THL1

Un peu de new-wave pure et dure. Et accessoirement, le disque que j'aborde aujourd'hui serait celui que Lester Bangs (rock-critic culte de la presse rock américaine des années 70, mort en 1982) était en train d'écouter au moment de son décès par overdose. J'espère qu'il appréciait l'écoute, au moins, c'était déjà ça de pris. Connaissant un peu (par ses écrits : lisez ses anthologies, sorties de manière posthume, de ses chroniques, Psychotic Reactions & Autres Carburateurs Flingués et Fêtes Sanglantes & Mauvais Goût, parues chez Tristam en poche, c'est, dans le genre chronique rock, un must absolu, et je pense qu'un jour je les chroniquerai dans la catégorie Music Books) le bonhomme, qui savait si bien manier le mauvais goût, la mauvaise foi et l'irréverence, je ne sais pas trop ce qu'il devait penser ce The Human League. Un jour, il devait se dire c'est cool, et le lendemain c'est de la daube enfumée.

Moi, c'est pareil, en fait : ce groupe britannique de new-wave arty, qui n'a eu qu'un seul tube dans sa vie (et il est sur ce disque !), je n'en suis pas fan. J'ai essayé d'autres albums Travelogue, Hysteria), très peu pour moi (enfin, Being Boiled, sur Travelogue, est très réussie), il y à des groupes de new-wave qui passent, d'autres non, et pourtant, la new-wave, j'adore. Je ne les aborderai pas, ces autres albums, d'ailleurs, mais celui-ci, sorti en 1981, entre Travelogue (1980) et Hysteria (1984) d'ailleurs, et qui s'appelle Dare, celui-là, je tenais à l'aborder. Sa pochette n'est pas spécialement réussie et s'inspire du magazine Vogue

THL3

Dare est sorti, donc, en 1981, et a été produit par le groupe et Martin Rushent. Comme je l'ai dit, cet album offre le gros tube de la carrière de la Ligue Humaine : Don't You Want Me. Achevant le disque, ce qui est une place curieuse pour un morceau de cette trempe, c'est un des hits du genre, interprété en partie par Susan Ann Sulley, une des deux vocalistes du groupe (l'autre est Joanne Catherall) et le principal chanteur du groupe, Philip Oakey (et sa coupe de cheveux improbable ; désormais, il n'a plus de cheveux, je crois). Le morceau parle d'un homme d'âge mûr qui déniche dans un bar une jeune serveuse dont il aimerait bien faire une star. La chanson est en fait une confrontation assez cynique entre le nabab et la jeune femme qui ne se gêne pas pour lui dire que, même sans lui, elle serait devenue une star, non mais il se prend pour qui, ce mec ?, dans ce genre. Les claviers, omniprésents sur l'ensemble de l'album, vieillissent assez bien ici. Le morceau est super efficace, on ne s'en lasse pas (même si la voix froide de la chanteuse est un peu usante à la longue). C'est évidemment un des meilleurs de Dare, lequel offre cependant une autre belle réussite (même si, là, les synthés pouetpouettants commencent un peu à puer le slip sale oublié dans une caravane au fond d'un camping girondin en plein mois de juillet caniculaire), le morceau d'ouverture, The Things That Dreams Are Made Of, dont le titre semble inspiré par Le Faucon Maltais, classique du roman et film noir. Enfin, disons que ce titre fait penser à la fameuse "étoffe dont sont faits les rêves". 

THL2

Dare offre aussi Open Your Heart, Love Action (I Believe In Love), qui sont, comme les deux autres chansons citées plus haut, sorties en singles (la moitié de l'album est sorti en single, il y à eu aussi The Sound Of The Crowd), et un instrumental assez sympa mais limité, Get Carter, qui dure une minute et ne sert pas à grand chose en fait. L'album est très sympathique, 40 minutes qui se laissent bien écouter même si ça a pris un beau coup de vieux (tout comme le look néo-romantique des membres du groupe, le look de Oakey, au centre sur la photo ci-dessus, bon Dieu de merde, c'est légal, ça ?) et que tout n'est pas génial (Do Or Die, I Am The Law). C'est peut-être un des meilleurs albums du groupe, je ne sais pas, en tout cas, c'est leur plus grosse vente, leur seul N°1, par la grâce de quelques singles efficaces, Don't You Want Me surtout. Dire que j'écoute souvent Dare serait mentir, mais je ne déteste pas de temps en temps ! Mais vraiment de temps en temps.

FACE A

The Things That Dreams Are Made Of

Open Your Heart

The Sound Of The Crowd

Darkness

Do Or Die

FACE B

Get Carter

I Am The Law

Seconds

Love Action (I Believe In Love)

Don't You Want Me