FC1

Hé oui. Le barde d'Astaffort, le Dylan avé un assent du sud-ouest, le James Taylor qui sent bon la truffe et le foie gras, est de retour. Cinq ans. Ca faisait cinq ans depuis le dernier album studio de Francis Cabrel. Mais, un connaisseur le sait (normal, il est connaisseur, alors faut bien qu'il connaisse), cinq ans entre deux albums de Cabrel, c'est comme trois semaines entre deux singles des Beatles à la grande époque. Le bonhomme, au début de sa carrière, envoyait un missile en forme de disque vinyle tous les ans à peu près, et puis, à partir de 1985, comme s'il avait atteint un autre plateau, il se fera progressivement attendre. 1989 (Sarbacane). 1994 (Samedi Soir Sur La Terre, qui reste toujours son sommet). 1999 et un Hors-Saison, ma foi, assez réussi. 2004 (Les Beaux Dégâts, bof). 2008 (tiens ! seulement quatre ans !) avec le sublime Des Roses & Des Orties. 2012 (avec un disque de reprises de chansons de Dylan, adaptées en français). Et 2015 pour le dernier en date, In Extremis, qui m'avait si déçu à l'époque de sa sortie, et qui, toujours, me déçoit pas mal. Je trouvais que Cabrel s'y reposait un peu trop sur ses lauriers (récoltés en 1994, tout de même), malgré, tout de même, de belles et bonnes chansons dessus. Mais dans l'ensemble, In Extremis (qui, apparemment, aurait dû être son dernier album, il envisageait d'arrêter) n'était pas super réussi. Si ça avait dû être son ultime album (et le titre de l'album était sans trop d'équivoque...), vraiment, quel dommage !

FC2

Mais, en 2020, année magique qui n'a pas fini de nous émerveiller (ironie, quand tu nous tiens), on a appris que Cabrel allait nous offrir un nouvel album. Marrant, la même année que le nouvel album de son idole Bob Dylan ! La question de savoir si ce nouvel album de Cabrel sera aussi exceptionnel que l'est le dernier Dylan ne se pose pas. Cabrel ne cherchant évidemment pas à faire mieux que Dylan. Mais tout était en suspens : A L'Aube Revenant, titre de ce nouvel album, sera-t-il meilleur que le précédent, In Extremis ? L'écoute des 50 minutes (et autant de secondes) achevées, je peux répondre avec la plus grande objectivité : oui, absolument. On ne peut cependant pas dire que ce nouvel album, à la belle pochette, et commercialisé, comme ses autres albums depuis 1994, sous la forme d'un beau livre-disque digipack, soit son meilleur album. Samedi Soir Sur La Terre reste le sommet indépassable depuis 1994, il le restera sans doute à vie. Mais Cabrel a cependant essayé. Enregistré avec ses musiciens habituels (Michel Françoise, Denis Bennarrosh...) et dans son fameux studio personnel à Astaffort, A L'Aube Revenant, dont plusieurs chansons s'inspirent de l'amour courtois médiéval (pas musicalement, mais pour les textes, les thèmes), est un petit régal de chanson francaouise un peu folk, un peu blues, parfois léger (Chanson Pour Jacques, très amusante, dédiée à Dutronc, dans laquelle Cabrel avoue qu'à l'instar de Dutronc qui se la coule douce dans son jardin corse, il n'a pas chopé d'ampoules aux doigts en écrivant la chanson), parfois un peu mièvre (Fort Alamour, et son titre en jeu de mots convenu ; mais la chanson n'est pas mauvaise pour autant). 

FC3

Te Ressembler, qui a servi de single promotionnel, est une superbe chanson comme Cabrel a l'habitude d'en faire sur chaque album. L'ouverture du disque, Les Beaux Moments Sont Trop Courts, avec ces magnifiques choeurs, est parfaite, Les Bougies Fondues est si réussie que Cabrel en a placé un couplet en exergue au verso de pochette, Peuple Des Fontaines est également un des meilleurs moments de l'opus... On ne peut pas, en revanche, dire la même chose de la relecture, en français, du Sweet Baby James de James Taylor, J'Ecoutais Sweet Baby James, convenue comme c'est pas permis. Mais le morceau-titre est une des meilleures choses que Francis nous a offertes depuis 1994, pas moins, et Ode A L'Amour Courtois achève magnifiquement ce disque. Lequel disque est, donc, une vraie réussite, pas un sommet absolu (Difficile A Croire sent bon le morceau qui semble avoir déjà été fait), mais sincèrement, je ne regrette pas l'achat et l'écoute, et des écoutes de cet album, j'en ferai d'autres. On a, de plus, évité le sempiternel bonus-track. Comme je le disais en 2015 dans ma chronique du précédent opus, à quoi ça sert de proposer un ultime morceau en bonus-track quand celui-ci, le morceau bonus, est présent sur la première version de l'album ? Cabrel nous a fait le coup du morceau que je vous propose en plus, pour le même prix deux-trois fois, mais pas ici. Aurait-il lu ma chronique d'In Extremis en 2015 ou dans l'intervalle ? 

Les Beaux Moments Sont Trop Courts

Te Ressembler

Les Bougies Fondues

Jusqu'Aux Pôles

Fort Alamour

Rockstars Du Moyen-Âge

Peuple Des Fontaines

Parlons-Nous

A L'Aube Revenant

Chanson Pour Jacques

J'Ecoutais Sweet Baby James

Difficile A Croire

Ode A L'Amour Courtois