TW16

Ca peut sembler ahurissant, mais c'est pourtant le cas : bien qu'ayant sorti leur premier album en 1983, les Waterboys n'ont pas sorti d'albums live avant 2005 (il en existe bien un qui date de quelques années avant, mais c'est un non-officiel, difficile à trouver désormais, The Live Adventures Of The Waterboys). Pour un groupe tel que les Waterboys, qui délivrent aussi bien la marchandise sur scène, ça peut vraiment sembler ahurissant, mais c'est bel et bien le cas. C'est donc en 2005 que le groupe de Mike Scott, qui a l'époque n'a rien sorti depuis Universal Hall (2003), lequel album n'était, on l'a vu hier, pas génial (mais sincèrement, pas mauvais non plus, juste secondaire), nous offre ce premier live officiellement reconnu, qui s'appelle Karma To Burn. Un album live excellemment bien réalisé (produit par Chris Madden, il a été enregistré entre 2003 et 2004 en Angleterre et en Irlande, je pourrais vous donner le détail précis des dates et localisations de tel ou tel morceau (au pif, il y à des extraits de concerts de Dublin, Plymouth, Belfast, Basingstoke et Cork), mais si ça me ferait gagner un paragraphe entier pour l'article, ça serait terriblement fastidieux pour vous. Vous voulez savoir ? Allez sur la page Wikipedia (anglophone) consacrée à ce live, tout y est indiqué noir sur blanc ! 

TW17

Cet article, je le crains, sera plus court que de coutume, c'est souvent comme ça, me concernant, avec les albums live de ce genre. Je n'ai en fait pas grand chose à dire au sujet de Karma To Burn, si ce n'est qu'il est malheureusement beaucoup trop court (il ne dure que 75 minutes, il est donc simple en CD ; s'il a été édité en vinyle, mais je n'en suis pas sûr, il est double), et que c'est toujours dommage qu'un live soit aussi court, surtout quand il sort directement en CD. Nul doute qu'un concert du groupe, surtout en 2005, dure plus longtemps que ces 75 petites minutes. Mais bon, c'est le seul reproche véritable à faire ici, parce que sinon, ce live offre de vraies merveilles, comme les 13 minutes d'un The Pan Within propice à plusieurs soli, comme Fisherman's Blues, The Whole Of The Moon, Glastonbury Song, qui définitivement font partie des joyaux absolus du groupe. Mike Scott, en forme, offre ici quatre morceaux de sa carrière solo, dont Open et Long Way To The Light, splendeur absolue qui ouvre le bal (vu le sujet de la chanson, la séparation des Waterboys, c'est un beau symbole que d'ouvrir le concert avec). Medicine Bow, The Return Of Jimi Hendrix, une belle reprise de Come Live With Me et du traditionnel A Song For The Life parsèment aussi ce live, qui n'offre qu'un seul titre du plus récent album du groupe (Peace Of Iona), aucun de A Rock In The Weary Land (le précédent) ce qui peut s'expliquer par le côté très noise-rock de cet album, aucun des remarquables deux premiers albums du groupe ni de Room To Roam... Bref, un setlist sympa, mais décevante quand même, vu la courte durée de l'album. Mais on se console en se disant que, bien que trop court, bien que frustrant, Karma To Burn est un excellent moment d'écoute. En espérant qu'un jour un autre live, plus complet, ne sorte...

Long Way To The Light

Peace Of Iona

Glastonbury Song

Medicine Bow

The Pan Within

Open

The Return Of Jimi Hendrix

My Dark Side

A Song For The Life

Bring 'Em All In

The Whole Of The Moon

Fisherman's Blues

Come Live With Me