (Jesus To A Child). Mais Patience... Long de 70 minutes (pour 14 titres), le plus long du chanteur, ce disque, qui marque son retour chez Sony/Epic après des années de brouille (après son deuxième album, ne se sentant pas supporté par sa maison de disques, Michael va la quitter, entamer des embrouilles juridiques, signer ailleurs, pour Older et le suivant). Mais là, il est reviendu. Pour ce que ça a changé. Patience est, tout du long, une épouvantable merde r'n'b/dancepop/néo-soul qui n'offre strictement rien de bon, de viable, et pourtant, pas moins de 6 singles seront tirés de ce disque : Freeek ! et Shoot The Dog sont sortis en singles en 2002, deux ans avant l'album (qui offre une autre version du premier single, Freeek ! '04, Amazing, Flawless (Go To The City), Round Here, John And Elvis Are Dead. Tous sont aussi consternants que le dernier album vraiment pourri que vous ayez entendu, quelle que soit la période, quel que soit le genre, quel que soit l'artiste ou le groupe l'ayant sorti. Vraiment, c'est... 

GM14

Ecoutez, vous savez quoi ? On va s'arrêter là. Je n'ai plus la patience requise pour continuer à parler de ce truc. 

Patience

Amazing

John And Elvis Are Dead

Cars And Trains

Round Here

Shoot The Dog

My Mother Had A Brother

Flawless (Go To The City)

American Angel

Precious Box

Please Send Me Someone (Anselmo's Song)

Freeek ! '04

Through

Patience (Part 2)