C7

Après le troisième album de Coldplay, voici, c'est d'une logique terrifiante de pragmatisme, le quatrième. Oui, j'ai vraiment décidé d'aller jusqu'au bout de ce cycle, et ça aussi c'est terrifiant. Bon, on l'a vu hier, X & Y, leur troisième album, n'est pas vraiment une réussite, j'ai failli le laisser dans la catégorie dans laquelle, depuis 2009, il pataugeait comme un rat dans une flaque de pisse, mais j'ai été pris de compassion tout de même, avant, finalement, de le laisser encore mariner un peu dedans. Après tout, si on met de côté le niveau un peu fade des compositions (mais tout de même, Fix You, Talk, Speed Of Sound sont excellentes), le gros défaut du troisième album, c'est sa durée écrasante. 62 minutes, c'est pas non plus comparable avec les chiures de 78 minutes de Metallica (ceux-là, ils abusent vraiment trop du format CD...ils devraient apprendre la retenue, je trouve), mais c'est long, quand la majeure partie de l'album est d'un niveau globalement moyen. L'album se vend bien, il est, il faut dire, truffé (la moitié des morceaux !) de singles qui marcheront fort. Coldplay est définitivement installé. Le groupe, qui avait mis trois ans à faire un disque (X & Y date de 2005, le précédent, de 2002), va également laisser un laps de temps similaire avec le suivant, qui sort donc en...Bah oui, 2008. Je me souviens de la sortie de l'album (je me souviens de la sortie de tous les albums du groupe, de toute façon, j'avais 18 ans à la sortie du premier), et surtout de mon impression en voyant la pochette de l'album. Les albums précédents avaient des pochettes assez abstraites (le précédent utilisait le code Baudot comme graphisme, hideux), celui-ci reproduit, en le traficotant avec une inscription peinte au blanc d'Espagne par-dessus, le tableau de Delacroix, "La Liberté Guidant Le Peuple". Le groupe semble avoir abandonné son style graphique un peu minimaliste.

C9

Viva La Vida Or Death And All His Friends, titre à rallonge. L'album, étonnamment court (45 minutes, pour 10 titres), et qui défile à toute berzingue dans le lecteur, est dans les bacs en été 2008, et sera la source de cinq singles, la moitié de l'opus, encore une fois. On a d'abord eu Violet Hill, puis Viva La Vida (marrant au passage, le titre de l'album est un assemblage de deux titres de ses chansons). Si la première est une chanson dont je n'arrive quasiment jamais à me souvenir de la mélodie (pour dire ce que j'en pense, donc : rien !), Viva La Vida, elle, est ce que l'on appellera, vulgairement, un incontournable pop/rock moderne. Certes, le groupe a été accusé de plagiat à plusieurs reprises avec ce morceau (une chanson du nom de The Songs I Didn't Write, de Creaky Boards ; ça a été prouvé que Coldplay avait enregistré une version démo de Viva La Vida quelques mois avant d'entendre pour la première fois parler de Creaky Boards) ; par Joe Satriani (If I Could Fly) ; par Cat Stevens, son fils ayant trouvé que la chanson de Coldplay partageait des similitudes avec des bribes de Foreigner Suite (1973). Ces trois morceaux (du groupe, de Cat et de Satriani) partageant des éléments avec un morceau du XVIIIème siècle du compositeur italien Pergolesi, ceci explique sans doute celà...La chanson de Coldplay est tout de même pas mal du tout, assez prenante. Les trois autres singles sont Lost ! (pas mal du tout), Lovers In Japan (qui, sur l'album, est plus longue, car couplée avec un autre titre) et Strawberry Swing.

C8

L'album est nettement, mais alors très nettement plus pop que les précédents. Déjà, X & Y allait dans une direction plus pop, moins 'Radiohead sous Valium'. Là, c'est clair, Coldplay a viré sa cuti. Et les albums suivants iront parfois encore plus loin. On notera sur Viva La Vida Or Death And All His Friends (qui, évidemment, va casser la baraque) la présence remarquée de Brian Eno parmi les producteurs. Je ne peux m'empêcher de mettre son nom dans les tags rien que pour ça, même si Eno n'a pas produit tout le disque (mais c'est le nom le plus connu parmi les quatre producteurs). Je ne peux m'empêcher aussi de faire un nouveau parallèle avec U2, on compare souvent Coldplay à U2, c'est plus flagrant avec cet albm qu'avec les précédents. Clairement, ce quatrième opus, très réussi (sans être un chef d'oeuvre, aucun disque du groupe n'en est un), passe super bien la rampe, 45 minutes plus maîtrisées que les 62 du précédent opus, les chansons sont dans l'ensemble très bonnes (Cemeteries Of London, Viva La Vida, Lost !, Death And All His Friends), cet opus de 2008 est clairement un de leus meilleurs avec le deuxième. Je ne le recommande pas sans réserve, car si vous êtes réfractaire à ce groupe, peu de chances d'apprécier l'album. Mais si vous n'avez rien contre eux, laissez-vous tenter. Non seulement le disque est assez court, mais on le trouve facilement à 7 €...

Life In Technicolor

Cemeteries Of London

Lost !

42

Lovers In Japan/Reign Of Love

Yes

Viva La Vida

Violet Hill

Strawberry Swing

Death And All His Friends