1985, Michel Delpech semble enfin sortir du tunnel. L'année précédente, son Loin D'Ici a connu un succès tout à fait estimable et on peut légitimement penser que les années de dépression sont derrière. L'horizon est dégagé, Michou va affronter les Roaring Eighties en combat singulier.
Mais là, l'inexplicable.
Est ce Delpech ? La maison de disques ?
En tout cas, on essaie de rajeunir Delpech, de le rendre 80s-compatible.
Alors, qu'est ce qui marche dans ces années 80 ? Bashung ?
Ben on va solliciter un de ses mecs !
Didier Golemanas arrive avec son pack de Kro tiède et son froc en skai, "tu aimes le rock, Michel ? tu aimes les blinis ? ROCK EN URSS, ma gueule ! c'est ça le plan."
Ah ouais ? Mais non. Erreur stratégique majeure.
Michel, c'est le feutré, le mélodrame impeccablement lissé, la province giscardienne souriante et confiante, l'évasion mais tranquille. Qu'est ce qu'il vient nous brouter les rognons avec son idées de rock popôv, le sous-Bergman ?
Surtout que de rock, il n'en est pas tout à fait question.
Juste une rengaine sous-synth pop avec paroles d'une indigence digne du dernier roman de PPDA (que je n'ai pas lu. Pour ce que j'en ai à foutre...).
Même Delpech chante ça comme s'il avait laissé un roti dans le four.
En trainant la jambe en mode "c'est quand qu'on mange ?".
Et là, il mettra encore une fois quelques années à se relever de ce flop sanglant.