TW22

C'est à un des albums les plus particuliers des Waterboys qu'on a affaire aujourd'hui, si ce n'est le plus particulier. Leur précédent opus, Book Of Lightning, sorti en 2007, on l'a vu hier, était un excellent petit album, renfermant de très belles chansons, un disque qui ne paie pas de mine (durée assez rikiki - 45 minutes - et pochette hideuse qui ne donne pas envie) mais est, si on aime ce groupe, franchement recommandé malgré tout. Le groupe va par la suite faire patienter pendant quatre ans, quatre longues années (au cours desquelles ne sortira même pas un best-of pour faire patienter ; il y aura bien un disque constitué de démos au piano des morceaux de l'album This Is The Sea et d'inédits des sessions 1985, mais il sortira la même année que le nouvel album), avant de nous offrir leur dixième album studio. Et là, j'imagine la tête des fans en le découvrant. Certains ont certainement dû se dire pas étonnant de la part de Mike Scott, il fallait bien que tôt ou tard, il nous fasse un disque de ce genre. D'autres ont dû sourire en se disant ça promet du bon ! D'autres ont peut-être grimacé l'air de dire ça sera pas pour moi, ça. Et d'autres, enfin, se sont peut-être dit c'est qui ce Yeats ?

TW23

Ce nouvel album, nettement plus long que de coutume (leur deuxième plus long à l'époque, mais il sera battu par la suite), d'une durée de 56 minutes, s'appelle An Appointment With Mr. Yeats. William Butler Yeats (se prononce Yaitss et pas Yitss, au passage) était un poète et écrivain irlandais né en 1865, mort en 1939, une des figures les plus importantes de la littérature anglo-saxonne et du 20ème siècle, et accessoirement, une des figures de proue des modèles en littérature de Mike Scott, qui en est un grand admirateur (le terme de 'fan', quand il s'agit d'un auteur tel que Yeats, semble quelque peu incongru et même vulgaire). Avec ce nouvel album, Scott et son groupe (mais on peut parier sans trop de soucis qu'en fait, c'est Scott seul qui a eu l'idée de ce disque, sur lequel les Waterboys sont accompagnateurs) ont adapté des poèmes et extraits de textes de Yeats, parfois remaniés pour qu'ils fassent plus chanson que poésie, mais tout en gardant leur sens, leur rythme. Ce ne sont pas des chansons écrites par Mike Scott en s'inspirant de l'oeuvre de Yeats, c'est du Yeats chanté. Un rendez-vous avec monsieur Yeats, comme le titre le dit. 14 morceaux d'une durée peu étendue, à deux-trois exceptions près, comme les 7 minutes et des poussières de September 1913, oeuvre colossale s'il en est. Mike Scott (qui, ici, joue d'une quantité industrielle d'instruments, guitares sèches et électriques, claviers, bouzouki, percussions à main) est parfois accompagné d'une chanteuse irlandaise, Katie Kim, qui apporte une touche en plus à l'album (une voix sublime).

TW24

Les morceaux sont superbes, tous (The Hosting Of The Shee, A Full Moon In March, White Birds, The Faery's Last Song) et sont clairement du genre à apprécier regroupés sur l'album plutôt que séparément (traduction : il vaut mieux écouter l'album d'une traite, en entier, plutôt que d'en piocher un titre ou deux ou, pire, de le mettre en mod 'shuffle' et de l'écouter dans le désordre, hérésie s'il en est). On précisera une chose importante : il n'est pas nécessaire d'aimer la poésie, de Yeats ou en général, pour aimer ce disque. Je ne connais pas l'oeuvre de ce poète, je n'en ai pas moins adoré An Appointment With Mr. Yeats, c'est même sans doute un de mes petits préférés des Waterboys. Cet album sublime de rock celtique et poétique, qui possède une atmosphère irremplaçable, vous donnera peut-être envie de vous pencher sur l'oeuvre de W.B. Yeats, ou pas, ce n'est pas important car même si Scott a fait ce disque pour rendre hommage à une de ses idoles en littérature, et même s'il serait heureux d'apprendre qu'on a découvert Yeats par ce biais, l'essentiel est d'apprécier l'album pour ce qu'il est : une collection de belles chansons. Le tout, sous une très belle pochette, ce qui ne gâche rien (et évidemment, les paroles sont dans le livret, avec précision des sources du texte). Un excellent album, un peu à part dans leur discographie, que je recommande. 

The Hosting Of The Shee

Song Of Wandering Aengus

News For The Delphic Oracle

A Full Moon In March

Sweet Dancer

White Birds

The Lake Isle Of Innisfree

Mad As The Mist And Snow

Before The World Was Made

September 1913

An Irish Airman Foresees His Death

Politics

Let The Earth Bear Witness

The Faery's Last Song