RS1

Récemment, on a un peu parlé des Rolling Stones, ce petit groupe très méconnu et qui n'a, comme les Beatles d'ailleurs, jamais réussi à s'imposer et est retombé dans l'oubli. Mais oui, je me fous de votre gueule. Bon, c'était pour parler de leur génial live au Hampton Coliseum de 1981, un des lives archivaux du groupe, la série des "From The Vaults". En voici un autre, j'avais dit que j'en ferai au moins un autre, je mets donc ma menace à exécution. Celui qui nous intéresse aujourd'hui est, comme le précédent, double (en CD comme en vinyle ; je ne précise pas le tracklisting en vinyle car j'ignore la séparation des faces, veuillez m'excuser, et tant mieux pour vous si vous vous en foutez), ainsi qu'en DVD, le show ayant été filmé. Comme pour le précédent, la qualité vidéo est excellente, mais ça date de 1990, donc forcément, ça se voit. La qualité audio, DVD comme version CD/vinyle, est excellente aussi. On a affaire ici à environ 130 minutes de show, la totalité d'un des concerts de la partie japonaise de la tournée mondiale donnée, en 1989/1990, par le groupe de Jagger et Richards pour promouvoir leur Steel Wheels de 1989, leur premier album studio en trois ans, celui de leur retour à de meilleures disposition (en 1985/1986, l'enregistrement de Dirty Work fut difficile, le groupe était au bord du split). En 1991, le groupe sortira un live, Flashpoint (que j'ai réabordé ici il y à quelques mois, en fin mai), enregistré durant plusieurs concerts de la tournée, et notamment au Tokyo Dome, le 26 février 1990. 

RS2

Le concert de la série "From The Vaults" est justement ce concert-ci. De même que Hampton Coliseum 1981 était en gros une version complète de l'album live Still Life (American Concert 1981) de 1982 (c'est pas exactement le cas, mais on ne va pas chipoter), Live At The Tokyo Dome (Tokyo 1990) est en partie une sorte de Flashpoint complet. On retrouvera ici des morceaux qui ont été placés (parfois après éditage studio) sur Flashpoint. Ou des version similaires, le groupe jouait ces morceaux de la même manière de soir en soir durant la tournée. Moi qui adore Flashpoint (voir ma chronique de l'album pour plus de détails, mais en gros, ce fut le premier album que j'ai eu du groupe, à l'époque en K7 audio, j'avais 10 ans, et donc, ça marque), je ne pouvais qu'adorer Live At The Tokyo Dome. J'ai donc adoré. Mais alors, bien comme il faut. Le groupe était en forme, durant cette tournée Urban Jungle, qui sera la dernière avec leur bassiste Bill Wyman. Ce live nippon offre un régal de 23 titres, plus Intro (Continental Drift) et un court Band Introductions vers la fin. Steel Wheels, le très bon album que le groupe défendait sur scène, est bien représenté via 5 de ses 12 titres, parmi lesquels les singles Sad Sad Sad et Mixed Emotions, le Can't Be Seen de Keith (qui l'interprète juste avant son sempiternel et génial Happy, en début du second disque) et le délicat Almost Hear You Sigh. C'est dommage que le groupe n'ait pas interprété Terrifying, ou le Slipping Away de Keith, mais on ne peut pas tout avoir.

RS3

Sinon, la set-list alterne les classiques (évidemment, (I Can't Get No) Satisfaction, Miss You, Brown Sugar, Jumpin' Jack Flash, Paint It, Black et Honky Tonk Women sont là) et des morceaux moins récurrents, comme Ruby Tuesday, Harlem Shuffle, Bitch, et une version colossale d'un morceau issu d'un album quasiment oublié, le groupe l'ayant plus ou moins renié pendant des décennies : 2000 Light Years From Home, de l'album psychédélique Their Satanic Majesties' Request de 1967. J'ai envie de dire que rien que pour les 7 minutes de ce morceau, Live At The Tokyo Dome est essentiel (à noter que le single Highwire de 1991 proposait, sur sa face B, cette version live, ou en tout cas, une version live de ce morceau ; je le sais, j'ai le single !). Mais bon, Midnight Rambler, You Can't Always Get What You Want, Sympathy For The Devil défouraillent bien aussi. Bref, ce live stonien est excellentissime, et à moins de détester ce groupe (mais dans ce cas, que faites-vous sur un blog qui parle en majeure partie de rock ? Parce qu'aimer le rock et détester les Stones, c'est comme aimer la littérature française et détester Victor Hugo, ça me semble improbable), je pense que vous aimerez écouter ce live vraiment remarquable. 

CD 1

Intro (Continental Drift)

Start Me Up

Bitch

Sad Sad Sad

Harlem Shuffle

Tumbling Dice

Miss You

Ruby Tuesday

Almost Hear You Sigh

Rock And A Hard Place

Mixed Emotions

Honky Tonk Women

Midnight Rambler

You Can't Always Get What You Want

CD 2

Can't Be Seen

Happy

Paint It, Black

2000 Light Years From Home

Sympathy For The Devil

Gimmie Shelter

Band Introductions

It's Only Rock'n'roll (But I Like It)

Brown Sugar

(I Can't Get No) Satisfaction

Jumpin' Jack Flash