H13

Bon, on a pas mal parlé d'Hawkwind ici récemment, mais cet article sera le dernier du cycle. Il n'est évidemment pas exclu qu'un jour où l'autre, je parle à nouveau de ce groupe génial, ceci étant. Enfin, on verra, comme on dit, mais sachez que ça ne sera sans doute pas pour tout de suite. Bon. On a quitté Hawkwind, l'autre jour, avec un album franchement décevant, même raté, Astounding Sounds, Amazing Music, sorti en 1976, qui était le premier album fait après que le groupe se soit séparé (en le virant) de son fameux bassiste Lemmy, qui ira fonder Motörhead dans la foulée. Lemmy ne reviendra jamais dans le groupe. Qui perdra pas mal au change, vu le niveau de ce bassiste bien regretté depuis son décès en décembre 2015. Bref. Entre 1976 et l'album qui nous intéresse, Hawkwind sortira 7 albums. C'est donc un bon gros saut dans le temps que je vous propose en finale du cycle, avec cet album sorti en 1985, soit 9 ans après le précédent du cycle. Album qui, sorti sous une très belle pochette bleue et bien fantasy, est conceptuel, et s'appelle The Chronicle Of The Black Sword. C'est un disque court (37 minutes pour 11 titres) qui marque une nouvelle collaboration entre le groupe et l'écrivain de SF/fantasy britanniqe Michael Moorcock (via une seule chanson, ceci dit). Ce dernier avait déjà collaboré sur Space Ritual et Warrior On The Edge Of Time, et entre ce dernier album (1975) et The Chronicle Of The Black Sword, il aura aussi collaboré sur Sonic Attack (1981). Moorcock est un excellent écrivain auteur notament du cycle d'Elric de Melniboné, un guerrier albinos à la santé relativement fragile, possesseur d'une épée maléfique, Stombringer, qui avale les âmes de ses victimes et tient Elric en son pouvoir. Une sorte d'anti-héros.

H14

Ce héros, cette épée, avaient déjà inspiré le rock (l'album Stormbringer de Deep Purple n'a rien à voir avec le cycle, en revanche, c'est une coïncidence de noms) via notamment la chanson Black Blade de Blue Öyster Cult (1980), écrite par Moorcock, justement. Mais revenons à Hawkwind, dont The Chronicle Of The Black Sword est un album conceptuel basé sur le cycle d'Elric, en totalité. Le groupe, au moment de l'enregistrement, est plus ou moins solidifié (depuis 1976, c'est assez bordélique) autour de Dave Brock (chant, guitare, claviers), Huw Lloyd-Langton (guitare) qui faisait partie du groupe à ses débuts avant de partir après le premier album, et de revenir en 1979, Harvey Bainbridge (claviers), Alan Davey (basse), Dave Charles (percussions) et Danny Thompson Jr (batterie). Produit par le groupe, cet album est donc inspiré par l'oeuvre de Moorcock (mais l'écrivain n'a donc écrit qu'une seule chanson, Sleep Of A Thousand Tears), essentiellement le cycle d'Elric mais une chanson (Needle Gun) fait aussi allusion à un autre personnage imaginé par l'écrivain, Jerry Cornelius. Je ne vais pas parler ici de l'univers (le Multivers) imaginé par Moorcock, ainsi que de son concept du Champion Eternel qui, selon les histoires de l'écrivain, prend telle ou telle apparence, tel ou tel nom (Elric et Cornelius sont deux des incarnations de ce concept) ; si vous aimez la SF et la fantasy de qualité, nul doute que vous savez de quoi je veux parler.

H15

L'album est conceptuel mais s'apprécie pleinement en tant que collection de chansons, peu importe si vous suivez ou pas le concept. C'est un album vraiment réussi (sans être le sommet du groupe ; mais c'est très certainement leur meilleur en presque 10 ans de carrière), qui offre des morceaux efficaces comme Song Of The Swords, Zarozinia, Needle Gun et Horn Of Destiny, on y trouve aussi deux courts (une minute pour l'un, The Demise, et un peu moins d'une minute pour l'autre, Chaos Army) morceaux qui ne servent que de transitions, en fait, mais ne sont pas mauvais. Je classe ce disque dans le rock progressif (c'est en fait du space-rock, mais je ne vais pas créer une catégorie uniquement pour les albums d'Hawkwind, seule groupe de space-rock abordé sur le blog) même si, musicalement, c'est assez proche du hard-rock aussi. C'est en tout cas un très bon album, pas mon préféré d'eux, mais un disque que tout fan du groupe, tôt ou tard, devra écouter, c'est un des plus recommandés parmi ceux faits après l'Âge d'Or (1971/1975) du groupe. 

FACE A

Song Of The Swords

Shade Gate

The Sea King

The Pulsing Cavern

Elric The Enchanter

FACE B

Needle Gun

Zarozinia

The Demise

Sleep Of A Thousand Tears

Chaos Army

Horn Of Destiny