BPB1

Place aujourd'hui à un artiste que je ne connaissais que de nom, avant qu'on ne me fasse la suggestion de m'intéresser à un de ses albums. Avez-vous déjà entendu parler de Will Oldham ? C'est un artiste country/folk américain né en 1970, le soir de Noël (24 décembre, donc, pour la personne, où qu'elle soit, qui ignorait peut-être encore quel jour c'était), dans le Kentucky, à Louisville. Il se lance dans la musique en 1989, après s'être d'abord passionné par l'écriture, le théâtre. Il sort son premier album en 1993, un disque de country pure et dure. Il sort ses premiers albums sous diverses appellations : Palace Brothers, Palace Music, Palace Songs, Palace. Il sort un disque sous son vrai nom en 1997. A partir de 1998, il va utiliser un autre nom pour ses albums : Bonnie ''Prince'' Billy. C'est en cette année qu'il sort son premier album sous ce nom ronflant : I See A Darkness. Un album sorti sous une pochette glaçante, une tête de mort qui fait penser à ce motif sur papillon que l'on trouve sur l'affiche du Silence Des Agneaux de Demme (un papillon qui existe vraiment, même si le motif, sur l'affiche, fut amélioré pour l'effet). Entre le titre de l'album ("Je vois une obscurité"), celui de plusieurs des morceaux (j'y reviens plus bas) et la pochette, inutile de se dire qu'on a affaire à un album tout sauf joyeux et entraînant.

BPB2

Court (un petit peu moins de 38 minutes), I See A Darkness sorti sur le label Domino Records en 1998 donc, est un album de folk, d'indie folk même, considéré depuis pas mal d'années comme un joyau absolu et un disque à écouter absolument. Je n'ai pas pu m'empêcher, en l'écoutant, de penser aux albums de Nick Drake, Elliott Smith et, surtout, surtout, Sparklehorse. Les connaisseurs savent : ces artistes (Sparklehorse est certes le nom d'un groupe, mais en réalité, il n'y à qu'une seule personne qui se cache, se cachait en fait car il est mort depuis plusieurs années, derrière, Mark Linkous) faisaient, tous sont morts d'ailleurs, de la folk franchement déprimante. I See A Darkness est tellement déprimant qu'en fait, il est limite malsain, les textes sont souvent d'une belle noirceur, et j'avoue ne pas avoir eu trop envie de me pencher dessus parce que des chansons portant des titres tels que Death To Everyone, Another Day Full Of Dread ou Today I Was An Evil One, je n'ai pas trop envie de savoir de quoi ça peut parler, même si je m'en doute un peu. C'est un disque qui, tout du long de ses 11 titres, aligne autant de chansons tristes, pesantes, sobres, délicatement orchestrées, mais avec des mélodies qui, parfois, filent des frissons, sans parler de la voix si demain je me sens aussi mal qu'aujourd'hui, je pense que je me suiciderai de Will Oldham, à faire passer Sparklehorse pour un trublion hyperactif sous ecstasy. 

BPB3

Oui, c'est vraiment un superbe album, qui prend son temps, qu'il ne faut pas écouter à volume bas parce que vous risquerez de ne pas entendre grand chose (ce n'est pas violent du tout, musicalement ; pour les textes, je ne sais pas trop, et quand on voit les dessins, souvent glauquissimes, qui accompagnent les paroles dans le livret...j'ai beau très bien comprendre l'anglais, je n'ai vraiment pas envie d'en savoir plus pour ce qui est des textes, vous dire si je subodore du sordide. Entre la chanson-titre (reprise par Johnny Cash en 2000 sur son American III : Solitary Man), Knockturne, A Minor Place et Death To Everyone, sans oublier Raining In Darling, cet album est aussi sombre et dépressif que vraiment superbe. A écouter, pas trop souvent, mais à écouter ! 

A Minor Place

Nomadic Revery (All Around)

I See A Darkness

Another Day Full Of Dread

Death To Everyone

Knockturne

Madeleine-Mary

Song For The New Breed

Today I Was An Evil One

Black

Raining In Darling