MSP1

J'imagine que si vous vous intéressez au rock, vous connaissez, au moins de nom, les Manic Street Preachers. Vous les connaissez au moins pour une chose : leur histoire. Ce groupe gallois, fondé en 1986, toujours en activité, était à la base constitué de James Dean Bradfield (chant, guitare), Richey James (guitare, piano) qui les a rejoints après le premier single, Nicky Wire (basse) et Sean Moore (batterie). Le groupe se fait remarquer par un comportement assez trash, assez rock, et des choix étonnants (ils samplent le fameux Thrène Pour Les Victimes D'Hiroshima de Penderecki, pour leur single You Love Us) Un premier album en 1992, Generation Terrorists. Le groupe sort encore deux albums, dont The Holy Bible en 1994 (dont le lettrage de pochette rend hommage au Empires And Dance des Simple Minds) avant que Richey James, qui souffrait de gros problèmes (alcoolisme, drogues, automutilation, dépression...) ne...disparaisse. Désormais déclaré officiellement mort depuis fin 2008, on n'a jamais retrouvé son corps, il a juste disparu, le 1er février 1995. Il est né en 1967, il est donc officiellement mort à l'âge de 41 ans. Vu sa vie et ses problèmes, il y à de fortes chances pour qu'il soit mort depuis bien avant cette date butoir, et ça m'étonnerait vraiment qu'il soit encore vivant, quelque part, caché, sous un faux nom, à cultiver des haricots ou à réparer des voitures. Cette disparition a fait parler, évidemment, et est une des raisons pour que ce groupe soit, encore aujourd'hui, si connu dans le monde du rock.

MSP2

En 1996, le groupe, sans James donc, réduit à un trio Bradfield.Wire/Moore, publie son quatrième album, qui fut enregistré entre la France (le château de la Rouge Motte, en Normandie), l'Angleterre (les studios Real World de Peter Gabriel, dans le Wiltshire) et le Pays de Galles (Big Noise Recorders, Cardiff) : Everything Must Go. La pochette représente trois photos individuelles des Manic Street Preachers. Sous le titre, un espace laissé blanc entre deux parenthèses. Le vide laissé par l'absence de Richey James, évidemment, qui ne chantait pas dans le groupe (enfin, si, mais en choeurs seulement) mais assurait une bonne partie du songwriting, influencé par ses lectures (Camus, Mishima, Rimbaud, Dostoïevski...). Pour cet album, le premier sans Richey donc, le groupe est obligé de changer la donne. Assez moins orienté hard-rock que les précédents opus, Everything Must Go, disque plutôt court (45 minutes, 12 morceaux dont un sur lequel on entend Richey James à la guitare rythmique, No Surface All Feeling, enregistré avant le reste), est plus accessible, plus commercial, plus pop/rock (tout en étant assez alternatif), avec des teintes un peu glam. On notera cependant que 5 des morceaux sont crédités ou co-drédités à Richey James Edwards : Elvis Impersonator : Blackpool Pier, Kevin Carter, Small Black Flowers That Grow In The Sky, The Girl Who Wanted To Be Good et Removables. Bien qu'absent de l'album, il est cependant là, en esprit, sur une bonne partie de l'album. 

MSP3

On notera que Kevin Carter pourrait laisser envisager une piste concernant ce qui est arrivé à Richey James après sa disparition : le morceau parle en effet d'un photographe sud-africain qui, en 1994, s'est donné la mort dans sa voiture (en respirant le gaz d'échappement), et a laissé un message final assez étrange. Ce morceau est un de ceux qui sont crédités à Richey, et il l'a signé seul, pour les paroles. Peu de temps avant sa disparition, il écrit un morceau sur le suicide... Enfin bref. L'album est remarquable de bout en bout (et sera un beau succès, tant critique que commercial), sa production (signé Mike Hedges) est solide et parfaite, aucun morceau n'est à retirer, c'est vraiment un sans-fautes. Il n'est pas rare de tomber sur ce disque dans un classement du genre meilleurs albums des années 90. Si je peux en revanche comprendre qu'on préfère The Holy Bible, le précédent (qui est probablement le sommet du groupe, et le 'testament', dans un sens, de Richey James Edwards), qui est plus nerveux et brutal, mon préféré du groupe (qui n'est, lui, pas un de mes groupes préférés, je le précise, mais j'aime bien quand même) est Everything Must Go. Les deux albums sont totalement recommandés. 

Elvis Impersonator : Blackpool Pier

A Design For Life

Kevin Carter

Enola/Alone

Everything Must Go

Small Black Flowers That Grow In The Sky

The Girl Who Wanted To Be Good

Removables

Australia

Interiors (Song For Willem De Kooning)

Further Away

No Surface All Feeling