R-441165-1462384422-2682

On continue avec ABBA. Comme vous l'avez vu, le groupe, depuis 1973 et Ring Ring inclus, a son rythme de croisière. Il pond un album par an. Arrival, le quatrième est donc sorti en 1976, le tout sous une pochette montrant le groupe assis dans le cockpit d'un hélicoptère. On l'a vu hier, l'album précédent (éponyme) a été un carton plein commercial, à défaut de l'être sur le plan artistique. C'était un vrai robinets à tubes. Le seul nom d'ABBA inscrit sur une pochette suffisant à rameuter le public. En clair, Arrival avait la même pression que ABBA, lequel succédait à Waterloo ayant révélé le groupe mondialement : il fallait qu'il ne soit pas une déception. Lui aussi était attendu au coin d'une rue avec tout l'attirail nécessaire à une décapitation en cas de coup manqué. Quant on y repense, malgré le succès colossal, ça devait être une pression inimaginable pour le groupe. Entre les tournées, les ceci, les cela, par-dessus lesquels on rajoute l'obligation de pondre des albums irréprochables sur le plan commercial, ça ne devait pas être facile à gérer, malgré tout le savoir faire de Benny et Benny et Björn en matière de composition de tubes qui déchirent tout.

89c9d2ab55464224459134a2ec3dc794

Carton plein commercial alors, cet Arrival ? Un peu, mon neveu, même s'il est moins caviardé de tubes que ne l'était ABBA, il en propose non pas un, non pas deux, mais trois. Ouais, d'accord, il y en avait quatre sur le précédent, mais quand même, caser trois hits sur un skeud, j'en connais un paquet qui auraient aimé ça. Vous voulez savoir lesquels ? Ben non, j'ai pas envie de le dire. Ça va, ça va, je déconne. Allez, on se fume un bon gros oinj et on se détend, à la frâiche, décontractés du gland. Ces trois tubes sont donc, accrochez-vous : Dancing Queen, Knowing Me, Knowing You et Money, Money, Money. Ça vous parle ces titres hein. On ne les présente plus. Mais, toute la question est de savoir si oui ou non, musicalement, ça tient la route. Et je vous réponds par un gros putain de OUI. D'accord, c'est très ABBAien, très pop et je peux tout à fait concevoir que ça ne plaise pas à tout le monde. Mais le fait est que, même moi, qui ne suis pas branché pop, je trouve ça top. Ces trois tubes sont donc de pures réussites, ce qui fait que, rien qu'avec ça, Arrival est déjà meilleur que ABBA. Cependant, je traîne une petite frustration. Fernando est absente de l'édition originale (elle ne sera incluse que lors du'une réédition datant de 1997), j'ai les glandes tout simplement parce que c'est ma chanson préférée du groupe. Ce qui fait qu'à mes yeux, elle est aussi la meilleure.

sans-titre

Bon, les tubes, c'est bien mignon tout plein, mais l'album ne contient pas que ça. Il y a aussi des chansons qui ne sont pas passées à la postérité. À commencer par When I Kissed The Teacher, pure pop à la ABBA cent pour cent jus de fruits. Et c'est franchement très bon. That's Me, avec ses accents disco, est aussi très réussie et le groupe, même si le succès aurait été moindre, aurait pu également en faire un single. Why Did It Have To Be Me est excellente. Une pop-rock matinée de blues. Ce qui n'est pas un cas isolé dans l'oeuvre du groupe. Mais, il faut bien le dire, tout n'est pas irréprochable sur ce disque. Par exemple, My Love, My Life, ballade pop jusqu'au bout des doigts, est franchement emmerdante, ce qui est pire que si elle avait été mauvaise. Dum Dum Diddle est à l'image de son titre : complètement foirax. Tiger est tout ce qu'il y a d'anodin. Quant à Arrival, qui achève l'album et qui n'est pas une chanson, mais un instrumental, même combat. Franchement, on se demande ce que ça vient foutre là. Dans l'ensemble, Arrival est donc meilleur que ABBA, (notamment ses tubes), mais, il n'empêche que ce n'est pas non plus grandiose. On est encore loin du niveau atteint par Waterloo. Le cycle sur ABBA continue, bien évidemment, il reste encore quatre albums à voir, mais, maintenant, c'est Clash qui prend le relais. La suite donc demain, même endroit, mais peut-être pas à la même heure.

Face A

When I Kissed The Teacher

Dancing Queen

My Love, My Life

Dum Dum Diddle

Knowing Me, Knowing You

Face B

Money, Money, Money

That's Me

Why Did It Have To Be Me

Tiger

Arrival