A7

En ce jour de fête nationale américaine, quoi de mieux que de parler de Suède ? Ah ah ah, je suis trop con. C'est en tout cas aujourd'hui que le cycle ABBA, entamé par MaxRSS (les quatre premiers albums) et terminé par mes soins (les quatre derniers), se termine. Sur, donc, leur huitième album.

Le groupe, en 1980, a livré un Super Trouper juste exceptionnel (rien à jeter, un album proposant quelques hits majeurs et pas mal de réussites commercialement mineures, mais artistiquement remarquables). Le groupe, qui semble apparemment en crise interne à l'époque (Agnetha et Björn ont divorcé en 1979 et, donc, connaissent peut-être des tensions ; leur divorce a peut-être, qui sait, fragilisé celui entre Ann-Frida et Benny, qui finiront aussi par se séparer, un mois avant le début de l'enregistrement du futur album), entre en studio (Polar Studios de Stockholm, leur studio à eux) en mars 1981, et va y rester jusqu'à mi-novembre), afin d'y accoucher, sans doute un peu péniblement (et on peut virer le 'sans doute' et le 'un peu', en fait...), de leur huitième opus : The Visitors. Ca sera, sous cette pochette montrant les quatre ABBA posant, à distance de sécurité, et sans vraiment se regarder, dans un beau décor d'intérieur obscurci par un éclairage discret, ça sera donc leur dernier album studio.

Nul doute qu'aucun neuvième album studio ne viendra, même 40 ans plus tard, s'ajouter à la discographie. Relativement court par rapport aux précédents (il dure 37 minutes, pour 9 titres ; c'est le plus court depuis Arrival, tout en étant plus long que lui), The Visitors n'offre qu'un seul hit digne de ce nom, mais sera l'écrin de 5 singles. Sur la fameuse compilation ABBA Gold, seule le hit principal est présent, les autres sont, il me semble, sur More ABBA Gold et une compilation ultérieure, double, qui n'est, en fait, qu'une sorte de mélange entre les deux précédentes compilations monochromes. 

A8

Ce hit principal, c'est One Of Us, morceau qui n'a jamais, jamais été une de mes préférées des Suédois (je la trouve un peu larmoyante dans son refrain), mais c'est tout de même une belle petite chanson, qui fut enregistrée un an jour pour jour avant ma naissance, soit le 21 octobre 1981 (anecdote qui ne fait rire et n'intéresse que moi, désolé), et parle d'une femme voulant relancer une histoire d'amour achevée. Un regret après le divorce ? Vu la tronche que les Krisprolls font sur la pochette (tout comme celle du Zenyatta Mondatta de The Police, elle veut tout dire, avec ces membres du groupe qui, quelle que soit la pochette, regardent chacun dans une direction différente), ça m'étonnerait... L'album, sinon, offre un morceau interprété (c'est, au sein d'ABBA, peu fréquent) par Björn, Two For The Price Of One, chanson qui compte probablement parmi les moins bonnes de l'entier répertoire des Suédois, du niveau des chansons du premier album de 1973, ça veut tout dire (autrement dit, assez moyen, rien de particulièrement excitant). L'album offre aussi Like An Angel Passing Through My Room et I Let The Music Speak, qui ne sont pas particulièrement grandioses. Toutes sont sur une face B nettement moins aboutie que la première, mais offrant aussi One Of Us

A9

The Visitors, enregistré en digital (un des premiers albums, dans l'histoire de l'industrie musicale, enregistrés de cette façon), et un des premiers, avec 52nd Street de Billy Joel (qui date de 1978, lui) a avoir été pressé en CD en 1982, offre cependant du bon, tout de même, même s'il est vrai que ce huitième cru studio, enregistré péniblement, n'est vraiment pas leur meilleur. On sent la fin, on sent un peu de tension... Mais il n'empêche que The Visitors, le morceau-titre, long (presque 6 minutes !) et passionnant, et Head Over Heels, qui suit, sont deux morceaux exceptionnels. Soldiers aussi. Plus complexe et 'adulte' que les précédents opus, moins immédiatement accessible et 'commercial' (il marchera cependant très fort, ABBA restant ABBA), The Visitors est donc le dernier album studio d'un groupe qui, selon leurs avis mélangés, commençait à être fatigués de bosser ensemble, ne pouvaient plus trop se supporter, avaient envie de faire autre chose, etc...

5 ans plus tard, un minable petit live que je me refuse à aborder sortira, en conclusion (qui ne s'imposait pas) à leur discographie, avant que les sempiternels best-ofs ne prennent la relève. Pour résumer The Visitors, c'est un album secondaire mais tout de même très correct, à écouter après avoir écouté les meilleurs albums du groupe, mais je ne pense pas qu'il faille passer à côté. Compte tenu du contexte d'enregistrement, tant personnel que technique (l'enregistrement en digital posait quelques soucis), c'est un effort totalement honorable.

Je l'aime de plus en plus à chaque écoute, en fait.

FACE A

The Visitors

Head Over Heels

When All Is Said And Done

Soldiers

FACE B

I Let The Music Speak

One Of Us

Two For The Price Of One

Slipping Through My Fingers

Like An Angel Passing Through My Room