TMV1

Accrochez-vous à ce que vous pourrez choper, votre chaise, la télécommande, les cheveux de votre gosse, la queue du chat (déconseillé, ça), parce qu'on va entrer dans une zone de turbulences bien turbulentes. The Mars Volta, ça devrait, je pense, vous dire quelque chose, même de nom, je ne me trompe pas ? C'est un groupe de rock progressif américain, originaire d'El Paso, Texas, et constitué de deux membres, en fait : Cedric Bixler-Zavala (chant) et Omar Rodriguez-Lopez (guitare), tous deux membres d'un groupe du nom de At The Drive-In. A la séparation du groupe en 2001, les deux zigomuches fondent leur propre groupe, The Mars Volta. Les autres membres d'origine sont Eva Gardner (basse) et Jon Theodore (batterie). Le premier album du groupe, De-Loused In The Comatorium (2003), très remarqué, est dédié à un de leurs amis, Jeremy Ward, ingénieur du son du groupe, décédé entre temps. Un album assez dingue, très furieux (le chant est des plus mouvementés) et original. Deux ans plus tard, le groupe, dont le personnel a un peu changé (au revoir Eva, bonjour Juan Alderete de la Pena ; Theodore est toujours là ; on a aussi l'arrivée de Isaiah "Ikey" Owens aux claviers et de Marcel Rodriguez-Lopez, frangin d'Omar, aux percussions et claviers), sort son deuxième album, Frances The Mute. La pochette est signée Storm Thorgeson (qui avait fait celle du précédent aussi), d'Hipgnosis. On sent les bonnes références floydiennes, hein ? Disque conceptuel, Frances The Mute est constitué de 12 titres, ou plutôt de 5, ou plutôt de 18, rhâââ, je ne sais pas trop...c'est un beau bordel. On notera la participation amicale du guitariste John Frusciante, qui participait déjà au précédent opus et sera là aussi sur les trois suivants. Au point d'être parfois considéré comme un membre du groupe. 

TMV3

De fait, le long de ses 77 minutes, cet album offre en fait 5 titres, mais le dernier est découpé en 8 plages audio. Deux des quatre autres titres sont scindés en plusieurs parties, mais sur une seule plage audio. Ce qui fait, comptez bien, 12 titres en tout. Compte tenu que le morceau découpé en 8 plages audio distinctes, Cassandra Gemini, dure, dans sa totalité, 32 petites minutes, c'est un cadeau que nous fait The Mars Volta. Ou pas : écoutez ce disque en MP3 après avoir rippé les morceaux de votre CD, vous aurez un découpage un peu abrupt. Autant tout écouter sur une seule plage audio, non ? Le résultat est le même, on écoutera un morceau de 32 minutes. Quant aux autres morceaux, le plus court, The Widow (sorti en single), dure un peu moins de 6 minutes, et les restants font, tous, entre 12 et 13 minutes. Quand je vous disais de vous accrocher : on est alors en 2005, et The Mars Volta nous offre un tracklisting bien progressif made in 70's. Je précise l'agencement vinyle en bas, alors que je n'ai que le CD, mais il est dans mes intentions de me le payer sous ce glorieux format dans un avenir pas trop lointain (genre cette année). Le contenu est le même. On notera juste qu'un morceau supplémentaire, portant le même nom que l'album, se trouve sur le CD single de The Widow, et sur un DVD bonus de l'édition japonaise, mais absent, sinon, de l'album (malgré que les paroles soient proposées dans l'inside tray, sous l'emplacement du CD). Pourquoi ? Manque de place, évidemment, Frances The Mute aurait sinon été double en CD. Mais ils auraient pu le mettre sur le vinyle, même si le morceau en question dure presque 15 minutes. Le triple vinyle aurait occupé 6 faces au lieu de 5, c'est tout. Bref. L'album, je l'ai dit, est conceptuel, il raconte une histoire. Le groupe en profite pour rendre encore une fois hommage à leur ami Jeremy Ward, l'histoire démarre de lui, qui, dans l'histoire, trouve dans une voiture qu'il vient de récupérer un journal intime, anonyme, d'une personne qui, comme lui, a été adoptée à sa naissance et avec qui il va se rendre compte, en lisant, qu'il partage des points communs troublants. Tout l'album relate, dans un sens, cette histoire, au travers des personnages. 

TMV2

Sincèrement, dire que j'ai tout capté du concept serait mentir : les paroles, présentes dans le livret, sont généreuses, de gros pavés difficiles à lire, et quand j'écoute ce disque, je ne les lis pas, histoire de mieux me concentrer sur la globalité de l'album. Qui est, musicalement, d'une puissance rare. Il faut cependant s'accrocher, car la musique de The Mars Volta est abrupte. Chant hystérique (Bixler-Zavala braille son texte, souvent), musique féroce qui tient parfois plus du hard-rock ou du punk que du progressif, délires expérimentaux (The Widow, furax bien comme il faut, se termine sur 2 minutes de sons curieux, ambientiques) et parfois multilingues (L'Via L'Viaquez est en partie chanté en espagnol et possède une identité latino évidente), rythme effrené (dès le début de Cygnus...Vismund Cygnus, ça part en furie totale), profonde complexité des mélodies et des textes (notez les titres des sous-parties, ça sent bon la branlette intellectuelle)...Il est clair que si votre idéal musical est la pop FM ou le rock nerveux et classique, The Mars Volta va vous faire souffrir. Même un fan de ce genre de musique (dont je) souffrira un peu, l'album est long, ses morceaux aussi, le rythme féroce est quasiment du sans-pause pendant 77 minutes, on sort littéralement éreinté, épuisé, lessivé, de l'écoute. Mais au bout de la deuxième écoute, un charme se produit, et au final, on se retrouve (pour peu, je le répête, que cette musique vous soit attractive à la base) à le sortir souvent de son boîtier. Cassandra Gemini a beau durer plus d'une demi-heure (qui, en 2005 et par la suite, fait encore des morceaux de cette durée ?), c'est d'une force, mais je ne vous raconte pas (d'ailleurs, je ne vous raconte pas). Frances The Mute, contrairement à ce que j'ai dit récemment (dans un de mes commentaires sur l'article sur les disques de chevet, allez dans la rubrique News pour le lire), est peut-être bien mon préféré des albums du groupe (j'avais cité The Bedlam In Goliath, album sorti en 2008, que j'aborderai ici un jour), groupe qui ne fait pas partie de mes préférés, je n'ai pas tous leurs albums, peu nombreux ceci dit (séparé en 2013, le groupe a sorti 6 albums, tous de la même trempe, ainsi que deux lives et un EP), je possède également Amputechture (2006) et The Bedlam In Goliath qui sont aussi longs, complexes et au final passionnants que Frances The Mute. Des disques de dingues, un groupe de malades, et dans la discographie du groupe, ce cru de 2005 est probablement le sommet, en tout cas un disque important, un des sommets de 2005 et un album crucial dans le rock des années 2000. Mais gaffe, c'est ardu, tordu, ce disque va vous retourner la tête...

FACE A

Cygnus...Vismund Cygnus : 

a) Sarcophagi

b) Umbilical Syllables

c) Facilis Descenus Averni

d) Con Safo

The Widow

FACE B

L'Via L'Viaquez

FACE C

Miranda That Ghost Just Isn't Holy Anymore : 

a) Vade Mecum

b) Pour Another Icepick

c) Pisacis (Phra-Men-Ma)

d) Con Safo

FACE D

Cassandra Gemini : 

a) Tarantism (Part 1)

b) Tarantism (Part 2)

c) Plant A Nail In The Navel Stream (Part 1)

d)  Plant A Nail In The Navel Stream (Part 2)

e) Faminepulse (Part 1)

FACE E

f) Faminepulse (Part 2)/Multple Spouse Wounds (Part 1)

g) Multiple Spouse Wounds (Part 2)

h) Sarcophagi