TW19

Et on continue notre voyage au pays des Waterboys ! Bon on avait laissé les Garçons d'Eau en 2003 avec un Universal Hall plutôt décevant (malgré quand même une ou deux bonnes chansons dessus), un album un peu trop christique (enregistré qui plus est dans la salle de spectacles d'une communauté spirituelle new-age située en Ecosse). Deux ans plus tard, on est en 2005, et le groupe publie son premier live officiel, Karma To Burn, lequel offre de très grands moments, mais est assez frustrant, 75 petites minutes ua compteur (un seul disque, je parle du format CD). Mais c'est tout de même un live sympa et intéressant. Encore deux ans plus tard, le groupe de Mike Scott et Steve Wickham publie son nouvel album, leur neuvième album studio. On est donc en 2007. Qu'un groupe tel que les Waterboys existe  encore en 2007 a quelque chose de miraculeux (et dire qu'ils existent encore et toujours en 2020, c'est encore mieux). Ce qui est moins miraculeux, c'est la pochette de leur album : bandes colorées jaunes et blanches, lettrage de cartoon, nuages mauves, balançoire suspendue à une lettre, cette pochette assez criarde fait, je ne sais pas comment l'expliquer, plutôt cheap, presque nanar. On voit une pareille pochette, on n'a pas envie d'écouter le disque, en tout cas, c'est ce que j'ai ressenti. Mais, fan du groupe, il me fallait bien l'écouter, cet album, non ? Album qui s'appelle Book Of Lightning

TW20

Donc je me le suis écouté, cet album, et le voici abordé. Vous vous en êtes peut-être rendu compte d'entrée de jeu en allant vérifier dans quelle catégorie il était classé, mais il n'est pas dans les ratages (à ce jour, aucun album du groupe, même le fadasse Universal Hall, n'y est, et j'espère bien que ça va durer), ce qui semble vouloir nous dire chose, concernant ma remarque sur la pochette : ne jugeons pas un livre sur sa couverture. OK, la pochette de Book Of Lightning est infâme, une des pires de la discographie du groupe, voire la pire. Musicalement, en revanche, ce disque peu étendu (45 minutes, 10 titres), classé en rock parce qu'il ne s'agit pas d'un disque de folk/rock celtique comme l'étaient Fisherman's Blues ou Room To Roam (ou Universal Hall, d'ailleurs, dans un sens), n'est vraiment pas mauvais du tout. C'est même, pour tout dire, un excellent album. Pas un chef d'oeuvre absolu, pas le meilleur album du groupe, je pense, à ce stade du cycle (pas loin de la fin : après ce disque, il en reste cinq à aborder), que le sommet du groupe est Fisherman's Blues (1988). Mais franchement, un album comme ce cru de 2007 donne vraiment envie de continuer à croire aux Waterboys. Dans la lignée, parfois, de Dream Harder et A Rock In The Weary Land, c'est un album solide, qui a été enregistré essentiellement à Londres, hormis un morceau (Sustain) enregistré à Vancouver avec les musiciens d'un groupe de rock indépendant local, Great Aunt Ida. 

TW21

L'album aligne 10 morceaux globalement peu étendus (sauf She Tried To Hold Me et Everybody Takes A Tumble, longs de 7 minutes chacun, deux remarquables morceaux, surtout le second, considéré comme la meilleure chanson du groupe depuis The Whole Of The Moon), et s'ouvre en fanfare sur The Crash Of Angel Wings et Love Will Shoot You Down. Il s'achève en beauté et en douceur avec les 3 petites minutes acoustiques de The Man With The Wind At His Heels et entre temps, nous offre autant de petites pépites telles que It's Gonna Rain ou You In The Sky. Les 45 minutes passent comme si l'album entier était un single des Ramones, à une vitesse éclatante. Après un album aussi décevant que Universal Hall, c'est peu dire que ça fait du bien de retrouver Mike Scott (qui a signé à lui seul 7 des 10 titres et est crédité en co-auteur pour les autres) et ses potes en aussi bonne forme. En espérant que ça se prolonge... Mais pour en savoir plus sur l'album suivant, qui sera d'un genre assez particulier, prière d'attendre demain, même heure !!

The Crash Of Angel Wings

Love Wil Shoot You Down

Nobody's Baby Anymore

Strange Arrangement

She Tried To Hold Me

It's Gonna Rain

Sustain

You In The Sky

Everybody Takes A Tumble

The Man With The Wind At His Heels