GA1

J'avais pas mal parlé du Allman Brothers Band en début d'année (les albums des années 90, dont deux lives), alors pourquoi ne pas parler de Gregg Allman, un des frangins du groupe ? Groupe qui, depuis 2017, n'existe plus vraiment, vu que les deux frangins sont désormais morts tous deux, Duane (guitare) en 1971 dans un accident de la route (leur bassiste mourra dans des circonstances similaires quelques mois plus tard), et Gregg (chant, orgue, un peu guitare) en 2017, de maladie (un cancer du foie découvert en 2012). Allman, entre ce diagnostic terrifiant et sa mort, commencera à préparer un nouvel album, comme s'il sentait que cet album (son huitième studio) serait son dernier. Cet album est de toute façon son dernier, vu qu'il est sorti de manière posthume : Allman est mort en mai, l'album est sorti en septembre, sous une belle pochette représentant un pont de bois au-dessus une rivière, paysage typiquement sudiste. Le titre de l'album aussi : Southern Blood. Produit par Don Was (fameux pour son boulot, depuis les années 90, avec les Rolling Stones, notamment), cet album est peu étendu, 46 minutes, 10 chansons, mais parfois, on n'a pas besoin de beaucoup plus. Il a été enregistré avec la participation, sur un titre, de Jackson Browne, musicien de soft-rock et de country/folk qui, dans les années 70, avec des albums tels que The Pretender ou Running On Empty, obtiendra de gros succès. 

GA2

A la base, Southern Blood devait être entièrement composé de morceaux originaux signés Allman (tous ses précédents opus renferment certes des morceaux originaux, mais aussi et surtout pas mal de reprises de vieux blues, des standards de soul ou de rhythm'n'blues, des morceaux écrits par d'autres musiciens jouant sur ses albums, etc). Au final, rongé par le cancer, pris par le temps, se sachant condamné, Allman a été piocher dans d'autres repertoires, choisissant des morceaux qui, pour l'essentiel, traitent plus ou moins de la mort. Certes, il y à des morceaux originaux signés de sa main ici, mais vraiment peu : un seul en fait, le troublant et sublimissime My Only True Friend, qui parle de la fin de vie. Love Like Kerosene a été écrite par Scott Sharrard, qui joue de la guitare sur l'album. Le reste ? Des reprises. Mais attendez donc de savoir lesquelles. I Love The Life I Live de Willie Dixon (classique du blues), Song For Adam de Jackson Browne, avec Jackson Browne aux voix d'harmonie, Once I Was de Tim Buckley, Black Muddy River du Grateful Dead, Out Of Left Field de Spooner Oldham, Blind Bats And Swamp Rats de Jack Avery, qui semble être un inédit de Dr John et qui me fait fortement penser à son Black John The Conqueror...

GA3

L'album offre aussi une touchante reprise du Willin' de Little Feat, transformée, et aussi du Going, Going, Gone de Bob Dylan. Quelles qu'elles soient, toutes les chansons de ce Southern Blood posthume sont magnifiques. Il est souvent, tout le temps même, difficile de parler objectivement d'un album posthume, on a tendance à être trop gentil si le résultat est un peu décevant, parce que, comme c'est un disque sorti après la mort de l'artiste qui l'a enregistré, forcément, il ne sera suivi d'aucun autre, peut-être même n'était-il pas entièrement fini au moment du décès de l'artiste. Southern Blood, franchement, il n'y à pas à se forcer pour être gentil, cet album est une pure merveille qui sera qualifié de meilleur album solo d'Allman, de sa meilleure oeuvre non-Allman Brothers Band. Je suis totalement de cet avis, même si je ne connais pas super bien la carrière solo d'Allman. Mais cet album est de ceux vers lesquels on revient fréquemment. Pas trop long, varié, touchant, excellemment bien produit, beau choix de reprises, cet album est un petit joyau à découvrir absolument. 

My Only True Friend

Once I Was

Going Going Gone

Black Muddy River

I Love The Life I Live

Willin'

Blind Bats And Swamp Rats

Out Of Left Field

Love Like Kerosene

Song For Adam