C13

Après un Mylo Xyloto qui a poussé encore plus loin dans les univers dance et modernistes le groupe de Chris Martin, Coldplay sort son sixième album studio en 2014. Ghost Stories. Un disque tous les trois ans depuis 2002, le groupe est réglé comme une horloge suisse. Mylo Xyloto, un album que j'aime beaucoup (c'est même probablement mon préféré du groupe ; restons relatifs, il ne sera jamais dans un Top 50 de mes albums préférés, mais par rapport à ce que je pense du groupe, c'est un très bel exploit), était donc assez orienté dance (un morceau était fait avec Rihanna, tout de même...et contre toute attente, j'aime beaucoup ce morceau) et électrorock. On pouvait donc s'attendre à ce que le successeur soit du même genre. Disque le plus court du groupe depuis le premier (42 minutes, pour 9 titres), Ghost Stories va surprendre pas mal de monde, et pas forcément dans le bon sens du terme 'surprendre'. L'album se vendra bien, on parle de Coldplay après tout (la bande à Chris Martin pourrait faire un disque conceptuel sur la vie d'un plombier-chauffagiste dans le Yorkshire, sur mode de polka, qu'ils vendraient encore des trucks de disques), mais des critiques se feront sentir, la direction prise par le groupe ne plaira clairement pas à tout le monde. 

C15

La pochette, dans un sens, donne le ton (et est très belle, sans doute la plus belle de la discographie du groupe, de loin), avec cette teinte bleu-nuit, ces deux ailes d'ange gravées de dessins de type médiéval et onirique. On voit la pochette de Mylo Xyloto, on se dit que le contenu sera aussi chamarré que le contenant (en effet). On voit celle de Ghost Stories, on se dit que ça sera assez intérieur et calme. Et en effet. L'album est assez orienté électro, mais en mode radioheadien. Malgré un morceau fait avec Avicii, ce DJ suédois mort en 2018 : A Sky Full Of Stars. Deuxième single tiré de l'album (le premier, Magic, est une belle réussite aérienne, étonnante), c'est un morceau très dance, plus encore que ce que le groupe avait fait auparavant. Le morceau cassera la baraque, évidemment, mais semble à peu près autant à sa place sur Ghost Stories qu'une photo porno zoophile le serait dans un livre de la Paw Patrol. Je ne dis pas que c'est pas bon, hein (encore que je ne sois vraiment pas fan de cette chanson très putassière, qui aurait été meilleure sans la participation d'Avicii), mais ce morceau aurait plus eu sa place soit sur le précédent opus, soit sur le suivant, que le groupe fera non pas trois ans plus tard, mais un an plus tard, comme pour tenter de faire rapidement oublier Ghost Stories, qui fait un peu OVNI musical dans leur discographie.

C14

J'avais commencé cette chronique en pensant mettre l'album dans les ratages, car sincèrement, si on met de côté Magic et Another's Arms, on se fait chier plus qu'un têtard dans le désert avec ce disque. Mais il y à deux chansons fabuleuses, il y à une certaine atmosphère onirique, tristounette, ambient que je trouve assez courageuse de la part du groupe (c'est vraiment à contre-courant de ce qu'ils avaient fait avec leurs deux albums précédents), la pochette est sublimissime, et le disque est très court, 42 minutes douche comprise, il passe donc vite, et si on s'ennuie quelquefois (Ink, Midnight, Oceans), j'ai envie de dire qu'il y à pire dans la vie. Bien entendu, on a l'inévitable morceau en deux parties (avec silence entre les deux) en final, O. Le piano est assez entêtant tout du long de l'album (à entendre l'intro de A Sky Full Of Stars, on se dit que le groupe n'aurait définitivement pas dû collaborer avec Avicii...), et apporte vraiment un climat qui fait de Ghost Stories un album très à part dans la discographie de Coldplay. Vraiment pas un des meilleurs (pas le pire non plus), mais un des plus courageux, si ce n'est le plus courageux. 

Always In My Head

Magic

Ink

True Love

Midnight

Another's Arms

Oceans

A Sky Full Of Stars

O : 

a) Fly On

b) O