51a9fpjEQ8L

 

L'été est là et avec lui, une envie de légèreté, de plaisir simple et frais. On a pas forcément envie d'entendre les divagations testostéroneés d'un faux Viking de Birmingham, les considérations fumeuses sur la folie et la mort d'un ex-étudiant en art fumeur de teuteu. Non, on se calme et on boit frais. Mais je te connais, ma gueule. Tu es troip feignasse pour concocter une playlist Spotizer ou Deefy. Même l'effort de taper une requête dans une barre de recherche te provoque des suées infernales. Il te faudrait un truc tout prêt, les clés du cametard en main, et le chauffeur livré en sus. Tu me révoltes, tu ne mérites pas Manu Macron, mon con. Mais en amoureux des choses simples (j'aime ma vodka glacée, mon chocolat noir, mes pâtes au saumon. Y a pas marqué gourmet), je ne supporte pas de te voir avec cette trombine de roadie de Radiohead sous Tranxene. Alors, sit back, relax and enjoy, mon Tristus. L'automne arrivera bien assez tôt, va. Je vais te mettre bien.

 

Sur le papier, y a pas plus rasoir et casse-gueule que l'album de covers. Pour une réussite, combien de pignoles atroces supervisées par le directeur financier de la maison de disques ? De recueils dé-gueu-lasses autour d'un artiste sous couvert d'hommage (la France, spécialiste mondial. A coups de lattes dans le valseur.), de trucs supposemment drôles et décalés (la mode des crooners qui chantaient du rock : Pat Boone pour le plus ringard, Paul Anka...). La grande fosse de caca. Et vu l'odeur, y a comme qui dirait un paquet d'empaffés qui sont venus poser leur pêche. Alors que comme pour la tragédie grecque, le bon album de reprises se doit de respecter une règle des trois unités. Casting - chansons - interprêtation. On y arrive.

 

susanna hoffs matthew sweetCoucou, les coquinous ! T'en as du bol, mon Matthew d'avoir une jolie copine comme elle...

 

Casting : Matthew Sweet et Susanna Hoffs. Le prince consort de la power pop du début des années 90 (avant de se faire doubler par des plus jeunes, plus voraces que lui) et la bellissima, la troublante chanteuse des Bangles. Nos deux amis prennent les pseudos de Sid et Susie pour le projet, et pondent des notes de pochettes parfois irrésistibles. Du cousu main pour l'exercice. Pour rendre hommage à la pop à guitares et au classic rock des années 64-89, c'est safe. D'ailleurs, je place ici le (petit) reproche que certains ont pu émettre au sujet de ce projet : ce serait "appliqué". Ben tiens, chie dans ma main, mon cousin. Depuis quand ce serait devenu un mal de faire du boulot propre ? Mais je m'en expliquerai dans le paragraphe sur l'interprêtation. Nos deux amis sont entourés par les musiciens habituels de Sweet : essentiellement Greg Leisz aux guitares (puis Dennis Taylor pour le volume consacré aux années 80) et Ric Menck à tout ce qui touche de près ou de loin à l'aspect percussif de la chose. Matthew Sweet se chargeant de guitares, de basse, de différents claviers. Et pour les tomes sur les décennies 60 et 70, ils ont aussi fait appel à quelques potes qui trainaient dans le coin. Pour les années 60, Richard Lloyd et Van Dyke Parks. Pour les seventies, des caméos de Lindsey Buckingham, Steve Howe, et Dhani Harrison (le fameux fils de John McCartney). Déjà, on plaint pas la gueule du carnet d'adresses.

 

Chansons : c'est bien joli d'avoir le personnel kivabien, mais le nerf de la guerre, ce sera toujours les chansons. Quid des chansons, Rontonplon ? La messe. Le long de ces 4 disques, ils ont choisi 60 chansons et elles sont toutes dans la cible. Aucune vraie faute de goût, tout juste un sourcil levé à l'idée de tel choix plutôt que l'alternate take des bonus 1996 de... Bref, poésie et peau de zobi. Plutôt que de donner par le menu tous les titres proposés ici, je vais d'abord me contenter de citer les artistes retenus pour chaque décennie. Années 60 : The Marmalade, The Beatles, Bob Dylan, Fairport Convention, Neil Young and Crazy Horse, Love, The Beach Boys, The Velvet Underground, Stone Poneys, The Who, The Zombies, The Mamas and the Papas, The Left Banke, The Bee Gees, The Kinks. Prends ça dans les dents, Armand.  Les années 70 ? J'y viens, fils. Grateful Dead, The Raspberries, Fleetwood Mac, Derek and the Dominos, Mott The Hoople, Carly Simon, Yes (oui ! et ça marche !), Tom Petty and the Heartbreakers, Todd Rundgren, Little Feat, Big Star, John Lennon, Rod Stewart, Bread, Geroge Harrison, Blondie, Television, The Ramones, Badfinger, Buzzcocks, Brinsley Schwartz, The Allman Brothers Band, James Taylor, Queen, Gram Parsons... Qu'est ce que tu as, Armand ? Je te sens tout chose. Oui, l'air s'est raréfié. C'est que ça te change de tes Bande A Renaud (quel est le tocard qui touchera à Corona Song ? huhuhuhuhu) ou de tes Kids United chantent Sardou (faire chanter ces chansons à des gosses, faut vraiment avoir le vice dans le cul. Pété, le cul.). Après 3 disques à cette hauteur, le disque des années 80 pâlit un peu de la comapraison. Mais c'est toujours de bonne compagnie. On y entend REM, The db's, Elvis Costello, The Pretenders, re-Tom Petty, The English Beat, la regrettée Kirsty MacColl, The Bangos, les rivales/amies des Go-Go's, The Smiths, Roxy Music, XTC, Echo and the Bunnymen, Lindsey Buckingham, The Clash, Marshall Crenshaw, Prince. Armand ? "Tu es rassuré" ? Bah oui, man tanche étanche ! Là encore, on est entre gens de bonne compagnie. Fallait pas te flageller avec les gode... mais où est tu allé fouiller, garnement ?

 

f78b3b0796fecdf61930072dcc97f1eb--susanna-hoffs-pictures-ofMais auparavant, une petite photo. Je ne suis qu'un homme, voyez vous.

 

Interprétation :Il y a deux manières d'appréhender la reprise, et dans chacune de ces manières, une foultitude de nuances. Bref, il y a la Respectueuse et l'Iconoclaste. Pour mon goût assez clacissiste en matière de musiques à guitares, je tiens à affirmer que je ne donne pas systématiquement la prime à l'audace. Le branle-panneau qui tartine les murs avec ses excrèments en pensant qu'il est le nouveau Pollock, pas pour moi, merci. Il y a d'excellentes reprises "iconoclastes", mais ça demande un savoir-faire, une personnalité artistique et plein de petits trucs qui ne sont pas donnés à tout le monde. Mais trop souvent bouffi dans son ego et certain de sa majesté, l'Artiste ne se rend pas compte de ses limites, et part au casse-pipe avec l'entrain d'un piou-piou de 1914 avec sa veste rouge à la con. Pour illustrer cet état de fait, il y a bien trop d'exemples.

Non, moi j'ai une tendresse pour l'élève appliqué, le besogneux. Car si selon moi, rien n'est sacré dans les musiques populaires, il est quand même UNE chose que je sacralise par dessus tout (oui, rien n'est sacré mais, si quand même. Tu ne t y attendais pas, hein ! Repose cette revue porno, Armand). LA BONNE CHANSON. Et par conséquent, si je demande une seule chose à celui qui s'empare d'une bonne chanson, c'est "ne la trahis pas, mec. Ne la souille pas, par pitié...". Et ici, Susanna et Matthew, en bons artisans pop, ne vont pas faire semblant de réinventer la roue ou de réécrire les Tables de la Loi. Ils approchent ces incunables de la pop et du rock avec humilité, amour et respect. Certains trouvent ça appliqué, scolaire ? Moi je me garde le droit de les traiter de pisse-vinaigre. C'est magnifiquement chanté (les deux voix se mélangent parfaitement), c'est joué avec fraicheur et conviction ( comment tu veux toucher à des trucs comme Marquee Moon, sinon ?). Alors oui, si on vient me dire que ce coffret n'est pas indispensable, je me contenterai d'acquiescer. Puis de le plaindre. Ces disques sont honnêtes, sincères. Ils font du bien aux oreilles, au coeur et à l'âme de l'amoureux de la pop. Et en 2020, on va chercher le bonheur où l'on peut.

 

Années 60

 

       
     
1. "I See the Rain" The Marmalade 3:45
2. "And Your Bird Can Sing" The Beatles 2:10
3. "It's All Over Now, Baby Blue" Bob Dylan 3:45
4. "Who Knows Where the Time Goes?" Fairport Convention 5:51
5. "Cinnamon Girl" Neil Young and Crazy Horse 2:47
6. "Alone Again Or" Love 3:35
7. "The Warmth of the Sun" The Beach Boys 3:08
8. "Different Drum" Stone Poneys featuring Linda Ronstadt 2:52
9. "The Kids Are Alright" The Who 2:50
10. "Sunday Morning" The Velvet Underground 3:26
11. "Everybody Knows This Is Nowhere" Neil Young and Crazy Horse 2:27
12. "Care of Cell 44" The Zombies 3:56
13. "Monday, Monday" The Mamas & the Papas 3:27
14. "She May Call You Up Tonight" The Left Banke 2:24
15. "Run to Me" Bee Gees 3:06
     

 16.  "Village Green Preservation Society"   The Kinks

 17.  "I Can See For Miles"                           The Who

 

      Années 70 (1ère partie)
       
     
1. "Sugar Magnolia" Grateful Dead 3:32
2. "Go All the Way" Raspberries 3:33
3. "Second Hand News" Fleetwood Mac 3:13
4. "Bell Bottom Blues" Derek and the Dominos 5:02
5. "All the Young Dudes" Mott the Hoople 3:52
6. "You're So Vain" Carly Simon 4:22
7. "Here Comes My Girl" Tom Petty and the Heartbreakers 4:22
8. "I've Seen All Good People" Yes 7:29
9. "Hello It's Me" Todd Rundgren 3:51
10. "Willin'" Little Feat 2:59
11. "Back of a Car" Big Star 2:32
12. "Couldn't I Just Tell You" Todd Rundgren 3:27
13. "Gimme Some Truth" John Lennon 3:27
14. "Maggie May" Rod Stewart 5:32
15. "Everything I Own" Bread 3:09
16. "Beware of Darkness" George Harrison 3:38
       
      2ème partie
       
     
1. "Dreaming" Blondie 2:51
2. "Marquee Moon" Television 10:49
3. "I Wanna Be Sedated" Ramones 2:10
4. "Baby Blue" Badfinger 3:42
5. "You Say You Don't Love Me" Buzzcocks 2:55
6. "(What's So Funny 'Bout) Peace, Love, and Understanding" Brinsley Schwarz 3:57
7. "You Can Close Your Eyes" James Taylor 2:34
8. "Melissa" The Allman Brothers Band 4:14
9. "Killer Queen" Queen 2:56
10. "A Song For You" Gram Parsons 2:59
       
      Années 80
       
     
  1. "Sitting Still" (R.E.M.)
  2. "Girls Talk" (Elvis Costello)
  3. "Big Brown Eyes" (The dB's)
  4. "Kid" (The Pretenders)
  5. "Free Fallin'" (Tom Petty)
  6. "Save It for Later" (The English Beat)
  7. "They Don't Know" (Kirsty MacColl)
  8. "The Bulrushes" (The Bongos)
  9. "Our Lips Are Sealed" (The Go-Go's)
  10. "How Soon Is Now" (The Smiths)
  11. "More Than This" (Roxy Music)
  12. "Towers of London" (XTC)
  13. "Killing Moon" (Echo and the Bunnymen)
  14. "Trouble" (Lindsey Buckingham
  1. "Train in Vain" (The Clash)
  2. "You're My Favorite Waste of Time" (Marshall Crenshaw)
  3. "I Would Die 4 U" (Prince)