R-4641203-1437937180-4282_jpeg

Vous vous souvenez de terrible début de mois de janvier ? Ce terrible début de mois de janvier en 2016 ? C'est précisément à cette période qu'un monde entier non préparé et donc sous le choc a fait ses adieux à un des plus grands artistes musicaux de la seconde moitié du vingtième siècle, en la personne de David Bowie. Et chez nous, vers le voyage sans retour, Bowie a été précédé par Michel Delpech. C'est de lui dont il va être question aujourd'hui. Je vais vous avouer quelque chose : Delpech, ça ne me déplaît absolument pas. Il m'arrive de temps en temps de l'écouter. Mais je me dois d'être honnête envers vous : même si j'aime assez, je pense que je n'aurais jamais abordé Delpech ici de mon propre chef. Mais, il m'est revenu en tête un commentaire d'un internaute qui s'étonnait de ne pas voir de chronique consacrée à ce chanteur. Donc, acte, c'est pour aujourd'hui. Les tubes de Delpech, oui j'aime bien. À part Tu Me Fais Planer et surtout Le Loir-Et-Cher que je n'ai jamais pu encadrée, bien que ne la trouvant pas mauvaise pour un sou. Pour cette première chronique dédiée à Delpech, j'ai décidé, parce que je ne suis pas con des fois, de vous parler de son premier album. Un premier album qui contient également le premier succès du chanteur.

3320130-724068-jpg_3301238

Ce premier tube, vous avez de suite deviné lequel c'est. Il s'agit bien évidemment de Chez Laurette. Très vraisemblablement autobiographique, ai-je besoin de dire à quelle point cette chanson est juste une pure merveille nostalgique, mais aussi avec une pointe de mélancolie. Moi qui vous parle, je suis un enfant des années 90 et je n'ai donc pas connu cette insouciance propre aux années 60 dont la chanson est le témoin. Tout comme je n'ai pas connu de bars où l'ambiance est aussi conviviale, presque familiale. Mais, à chaque écoute de cette chanson, je m'y vois, j'imagine tout. Je vois ces lycéens entrer dans ce troquet après les cours, je vois la table à laquelle il prennent place, je vois la fameuse Laurette leur servir à boire ou leur payer le coup quand ils n'ont pas un sou. Je vois les machines à sous. Et je vois la fumée des cigarettes. Cette chanson-là les mecs, elle réveille le passéisme de ceux qui ont connu cette époque et qui sont tristes aujourd'hui encore de se dire que c'est un temps définitivement révolu et fait se sentir nostalgiques ceux qui ne l'ont pas connu. Moi, j'appelle ça un coup de maître. C'est évidemment la plus belle chanson jamais enregistrée par Delpech, mais c'est aussi l'une des plus belles chansons françaises, tous styles, tous artistes et toutes époques confondus. Elle mérite amplement sa place aux côtés de Chanson Pour l'Auvergnat, Ne Me Quitte Pas, Avec Le Temps, Nathalie, La Mer, Syracuse, Dis, Quand Reviendras-Tu, Les Amants D'Un Jour, Mamy, Les Goémons, Le Bal Des Laze et j'en oublie tellement...

images

L'album contient d'autres jolies chansons. Par exemple : Quand On Aime Comme On S'Aime, Bonne Chance Mon Garçon et L'Entrée Des Artistes. Cela dit, il ne faut pas perdre de vue le gros défaut de ces chansons : elles n'en demeurent pas moins assez sirupeuses et très marquées variétés années 60. Ce qui fait que l'on peut également les conchier sans toute autre forme de procès. Ce qui n'est pas mon cas. Mais, je pense que vous l'aviez compris. Quant au reste, en revanche, ça n'a que peu, voire pas d'intérêt. Toutes les autres chansons sont très empreintes du style yé-yé (sans en être vraiment), c'est dépassé. À l'image de la chanson titre. Une chanson se paie même le luxe d'être d'un ridicule complet : Le Restaurant Chinois. Là, les mecs, dans le genre nul, ça envoie du bois bien comme il faut. Cette chanson n'est ni plus, ni moins qu'un gros nanar musical. Entendre Delpech tenter d'imiter le chinois parlant français a quelque chose, non pas de Tennessee (ahaha), mais de grotesque. Ne connaissant pas la disco du chanteur en intégralité, je ne peux pas dire si c'est la plus mauvaise chanson qu'il a enregistrée, mais je suis sûr que c'est l'une des plus mauvaises. Quel bilan pour cet album ? Une pure merveille, ayant occupé à elle seule le second paragraphe, trois chansons agréables si on leur pardonne leurs défauts, une poignée de chansons dépassées et une bien ridicule. En clair, on sait en écoutant ce disque que l'on se trouve face à un artiste de talent qui ne pourra faire que mieux à l'avenir. Et il ne se privera pas de le faire.

Face A

Inventaire 66

Paricolor

Je Me Sens Tout Petit

Quand On Aime Comme On S'Aime

Les Enfants Du Temps D'Aujourd'hui

Face B

Chez Laurette

Le Restaurant Chinois

Bonne Chance Mon Garçon

Plus D'Bac

L'Entrée Des Artistes