TF4

Allez, encore un peu de Teenage Fanclub. Et contrairement au précédent article, la semaine dernière, où le groupe écossais bien à l'honneur, depuis quelques mois, sur le blog, était en collaboration avec Jad Fair, cet album, et le suivant que j'aborderai, est du groupe seul. Je vais certainement en décevoir quelques uns, mais à moins que les Ecossais ne sortent un nouvel album prochainement (JP, un de ceux qui, ici, m'ont conseillé ce groupe, a il me semble parlé d'octobre, bref de ce mois-ci, wait and see), il ne me reste plus que deux chroniques à faire sur ce groupe, dont celle-ci. Bon, allez, on ne va pas pleurer...Allez, on se reprend. Voici le temps de parler de ce qui, à ce jour, est l'avant-dernier album studio de Teenage Fanclub, un album sorti en 2010 sous une pochette qui, on ne va pas se mentir, n'est vraiment pas la plus belle de leur discographie, et des pochettes vraiment belles, en fait, ils n'en ont pas beaucoup (j'en vois deux de vraiment belles, et deux autres qui, sans être belles, sont pas mal du tout). Un fond bleu clair (sauf en bas, sur une bande blanche, avec le nom du groupe et de l'album en lettrage bien simple, d'ailleurs) et des constructions diverses, de formes géométriques variées, ça fait plus catalogue de cabinet d'architecture qu'autre chose. On a des variations sur le même thème, avec couleurs différentes, dans le livret, qui n'offre pas les paroles. L'album s'appelle Shadows.

TF5

Les albums du Fanclub sont le plus souvent aussi calibrés que des albums d'AC/DC ou des melons charentais. On a généralement 12 titres, pour généralement une grosse quarantaine de minutes (entre 42 et 47). Shadows offre 12 titres, pour presque 48 minutes. Initialement, le groupe est constitué de quatre membres (Gerard Love : basse, chant ; Norman Blake : guitare, chant ; Raymond McGinley : pareil ; Francis MacDonald : batterie). Shadows est le premier album de Teenage Fanclub avec un cinquième membre officiel, si je ne m'abuse, David McGowan (claviers, guitare). Aussi démocratique que les Wings de 1976, le Fanclub offre ici quatre morceaux signés Love, quatre Blake et quatre McGinley, chacun des trois étant au chant. Le plus souvent, on a des harmonies vocales. L'atmosphère générale de ce Shadows est assez relaxante, digne de celle de Howdy !, on est ici plus en présence de country/folk-rock harmonique avec guitares carillonnantes à la Byrds que de rock alternatif. L'album sera acclamé à sa sortie comme étant une pure merveille, et on dira même du groupe qu'il est désormais condamné à laisser derrière lui une oeuvre éternellement magnifique (c'est bien con pour eux, hein ?), vu la qualité de leurs albums depuis Bandwagonesque en 1991. 

TF6

Pas une photo de l'époque de Shadows vu le nombre de membres sur la photo...

Ici, entre Baby Lee, The Past, The Back Of My Mind, Sometimes I Don't Need To Believe In Anything, Into The City, Today Never Ends, on a 12 chansons très apaisantes, calmes (l'ambiance générale de l'album est vraiment pépère et relaxante), faisant de Shadows une vraie réussite de plus. Décidément, si on met de coté l'album avc Jad Fair que j'ai trouvé pas mal mais qui ne m'a pas totalement branché (celui vers lequel je reviendrai le moins, je le sais pertinemment), tous les albums du groupe, depuis le premier que j'ai abordé (Bandwagonesque), m'ont énormément plu. Ce Shadows n'est ni meilleur ni moins bon que le précédent, Man-Made, qui était une belle réussite. Il est moins power-pop que lui, plus country-folk. C'est un album sublime qu'il faut absolument découvrir, dommage qu'une bonne partie de leurs albums soient sortis sous des pochettes qui ne donnent pas envie de s'intéresser à la musique qui est contenue sur les disques. Passez outre le visuel franchement repoussant de ce Shadows, vous aurez entre les mains et les oreilles un des plus attachants albums du groupe !

Sometimes I Don't Need To Believe In Anything

Baby Lee

The Fall

Into The City

Dark Clouds

The Past

Shock And Wave

When I Still Have Thee

Live With The Seasons

Sweet Days Waiting

The Back Of My Mind

Today Never Ends