PS25

We created The zero/But we mean nothing to you. - Radio Baghdad

Dernier album de Patti Smith qu'il me restait (chronologiquement) à aborder sur le blog (il en reste deux dans le cycle, mais comme pour les quatre premiers abordés dans le cycle, ça sera des réécritures d'anciennes chroniques), voici Trampin'. Je me souviens parfaitement de la sortie de cet album : bien que je ne l'ai pas abordé sur le blog depuis que celui-ci existe (depuis 2009 donc), j'aurais pu (c'est clairement un oubli de ma part), parce que ce Trampin', je l'ai acheté à sa sortie, en 2004 plus précisément. Quand le précédent opus, Gung Ho (tout simplement excellent) est sorti en 2000, j'aurais pu l'acheter, car je connaissais déjà certains des albums de Patti (les trois premiers précisément) et je les adorais déjà. Mais quelque chose m'avait empêché de l'acheter, je n'avais pas osé, j'avais sans doute peur soit de le trouver raté et que ça me refroidisse pour la suite, que cela ne me freine dans ma poursuite de la découverte de sa discographie. Ou alors, au contraire, de le trouver tellement génial qu'il renverrait aux pâquerettes Horses, Radio Ethiopia et Easter. Je ne l'ai donc découvert que plus tardivement et me suis alors rendu compte que sans être aussi exceptionnel que les albums de 1975 et 1978, c'était franchement un disque totalement réussi que j'aurais sans doute trouvé tout aussi bon si je l'avais découvert à l'époque (prenez donc un Doliprane, les mecs). Mais Trampin', avec sa pochette (il en existe, en fait, deux) représentant Patti assiste, pieds nus, dans la nature, pensive (une pochette alternative est centrée sur un de ses pieds, qu'elle masse ou lave), je l'ai donc acheté en 2004, à sa sortie. Pourquoi ? L'album sortait, il avait de bonnes critiques presse, j'étais dans le rayon 'musique' d'une FNAC, le disque n'était vendu pas très cher, j'ai sauté le pas.

PS26

Je ne l'ai jamais regretté. Trampin', presque aussi long que le précédent (il dure 63 minutes, c'est le second album le plus long de la chanteuse), et a été enregistré encore une fois avec ses musikos de chevet (le fidèle Lenny Kaye, Oliver Ray, Tony Shanahan, Jay Dee Daugherty) ; on entend Jesse Smith, la fille de Patti, au piano (alors âgée de 17 ans, soit l'âge qu'avait Jackson, fiston de Patti, à l'époque de sa collaboration sur Gung Ho, amusant ; pour Patti, 17 ans c'est apparemment l'âge où tu te sors les doigts et viens aider ta mère à faire son disque du moment). L'album est produit par Patti Smith elle-même, seule, et est un disque assez intérieur, plutôt rock dans l'ensemble (My Blakean Year, Jubilee, Stride Of The Mind, Cash, pour ne citer qu'elles, sont des chansons plutôt rythmées, rock), mais encore une fois très intellectuel, engagé (Gandhi est une sublime chanson, une élégie de 9 minutes sur cette fameuse figure de l'histoire du XXème siècle). Se terminant sur le délicat et court (moins de 3 minutes) morceau-titre, un air traditionnel, l'album, enregistré après le décès de la mère de Patti, offre aussi un morceau incroyable de 12 minutes, fulgurant, poétique, engagé, Radio Baghdad, dont le titre n'est pas sans rappeler Radio Ethiopia, évidemment. Une déclamation grandiose comme Matti en a le secret, comme elle en a souvent fait (Memento Mori, Gung Ho, Radio Ethiopia, Birdland).

PS27

Trampin' n'oublie pas d'être délicat, aussi : outre Trampin' (vraiment sublime), l'album offre aussi Peaceable Kingdom, sublimissime. A sa sortie, l'album ne se classera pas très haut dans les charts (l'heure de gloire commerciale de Patti est passée depuis longtemps, mais ses légions de fans sont toujours là), et sera commercialisé aussi dans une édition double CD proposant un live aux Vieilles Charrues, sur lequel quatre des morceaux de l'album (dont Gandhi) sont interprétés aux côtés notamment de Gloria, Dancing Barefoot, Free Money, Beneath The Southern Cross et Break It Up. Un excellent live disponible uniquement dans cette version collector de Trampin', il me semble. Les fans apprécieront. Mais l'album original à lui seul est recommandé, ne serait-ce que pour ses trois derniers morceaux, qui totalisent 20 minutes de pure perfection pattismithienne. Enfin, l'album dans sa totalité (son premier sur le label Columbia, après des années - depuis ses débuts - chez Arista) est vraiment excellent, un des meilleurs de Patti, mais il faut avouer qu'il se termine en apothéose ! L'album suivant sera d'un genre un peu particulier, rendez-vous demain pour en savoir plus...

Jubilee

Mother Rose

Stride Of The Mind

Cartwheels

Gandhi

Trespasses

My Blakean Year

Cash

Peaceable Kingdom

Radio Baghdad

Trampin'