51eDgf72BQL

Aujourd'hui, place à un artiste majeur de la chanson française de ces 30/35 dernières années : Manu Chao. On va d'abord préciser à nouveau le parcours (partiel) du bonhomme car, j'ai eu tout le loisir de m'apercevoir qu'énormément de personnes, exceptés les fondus de musique, connaissent ce chanteur, tout en connaissant assez mal son parcours. Chao devient célèbre en tant que membre et leader d'un groupe juste génial : la Mano Negra. S'il n'était pas l'unique compositeur des chansons du groupe (c'était un travail d'équipe), il en était tout de même ce que l'on appelle la tête pensante. Souvenez-vous...Mala Vida, La Ventura, Darling Darling, Pas Assez De Toi, Soledad, Peligro, Guayaquil City, Out Of Time Man, Lettor To The Censors, El Jako, Killin' Rats, Don't Want You No More, Rock Island Line, The Monkey, Bring The Fire, Machine Gun et j'en oublie...que de chansons mortelles...sans déconner. Si elles établissent bien clairement le pedigree du groupe, elles établissent aussi celui de Chao. Mais, en 1993/1994, la Mano Negra mal en point. Les raisons ? Depuis 1991, des rumeurs fondées allaient bon train quant à une éventuelle séparation du groupe. Lequel n'a pas su gérer comme il fallait son énorme succès, lequel dépassait largement les frontières françaises. Et, pendant l'enregistrement de Casa Babylon, le groupe part faire une tournée en Amérique du Sud et c'est là que les emmerdements vont commencer et conduire à l'éclatement de la Mano. Après la fin du groupe, Chao, qui accuse le coup, erre par ci, par là. Ne se fixe plus. N'a plus vraiment goût à faire de la musique. Cependant, en 1998, il se jette à l'eau et décide de faire un premier album en solo. Et, ce sera à quitte ou double. Il l'a dit : si l'album n'a pas de succès, il se retire définitivement du monde de la musique. S'il a du succès, il continuera. Et ça a donné quoi ?

Manu_Chao

Sorti en 1998 donc, l'album se nomme Clandestino. Il comporte seize chansons (ce qui est une offre généreuse, à laquelle on est cependant habitué étant donné que, dans les années 90, profitant des grandes capacités de stockage offertes par le CD, bon nombre de groupes et d'artistes, remplissaient copieusement leurs albums) pour une durée de 45 minutes, ce qui est une durée parfaite. Ce qui laisse donc dire qu'il y a des chansons courtes. Dire que Clandestino a été un succès, ce serait minimiser. L'album a été un carton absolu. Pour preuve, à ce jour, ses chiffres de ventes, à l'échelle mondiale s'il vous plaît, sont estimées à plus de deux millions d'exemplaires ! Pour un artiste français, c'est juste énorme. L'album contient THE big succès du répertoire solo de Chao : Bongo Bong/Je Ne T'Aime Plus. Chanson qui a été archi diffusée à la radio en 1998 et qui l'est encore beaucoup de nos jours. Même si, que ce soit en 1998 ou aujourd'hui, seule Je Ne T'Aime Plus a été et est diffusée. Bongo Bong passe à la trappe. Sur le track-listing, elles sont également séparées alors que, dans les faits, elles forment un ensemble. On pourra s'étonner que Chao ait laissé faire, mais ses priorités sont ailleurs. Lui, bien plus que ses propres chansons, ce qui l'intéresse, c'est d'aider de petits labels à émerger. Ayant une grosse défiance envers les gros. Mon avis sur ladite chanson ? Juste le top. Certes, on pourra lui reprocher d'être répétitive, aussi bien dans sa musique que dans ses paroles, mais quelle importance ?

R-5357292-1391372215-7880_jpeg

L'album contient au moins trois autres chansons qui, à défaut d'être aussi connues que Bongo Bong/Je Ne T'Aime Plus, sont des incontournables absolus du monde chaoien : la chanson titre, un hispano-reggae-world (je sais, c'est tiré par les cheveux comme terme, mais je n'ai pas trouvé mieux) absolument jouissif dans lequel la Mano Negra est évoquée dans le refrain. On y trouve aussi Mentira, tuerie absolue, elle aussi répétitive, mais tellement bien branlée qu'on ne s'en lasse pas. Et on trouve aussi La Vie À Deux, qui est, soit dit en passant, une des rares chansons du disque à être interprétées en français (en fait, c'est la seule avec Je Ne T'Aime Plus). Elle aussi est une réussite absolue. Pourquoi pourquoi même quand les gens s'aiment, il y a toujours des problèmes ? Moi qui ne voyait que par ton sourire, je n'entends plus que tes soupirs. Du long de ses 45 minutes, l'album aligne une véritable enculade de pures réussites, en plus de celles cités ci-dessus. Mama Call, Lagrimas De Oro, Desaparecido et l'auto plagiat de Mama Call qu'est La Despedida (qui sera plus ou moins plagiée par Gaétan Roussel lorsqu'il composera Il Y A pour Vanessa Paradis) sont autant de chansons percutantes. Sur les 16 chansons proposées, seules Welcome To Tijuana, Minha Galera et El Viento sont un cran en-dessous sans qu'il y est quoi que ce soit de grave. On peut ne pas aimer Manu Chao bien sûr, pour ma part, même si je l'aime beaucoup en solo, je le préfère dans la Mano Negra, car pour moi, c'est là que toute sa palette en matière de composition apparaît nettement, on peut ne pas aimer cet album, ce qui n'est pas mon cas, vous l'aurez compris, mais on ne peut pas passer à côté. C'est un disque majeur.

Clandestino

Desaparecido

Bongo Bong

Je Ne T'Aime Plus

Mentira

Lagrimas De Oro

Mama Call

Luna Y Sol

Por El Suelo

Welcome To Tijuana

Dia Luna...Dia Pena

Malegria

La Vie À Deux

Minha Galera

La Despedida

El Viento