R-2684412-1480798012-5664_jpeg

ABBA sur le blog ? Enfin, je veux dire : des chroniques d'albums d'ABBA sur le blog ? Et bien oui. Et, même encore mieux que ça : cette chronique marque le début d'un cycle consacré au groupe suédois. Cependant, avant de réellement commencer, je me dois de vous préciser deux ou trois petites choses. Premièrement, si les chroniques vont se suivre, ce ne sera pas les unes derrières les autres. Le cycle sera coupé par deux autres chroniques consacrées à un groupe évoluant dans un registre quelque peu différent d'ABBA. Je n'en dis pas plus, si ce n'est : attention au contraste ! Deuxièmement, le cycle sera partagé entre Clash et moi. Moi, je me colle aux albums d'entre 1973 et 1976 et Clash lui, s'occupera des albums d'entre 1977 et 1981. Et troisièmement, moi qui ne suis pas spécialement fan d'ABBA, si j'ai décidé de lancer ce cycle, c'est pour en finir avec cette idée reçue consistant à dire que ce groupe était un groupe de disco. Même s'il est vrai que la vague disco leur a octroyé un succès colossal, les ABBA valaient bien plus que ça. Ça me gonfle profondément que, finalement par fainéantise, on associe ABBA exclusivement au disco. D'ailleurs, vu qu'on est sur ce terrain-là, on peut exactement dire la même chose des Bee Gee, un groupe dont on ne retient que les succès d'entre 1977 et 1979 alors qu'ils ont commencé en 1967, soit près de dix ans avant la vague disco et jouaient une musique pop très souvent classieuse. Bien, maintenant que j'ai dit ce que j'avais à dire, on va pouvoir se plonger dans ce qui est donc le premier album d'ABBA.

R-4576662-1368890927-9214_jpeg

Sorti en 1973 sous une pochette que je qualifie volontiers de bien moche comme une bite difforme de chien, l'album a été un joli succès dans les pays dans lesquels il est sorti : ceux de Scandinavie (forcément), Mexique, Afrique du Sud et Australie. Même si, pour la notoriété pleinement internationale, il faudra attendre 1974 (soit l'année d'après) et la victoire de Waterloo au concours de l'Eurovision. Vous avez vu le titre de l'album ? Ring Ring. Ce qui signifie donc que la première chanson à succès du groupe est présente dessus. Laquelle est d'ailleurs présente à deux reprises puisqu'elle propose et une version suédoise et une version anglaise. La version anglaise ayant été faite bien évidemment pour promouvoir le mieux possible la chanson à l'international. Vous pensez que Ring Ring aurait eu le même succès s'il n'y avait eu que la version suédoise ? Je ne crois pas. Je n'imagine pas une seule putain de seconde le grand public de l'époque s'enthousiasmer pour une chanson chantée en suédois. Et quoi d'autre ? La version suédoise ouvre le disque et la version anglaise se trouve en quatrième position sur la seconde face. Et, il y a des différences ? Au niveau des paroles forcément qu'il y en a, mais musicalement, ça ne varie pas d'un poil de bite. Et ça vaut quoi ? Une réussite pop-rock éclatante à la ABBA, tout simplement.

tumblr_n52355Q5w11ttto2wo1_1280

Malheureusement, sans qu'il soit un ratage, le disque n'est pas d'un niveau global équivalent à celui de sa chanson titre. Oh, attention, on trouve quand même de très bonnes choses ici, faut pas déconner. Comme Another Town, Another Train, vraie petite réussite purement pop. Ou encore Disillusion, flirtant délicieusement avec le soft-rock. He Is Your Brother est excellente. La giclée de guitare électrique en intro ne laisse aucun doute là-dessus. À peine l'a t-on entendue qu'on sait que la chanson va plus que valoir le coup. Et I Am Just A Girl est une ballade pop belle et douce comme une pluie d'été. Mais, à côté de ça, il faut aussi composer avec une grosse poignées de chansons moyennes voire foirées. Au rayon des plantages, je demande People Need Love qui est, pardonnez-moi de le dire, une vraie scie. Il en va de même pour Nina, Pretty Ballerina et son piano sautillant... comme une ballerine (pas cons les mecs hein ?) et Me And Bobby And Bobby's Brother. Celle-là, rien que son titre sent méchamment le boudin. Et ça ne loupe pas. I Saw It In The Mirror démarre bien, mais on finit par s'y faire chier. Le même constat s'applique également Love Isn't Easy (But It Sure Is Hard Enough). Quant à Rock 'N'Roll Band, la gratte électrique a beau se faire entendre, c'est loin d'être convaincant. Vous cherchez un album très inégal ? Alors vous venez d'en trouver un beau. Mais, il ne faut pas occulter qu'il renferme aussi de belles promesses. La suite ? Demain, même heure, même endroit.

Face A

Ring Ring (Bara Du Slog En Signal)

Another Town, Another Train

Disillusion

People Need Love

I Saw It In The Mirror

Nina, Pretty Ballerina

Face B

Love Isn't Easy (But It Sure Is Hard Enough)

Me And Bobby And Bobby's Brother

He Is Your Brother

Ring Ring (Engelsk Version)

I Am Just A Girl

Rock 'N'Roll Band